Créer un site internet

Chasse à la baleine en Norvège

La mort de Freya, la femelle morse vedette du port d’Oslo, a ému toute l'Europe et même le monde. L’euthanasie du mammifère, décidée dimanche 14 août par les autorités norvégienne, a valu au pays scandinave d'être interpellé par des ONG de protection marine, dont Earthforce FS à propos d'une autre tradition locale : la chasse baleinière. La honte absolue pour ce pays Européen "civilisé". La Norvège tue plus de cétacés que le Japon par exemple, et ce malgré l’interdiction mondiale de leur capture. C’est ce qu’a révélé un rapport de trois de nos collègues, Animal Welfare Institute, Ocean Care et Pro Wildlife, et intitulé "Comment la Norvège moderne s’accroche à son passé baleinier". Publié en 2016, le rapport explique que "la Norvège est discrètement devenue la principale nation baleinière du monde, tuant plus de baleines au cours des deux dernières années que le Japon et l'Islande réunis". Concrètement, entre avril et août/septembre, les baleiniers commerciaux s’en prennent aux petits rorquals, espèce très répandue dans les eaux norvégiennes, au large de l'archipel du Svalbard et de l'île de Jan Mayen.

Capture d e cran 2022 08 16 a 12 16 42

Au total, entre 2006 et 2015, 5617 baleines ont été tuées en Norvège, contre 1199 baleines en Islande et 5436 au Japon, ce qui fait de la Norvège la première nation baleinière. Le pays a repris la chasse à la baleine à visée commerciale en 1993 et s'était opposé avant cela au moratoire de la Commission baleinière internationale (CBI), interdisant la pratique en 1985. Aujourd'hui, il est d’ailleurs le seul à y déroger avec l’Islande et le Japon. Depuis, plus de 15.000 de ces animaux ont été chassés et tués par les baleiniers norvégiens. Et le pays fixe lui-même ses quotas. Entre 2006 et 2015, ils ont d’ailleurs explosé, passant largement la barre des 1000 baleines capturées chaque année, selon le tableau situé en cinquième page du rapport. 2021 est l'année record après 2016. Le gouvernement mise donc toujours financièrement sur les baleines, qu’il continue à exporter, et le justifie par le fait que leur chasse est "soigneusement réglementée" et "ne menace pas la population" en impliquant "une mise à mort rapide et douce". Or, la presse norvégienne rejette la rhétorique en démontrant que la capture est loin d'être indolore pour ces mammifères marins. Autre argument avancé par les autorités : chasser des baleines permettrait de garantir la survie d’autres espèces et donc de préserver l’écosystème des océans. Là aussi, associations et institutions réfutent l'hypothèse. La CBI le développe par exemple dans un récent rapport : ces espèces capturent du CO2 au cours de leur vie et en mourant naturellement, elles coulent au fond de l’océan, ce qui a pour effet de ne pas libérer ce réservoir de carbone.

Depuis les années 2014 et 2015, rien n’a véritablement changé en Norvège. Le pays scandinave reste le pays qui chasse le plus de baleines au monde, alors que le mouvement inverse s’opère en Islande. Après trois ans sans chasse, mais reprise cette année, le ministre de la pêche islandais a émis l’hypothèse d’une fin définitive de la pratique en 2024, n’en tirant pas d’importants bénéfices économiques. Au mois d’avril, le dernier baleinier en activité dans le pays ramenait son premier animal de la saison, le seul depuis près de quatre ans. Le Japon, lui, a repris officiellement la chasse commerciale à la baleine en 2019. Cette année-là, il tuera 331 cétacés.

En Norvège, les quotas ont certes été abaissés par les autorités. En 2022, le gouvernement a de nouveau donné son feu vert pour tuer un maximum de 917 mammifères marins pour la saison. Soit 361 de moins que la limite fixée en 2021, selon le communiqué. Mais d’après l’ONG britannique Whale and Dolphin Conservation (WDC), "la réduction du nombre de quotas est en grande partie dénuée de sens. Les quotas complets n'ont pas été atteints ces dernières années, mais des centaines de baleines sont quand-même abattues, mettant souvent beaucoup de temps à mourir". L’année dernière, le record de 2016 a même été battu, avec 575 baleines chassées et tuées, d’après les chiffres de l’Organisation norvégienne de vente des pêcheurs relayés par WDC. Une véritable hérésie pour les ONG, tandis que la demande n’a jamais été aussi faible. Du moins dans le pays : seuls 2% des Norvégiens déclarent désormais manger souvent de la viande de baleine, contre 4% en 2019.

Le rapport complet (en anglais) ici: https://awionline.org/sites/default/files/publication/digital_download/AWI-ML-NorwayReport-072016.pdf

#earthforcefightsquad #pacifistwarriors #guerrierspacifistes

 

EFS

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×