Eco

When Whales and Humans Talk

Arctic people have been communicating with cetaceans for centuries—and scientists are finally taking note.

by Krista Langlois

Harry Brower Sr. was lying in a hospital bed in Anchorage, Alaska, close to death, when he was visited by a baby whale.

Although Brower’s body remained in Anchorage, the young bowhead took him more than 1,000 kilometers north to Barrow (now Utqiaġvik), where Brower’s family lived. They traveled together through the town and past the indistinct edge where the tundra gives way to the Arctic Ocean. There, in the ice-blue underwater world, Brower saw Iñupiat hunters in a sealskin boat closing in on the calf’s mother.

Brower felt the shuddering harpoon enter the whale’s body. He looked at the faces of the men in the umiak, including those of his own sons. When he awoke in his hospital bed as if from a trance, he knew precisely which man had made the kill, how the whale had died, and whose ice cellar the meat was stored in. He turned out to be right on all three counts.

Brower lived six years after the episode, dying in 1992 at the age of 67. In his final years, he discussed what he had witnessed with Christian ministers and Utqiaġvik’s whaling captains. The conversations ultimately led him to hand down new rules to govern hunting female whales with offspring, meant to communicate respect to whales and signal that people were aware of their feelings and needs. “[The whale] talked to me,” Brower recalls in a collection of his stories, The Whales, They Give Themselves. “He told me all the stories about where they had all this trouble out there on the ice.”

Not long ago, non-Indigenous scientists might have dismissed Brower’s experience as a dream or the inchoate ramblings of a sick man. But he and other Iñupiat are part of a deep history of Arctic and subarctic peoples who believe humans and whales can talk and share a reciprocal relationship that goes far beyond that of predator and prey. Today, as Western scientists try to better understand Indigenous peoples’ relationships with animals—as well as animals’ own capacity for thoughts and feelings—such beliefs are gaining wider recognition, giving archaeologists a better understanding of ancient northern cultures.

“If you start looking at the relationship between humans and animals from the perspective that Indigenous people themselves may have had, it reveals a rich new universe,” says Matthew Betts, an archaeologist with the Canadian Museum of History who studies Paleo-Eskimo cultures in the Canadian Arctic. “What a beautiful way to view the world.”

It’s not clear exactly when people developed the technology that allowed them to begin hunting whales, but scholars generally believe Arctic whaling developed off the coast of Alaska sometime between 600 and 800 CE. For thousands of years before then, Arctic people survived by hunting seals, caribou, and walruses at the edge of the sea ice.

One such group, the Dorset—known in Inuit oral tradition as the Tunit—were rumored to have been so strong the men could outrun caribou and drag a 1,700-kilogram walrus across the ice. The women were said to have fermented raw seal meat against the warmth of their skin, leaving it in their pants for days at a time. But despite their legendary survival skills, the Tunit died out 1,000 years ago.

An Inuit hunter sits on a whale that’s been hauled to shore for butchering in Point Hope, Alaska, in 1900. Photo by Hulton Deutsch/Getty Images

An Inuit hunter sits on a whale that’s been hauled to shore for butchering in Point Hope, Alaska, in 1900. Photo by Hulton Deutsch/Getty Images

One theory for their mysterious disappearance is that they were outcompeted by people who had begun to move east into the Canadian Arctic—migrants from Alaska who brought sealskin boats allowing them to push off from shore and hunt whales. Each spring, bowhead whales weighing up to 54,000 kilograms pass through the leads of water that open into the sea ice, and with skill and luck, the ancestors of today’s Inuit and Iñupiat people could spear a cetacean as it surfaced to breathe.

The advent of whaling changed the North. For the first time, hunters could bring in enough meat to feed an entire village. Permanent settlements began springing up in places like Utqiaġvik that were reliably visited by bowheads—places still inhabited today. Social organizations shifted as successful whale hunters amassed wealth, became captains, and positioned themselves at the top of a developing social hierarchy. Before long, the whale hunt became the center of cultural, spiritual, and day-to-day life, and whales the cornerstone of many Arctic and subarctic cosmologies.

When agricultural Europeans began visiting and writing about the North in the 10th century, they were mesmerized by Aboriginal peoples’ relationships with whales. Medieval literature depicted the Arctic as a land of malevolent “monstrous fishes” and people who could summon them to shore through magical powers and mumbled spells. Even as explorers and missionaries brought back straightforward accounts of how individual whaling cultures went about hunting, butchering, and sharing a whale, it was hard to shake the sense of mysticism. In 1938, American anthropologist Margaret Lantis analyzed these scattered ethnographic accounts and concluded that Iñupiat, Inuit, and other northern peoples belonged to a circumpolar “whale cult.”

Lantis found evidence of this in widespread taboos and rituals meant to cement the relationship between people and whales. In many places, a recently killed whale was given a drink of fresh water, a meal, and even traveling bags to ensure a safe journey back to its spiritual home. Individual whalers had their own songs to call the whales to them. Sometimes shamans performed religious ceremonies inside circles made of whale bones. Stashes of whaling amulets—an ambiguous word used to describe everything from carved, jewelry-like charms to feathers or skulls—were passed from father to son in whaling families.

To non-Indigenous observers, it was all so mysterious. So unknowable. And for archaeologists and biologists especially, it was at odds with Western scientific values, which prohibited anything that smacked of anthropomorphism.

A whaler waits for the bowhead whales from shore in Utqiaġvik, Alaska, during whaling season in the Chukchi Sea. Photo by Steven J. Kazlowski/Alamy Stock Photo

A whaler waits for the bowhead whales from shore in Utqiaġvik, Alaska, during whaling season in the Chukchi Sea. Photo by Steven J. Kazlowski/Alamy Stock Photo

In archaeology, such attitudes have limited our understanding of Arctic prehistory, says Erica Hill, a zooarchaeologist with the University of Alaska Southeast. Whaling amulets and bone circles were written off as ritualistic or supernatural with little exploration of what they actually meant to the people who created them. Instead, archaeologists who studied animal artifacts often focused on the tangible information they revealed about what ancient people ate, how many calories they consumed, and how they survived.

Hill is part of a burgeoning branch of archaeology that uses ethnographic accounts and oral histories to re-examine animal artifacts with fresh eyes—and interpret the past in new, non-Western ways. “I’m interested in this as part of our prehistory as humans,” Hill says, “but also in what it tells us about alternative ways of being.”

The idea that Indigenous people have spiritual relationships with animals is so well established in popular culture it’s cliché. Yet constricted by Western science and culture, few archaeologists have examined the record of human history with the perspective that animals feel emotions and can express those emotions to humans.

Hill’s interest in doing so was piqued in 2007, when she was excavating in Chukotka, Russia, just across the Bering Strait from Alaska. The site was estimated to be 1,000 to 2,000 years old, predating the dawn of whaling in the region, and was situated at the top of a large hill. As her team dug through the tundra, they uncovered six or seven intact walrus skulls deliberately arranged in a circle.

Like many archaeologists, Hill had been taught that ancient humans in harsh northern climates conserved calories and rarely expended energy doing things with no direct physical benefit. That people were hauling walrus skulls to a hilltop where there were plenty of similar-sized rocks for building seemed strange. “If you’ve ever picked up a walrus skull, they’re really, really heavy,” Hill says. So she started wondering: did the skulls serve a purpose that wasn’t strictly practical that justified the effort of carrying them uphill?

When Hill returned home, she began looking for other cases of “people doing funky stuff” with animal remains. There was no shortage of examples: shrines packed with sheep skulls, ceremonial burials of wolves and dogs, walrus-skull rings on both sides of the Bering Strait. To Hill, though, some of the most compelling artifacts came from whaling cultures.

Museum collections across North America, for instance, include a dazzling array of objects categorized as whaling amulets. From this grab bag, Hill identified 20 carved wooden objects. Many served as the seats of whaling boats. In the Iñupiaq language, they’re called either iktuġat or aqutim aksivautana, depending on dialect.

One in particular stands out. Hill was looking for Alaskan artifacts in a massive climate-controlled warehouse belonging to Smithsonian’s National Museum of Natural History in Washington, DC. The artifacts were housed in hundreds of floor-to-ceiling drawers, row after row of them, with little indication of what was inside. She pulled open one drawer and there it was—the perfect likeness of a bowhead whale staring back at her.

The object, likely from the late 19th century, probably functioned as a crosspiece. It was hewn from a hunk of driftwood into a crescent shape 21 centimeters long. Carved on one side was a bowhead, looking as it would look if you were gazing down on a whale from above, perhaps from a raven’s-eye perspective. A precious bead of obsidian was embedded in the blowhole. “It’s so elegant and simple but so completely whale,” Hill says. “It’s this perfect balance of minimalism and form.”

Sometime in the late 19th century, an Iñupiat carver fashioned this seat for an umiak out of driftwood, carving the likeness of a bowhead whale, its blowhole symbolized with a piece of obsidian. Photo by Department of Anthropology, Smithsonian Institute (Cat. A347918)

Sometime in the late 19th century, an Iñupiaq carver fashioned this amulet for an umiak out of driftwood, carving the likeness of a bowhead whale, its blowhole symbolized with a piece of obsidian. As with other whaling amulets Erica Hill has examined, this object may have also functioned as part of the boat’s structure. Photo by Department of Anthropology, Smithsonian Institute (Cat. A347918)

Using Iñupiat oral histories and ethnographies recorded in the 19th and 20th centuries, Hill now knows that such amulets were meant to be placed in a boat with the likeness of the whale facing down, toward the ocean. The meticulously rendered art was thus meant not for humans, but for whales—to flatter them, Hill says, and call them to the hunters. “The idea is that the whale will be attracted to its own likeness, so obviously you want to depict the whale in the most positive way possible,” she explains.

Yupik stories from St. Lawrence Island tell of whales who might spend an hour swimming directly under an umiak, positioning themselves so they could check out the carvings and the men occupying the boat. If the umiak was clean, the carvings beautiful, and the men respectful, the whale might reposition itself to be harpooned. If the art portrayed the whale in an unflattering light or the boat was dirty, it indicated that the hunters were lazy and wouldn’t treat the whale’s body properly. Then the whale might swim away.

In “Sounding a Sea-Change: Acoustic Ecology and Arctic Ocean Governance” published in Thinking with Water, Shirley Roburn quotes Point Hope, Alaska, resident Kirk Oviok: “Like my aunt said, the whales have ears and are more like people,” he says. “The first batch of whales seen would show up to check which ones in the whaling crew would be more hospitable. … Then the whales would come back to their pack and tell them about the situation.”

The belief that whales have agency and can communicate their needs to people isn’t unique to the Arctic. Farther south, on Washington’s Olympic Peninsula and British Columbia’s Vancouver Island, Makah and Nuu-chah-nulth whalers observed eight months of rituals meant to communicate respect in the mysterious language of whales. They bathed in special pools, prayed, spoke quietly, and avoided startling movements that might offend whales. Right before the hunt, the whalers sang a song asking the whale to give itself.

In Makah and Nuu-chah-nulth belief, as in many Arctic cultures, whales weren’t just taken—they willingly gave themselves to human communities. A whale that offered its body wasn’t sentencing itself to death. It was choosing to be killed by hunters who had demonstrated, through good behavior and careful adherence to rituals, that they would treat its remains in a way that would allow it to be reborn. Yupik tradition, for example, holds that beluga whales once lived on land and long to return to terra firma. In exchange for offering itself to a Yupik community, a beluga expected to have its bones given the ritualistic treatment that would allow it to complete this transition and return to land, perhaps as one of the wolves that would gnaw on the whale’s bones.

According to Hill, many of the objects aiding this reciprocity—vessels used to offer whales a drink of fresh water, amulets that hunters used to negotiate relationships with animal spirits—weren’t just reserved for shamanistic ceremonies. They were part of everyday life; the physical manifestation of an ongoing, daily dialogue between the human and animal worlds.

While Westerners domesticated and eventually industrialized the animals we eat—and thus came to view them as dumb and inferior—Arctic cultures saw whale hunting as a match between equals. Bipedal humans with rudimentary technology faced off against animals as much as 1,000 times their size that were emotional, thoughtful, and influenced by the same social expectations that governed human communities. In fact, whales were thought to live in an underwater society paralleling that above the sea.

a bowhead whale swimming amid multi-layer sea ice

It’s difficult to assess populations of animals that swim under the ice, far from view, like bowhead whales. But experienced Iñupiat whalers are good at it. Photo by Steven Kazlowski/Minden Pictures

Throughout history, similar beliefs have guided other human-animal relationships, especially in hunter-gatherer cultures that shared their environment with big, potentially dangerous animals. Carvings left behind by the Tunit, for example, suggest a belief that polar bears possessed a kind of personhood allowing them to communicate with humans; while some Inuit believed walruses could listen to humans talking about them and react accordingly.

Whether or not those beliefs are demonstrably true, says Hill, they “make room for animal intelligence and feelings and agency in ways that our traditional scientific thinking has not.”

Today, as archaeologists like Hill and Matthew Betts shift their interpretation of the past to better reflect Indigenous worldviews, biologists too are shedding new light on whale behavior and biology that seems to confirm the traits Indigenous people have attributed to whales for more than 1,000 years. Among them is Hal Whitehead, a professor at Dalhousie University in Nova Scotia who argues that cetaceans have their own culture—a word typically reserved for human societies.

By this definition, culture is social learning that’s passed down from one generation to the next. Whitehead finds evidence for his theory in numerous recent studies, including one that shows bowhead whales in the North Pacific, off the Alaskan coast, and in the Atlantic Ocean near Greenland sing different songs, the way human groups might have different styles of music or linguistic dialects. Similarly, pods of resident killer whales living in the waters off south Vancouver Island greet each other with different behaviors than killer whales living off north Vancouver Island, despite the fact that the groups are genetically almost identical and have overlapping territories.

Plus, calves spend years with their mothers, developing the strong mother-offspring bonds that serve to transfer cultural information, and bowhead whales live long enough to accumulate the kind of environmental knowledge that would be beneficial to pass on to younger generations. We know this largely because of a harpoon tip that was found embedded in a bowhead in northern Alaska in 2007. This particular harpoon was only manufactured between 1879 and 1885 and wasn’t used for long after, meaning that the whale had sustained its injury at least 117 years before it finally died.

Other beliefs, too, are proving less farfetched than they once sounded. For years, scientists believed whales couldn’t smell, despite the fact that Iñupiat hunters claimed the smell of woodsmoke would drive a whale away from their camp. Eventually, a Dutch scientist dissecting whale skulls proved the animals did, indeed, have the capacity to smell. Even the Yupik belief that beluga whales were once land-dwelling creatures is rooted in reality: some 50 million years ago, the ancestor of modern-day whales walked on land. As if recalling this, whale fetuses briefly develop legs before losing them again.

An Inuit hunter sits on a whale that’s been hauled to shore for butchering in Point Hope, Alaska, in 1900. Photo by Hulton Deutsch/Getty Images

Inuit hunters in Utqiaġvik, Alaska, paddle an umiak after a bowhead whale. Photo by Galen Rowell/Getty Images

None of this suggests that whales freely give themselves to humans. But once you understand the biological and intellectual capabilities of whales—as whaling cultures surely did—it’s less of a leap to conclude that cetaceans live in their own underwater society, and can communicate their needs and wishes to humans willing to listen.

With the dawn of the 20th century and the encroachment of Euro-Americans into the North, Indigenous whaling changed drastically. Whaling in the Makah and Nuu-chah-nulth Nations essentially ended in the 1920s after commercial whalers hunted the gray whale to near extinction. In Chukotka, Russian authorities in the 1950s replaced community-based whaling with state-run whaling.

Even the whaling strongholds of Alaska’s Iñupiat villages weren’t immune. In the 1970s, the International Whaling Commission ordered a halt to subsistence bowhead whaling because US government scientists feared there were just 1,300 of the animals left. Harry Brower Sr. and other whaling captains who’d amassed lifetimes of knowledge knew that figure was wrong.

But unlike other whaling cultures, Iñupiat whalers had the means to fight back, thanks to taxes they had collected from a nearby oil boom. With the money, communities hired Western-trained scientists to corroborate traditional knowledge. The scientists developed a new methodology that used hydrophones to count bowhead whales beneath the ice, rather than extrapolating the population based on a count of the visible bowheads passing by a single, ice-free locale. Their findings proved bowheads were far more numerous than the government had previously thought, and subsistence whaling was allowed to continue.

Elsewhere, too, whaling traditions have slowly come back to life. In 1999, the Makah harvested their first whale in over 70 years. The Chukchi were allowed to hunt again in the 1990s.

Yet few modern men knew whales as intimately as Brower. Although he eschewed some traditions—he said he never wanted his own whaling song to call a harpooned whale to the umiak, for example—Brower had other ways of communicating with whales. He believed that whales listened, and that if a whaler was selfish or disrespectful, whales would avoid him. He believed that the natural world was alive with animals’ spirits, and that the inexplicable connection he’d felt with whales could only be explained by the presence of such spirits.

And he believed that in 1986, a baby whale visited him in an Anchorage hospital to show him how future generations could maintain the centuries-long relationship between humans and whales. Before he died, he told his biographer Karen Brewster that although he believed in a Christian heaven, he personally thought he would go elsewhere. “I’m going to go join the whales,” he said. “That’s the best place, I think. … You could feed all the people for the last time.”

Perhaps Brower did become a whale and feed his people one last time. Or perhaps, through his deep understanding of whale biology and behavior, he passed down the knowledge that enabled his people to feed themselves for generations to come. Today, the spring whaling deadline he proposed based on his conversation with the baby whale is still largely observed, and bowhead whales continue to sustain Iñupiat communities, both physically and culturally.

Correction: This article has been updated to clarify the original purpose of the whaling amulet that caught Erica Hill’s attention in the Smithsonian warehouse.

 

Do you know "Flake Fish" ?

Flake shark

Have you seen flake on the chalkboard at your local fish and chip shop in Australia but never really known what it is? Generally speaking, flake refers to several species of shark. 

What is flake fish? 

The name ‘flake’ refers to two species of gummy shark according to the Australian Fish Name Standard - the gummy shark from Australia (gummy shark) and the rig shark from New Zealand. The Australian Sustainable Seafood Guide explains that, “as the standard is not currently legally binding, shark meat from other species is also termed ‘flake’.“ This is where things get a little bit murky because people can’t identify which variety of shark they’re selling consumers. 

In 2015, an investigation by Greenpeace found that out of 23 Melbourne takeaway venues, seven of nine stores who thought they were selling gummy shark were actually selling school shark. And of the other 14 stores who advertised the fish as “flake” DNA testing revealed that seven were gummy shark, four school shark and two were rig sharks. This is why we’re seeing calls for better labelling systems.

Common names accepted for commercial use for shark:

Huss

Dogfish

Rock eel

Rigg

Flake 

Rock salmon are all common names for certain species of shark. 

Source: Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra)

Risks

Fish in particular flake contains high levels of mercury which is why its intake is often limited as it can have negative effects on the nervous system. For the general population, the FSANZ recommends that shark (and other specific fish like broadbill, marlin and swordfish) is eaten no more than once a week. For pregnant women, women planning pregnancy and young children it is recommended that they should not eat flake “no more than once a fortnight and should not eat any other fish during that fortnight.”

Alternatives

If you’re looking for an alternative to shark, try swordfish steaks and if you’re looking for a milder option opt for a white-fleshed fish like cod.

#earthforcefightsquad #pacifistwarriors

Un océan vivant

Lf cc scombruszod gendarmerie mar 250920 9

Ce genre de bateau usine tel ici le Scombrus (photo) baptisé en grande pompe le 25 septembre dernier à Concarneau en présence des autorités dont la ministre de la mer, sont ravageurs pour les écosystèmes océaniques et la pêche artisanale. Il y a quatre millions de bateaux de pêche dans les océans dont 40 % d’entre eux ont une pratique illégale. La surpêche en nombre détruit les populations de poissons, rejette à l'eau toute espèce qui n'est pas rentable et fait des victimes collatérales prises accidentellement dans les filets, requins et dauphins. Il faudrait mettre en place d'urgence une réglementation européenne et mondiale pour limiter les dégâts avant que les mers et les océans ne soient entièrement vidés de leurs ressources et les fonds marins détruits. Une gestion halieutique intelligente s'impose si nous voulons garder un milieu marin abondant de vie et en bonne santé pour le bien de l'humanité !

120148772 2494307027511070 3507332063678843607 o

Le "Scombrus" est un chalutier pélagique de 81 mètres appartenant à la compagnie France Pélagique qui est une filiale française du géant néerlandais Cornelis Vrolijk, dont l’empire tentaculaire étend son emprise bien au-delà de l’Europe, de la France au Nigéria, en passant par le Royaume-Uni. Outre son amour inconsidéré pour les chalutiers géants de plus de 80m - et jusqu’à près de 130m de long - Cornelis Vrolijk est également l’un des puissants promoteurs de la pêche électrique.

La Nature, le Capitalocène et l'Effondrement

  • Par
  • Le 27/03/2020
  • Dans Eco

La conférénce que j'ai présenté pour la première fois le 22 mai 2019 en Guadeloupe. Bien avant le Covid-19. Je la publie en ce temps de confinement, pour vous permettre de lire ma réfléction à ce sujet. Bonne lecture "chez vous" à la maison.

La Nature, le Capitalocène et l'Effondrement

La Nature, le Capitalocène et l'Effondrement

Avant propos

Hier encore, la Dominique dressait ses collines émeraude au-dessus de la mer turquoise. En août 2017, elle était recouverte de forêts d'un vert à nul autre pareil, chaque sommet, chaque ravin débordant de végétation. Île la plus montagneuse de la région, au couvert forestier le mieux préservé, elle était une merveille de splendeur naturelle, mais pauvre. La plupart de ses 70 000 habitants vivaient chichement sur de petites exploitations, ajoutant aux bananes plantains et ignames, un peu de pêche et de tourisme. L'île avait déjà subi une première tempête en 2015, Erika, qui avait déversé des torrents d'eau sur les collines dont certaines s'étaient effondrées.
Le 18 septembre 2017, l'ouragan Maria soudainement passé en catégorie 5 (niveau extrême encore rarement atteint), a frappé de plein fouet la Dominique. En une nuit l'île verte est devenue marron. Des vents d'une extraordinaire férocité avaient purement et simplement soufflé le couvert forestier. Si Erika n'avait fait qu'égratigner l'île, Maria l'avait littéralement écorchée. Cette fois, la totalité des infrastructures – maisons, routes, ponts, hôpitaux, écoles – avaient été pulvérisées et le secteur agricole réduit à néant. Le coût financier était estimé à deux fois le produit intérieur brut (PIB) du pays, mais, comme le nota l'agence d'information IRIN: "le sentiment de perte dépasse le chiffrable. Les descendants d'esclaves qui peuplent la Dominique n'ont pourtant rien fait pour réchauffer la planète, pas plus que les derniers Indiens Kalinagos qui y survivent. Les agriculteurs pauvres qui améliorent leurs fins de mois comme chauffeurs de taxi ou vendeurs de rue ne produisent que des empreintes carbones négligeables, et n’ont aucun pouvoir sur la fourniture mondiale d'énergie. Or, ce sont précisément eux qui ont péri sous les coups de boutoir de l'hypercyclone.

Ils ont fait quoi, les habitants de la Micronésie pour favoriser l'emballement climatique ? Ces îles oubliées du Pacifique lointain, accrochées sur l’équateur à mi-chemin entre l’Australie et Hawaï, un archipel d’une île et de 32 atolls, dont 12 seulement sont habités. Minuscule Etat de Micronésie aux 110 000 âmes sur des poussières de terre ferme, 726 km , soit Paris et sa couronne, dispersées sur un immense espace maritime de 3,5 millions de kilomètres carrés d’eaux territoriales, soit l’Inde. Les Kiribati en gilbertin, la langue austronésienne parlée par les habitants originaires. A l’exception de l’île Banaba, les plus hauts reliefs font 3 mètres. Ce mince affleurement en pleine mer leur est aujourd’hui fatal. En effet, les derniers modèles effectués sur la fonte de la calotte antarctique et sa fracturation en énormes icebergs laissent à penser que le niveau des océans du monde pourrait s’élever de 1 mètre à 1,80 m d’ici à 2100. Leurs terres seraient alors submergées. Aujourd’hui déjà, sur l’atoll de Tarawa, le plus peuplé, la population a dû dresser des digues de fortune et planter des palétuviers pour contenir la mer qui, à chaque tempête, s’infiltre un peu plus, érode les côtes et salinise les sols sur lesquels plus rien ne pousse. Au moins huit petites îles ont déjà été englouties. Les îles du Pacifique vont être les plus frappées par les effets du changement climatique. Avant la fin du siècle, ces îles vont devoir être abandonnées par leurs populations.
Nous vivons dans l'Anthropocène, une époque dans laquelle notre espèce particulière tient désormais les rênes des forces de la nature et décide de la trajectoire de la planète, comme cela se voit surtout dans le domaine climatique. L'humanité dans son ensemble serait donc responsable des catastrophes qui en découlent ? L’Homme est-il allé trop loin ? Avons nous enclenché sans le savoir, un processus irréversible qui mènera à l’effondrement de notre civilisation ? Possible...

Le préambule

Quand j'étais gamin, j'allais souvent à la campagne chez mes grands parents paternelles. J'adorais ça. Nous étions dans les années cinquante/soixantes en Europe centrale et la vie était bien différente de celle d'aujourd'hui. Je ne parle pas de technologie, d'industrie ou des progrès scientifiques naissants, mais tout simplement d'une vie saine et simple dans un écosystème riche et à la nature encore relativement vierge et préservée. Je revois ces images du passé comme si c'était hier. Avec mon grand père, qui après avoir été soldat pour François Joseph dans son armée de l'Empire austro- hongrois en guerre 14-18 où il a appris le métier de boulanger, faisait un petit boulot de garde forestier. Nous prenions souvent des vélos et allions au champignons quand c'était la saison. Les villages vivaient aux rythme des saisons. Forcément, il connaissait tous les bons coins comme sa poche et nous ne rentrions jamais bredouilles, nos paniers remplis de cèpes. Au retour, nous nous arrêtâmes parfois au bord des chemins pour y cueillir des fruits, des pommes, poires, cerises, abricots et prunes que mon papi faisait fermenter dans des grands futs en chêne et ensuite distillait dans son alambic artisanal pour en faire une eau de vie arrache-gueule. C'était complètement interdit, mais il s'en foutait. L'important c'était d'avoir du bon remontant pour les fêtes, pour supporter l'hiver et pour un petit coup le soir avant d'aller se coucher. Pas de télé, c'était le journal le matin, la radio le soir, un petit coup de gnôle et dodo. Tout était à portée de main et rien ne se perdait. Pas de poubelle à la maison. Le journal servait à allumer le feu et à se torcher les fesses, les restes des repas servaient à nourrir les animaux : poules, lapins, chèvre et cochon. Même le chien avait sa part. Mon grand père avait aussi un cheval et une carriole pour aller chercher le foin qu'il stockait dans le grenier pour nourrir les animaux l'hiver et leur protéger le sol. Son crottin mélangé aux autres excréments d'animaux servait comme engrais au potager ou était répandu dans les champs. On y récupérait les patates, de la betterave, du maïs et du blé, tout ce qui a été laissé par la coopérative et que se partageaient les villageois. C'était le troc : des œufs frais contre du lait frais, une poule ou un poulet contre de la farine, des fruits contre des champignons.... Quand on tuait le cochon, tout le monde participait à la fête et au repas, puis repartait chacun avec quelque chose : boudin, andouillette, des côtelettes. On faisait des saucisses, du saucisson et du jambon. Du lard et du saindoux pour la cuisine. Je n'aimais pas quand on tuait les animaux, que ce soit mon pote lapin, une poule, un canard ou le cochon. Je ne voulais pas les manger, car c'était comme si on me donnait à manger un ami. Mais bon, c'était comme ça. En attendant, tout se récupérait et rien n'était perdu ni jeté. Les plumes des oies et des canards servaient à faire les édredons pour l'hiver et mêmes les cendres du poêle servaient à remblayer les chemins ou à les saupoudrer lors des gelés hivernales ou des tempêtes de neige. Mes grands parents n'achetaient pas grand chose chez l'épicier. Du sel, des épices, du sucre, du riz et de la bière en bouteilles de verre consignées. Le pain était fait maison. Pas de frigo, c'était le puit qui fournissait l'eau potable et qui l'été était l'endroit le plus frais ou alors la cave. Pas de plastique, du papier seulement. Quand il y avait besoin, ils s'aidaient les uns les autres. Chacun apportait son savoir-faire et les outils pour les constructions, les réparations, la mécanique, il y avait le menuisier, le ferronnier et le maréchal ferrant. Une vie simple réglée au rythme de la nature et en accord avec elle.
Les vacances finies, je retournais en ville en train à vapeur, plus tard en voiture quand mon père a pu en acheter une. Une Ford. Parfois aussi en Harley Davidson avec un side-car que mon grand- père avait récupéré de l'armée américaine. Sinon, on marchait beaucoup en ville, nous prenions le tram et le trolleybus. Nous sommes devenus ''urbains'' et il fallait se débrouiller faute de moyens. On ne mangeait la viande que le dimanche, et les jours de fête. Le reste du temps c'était du ''végétal'' vu que nous avions un potager sur un petit lopin de terre avec quelques arbres fruitiers, des légumes et quelques ruches et ma mère faisait des prouesses d'invention des plats et des soupes surtout l'hiver. Confitures, miel maison, même la vie en ville était encore réglée au rythme des saisons. Vendredi c'était le jour du poisson quand il y en avait. Nous étions loin de la mer. La première fois que je l'ai vu, c'était la Baltique avec mes parents et ma soeur, je devais avoir 13 ans. Elle était agitée, froide et magnifique. La mer m'a envouté instantanément. J'ai commencé à traverser l'Europe, qui était loin d'être unie à cette époque avec frontières, passeports et visas, seul ou avec mon pote Tom à l'âge de dix sept ans. En train et en stop, sans un sou. Pour nous en faire un peu, nous faisions la manche en chantant avec nous guitares les chansons de Bob Dylan. Ça marchait plutôt bien, nous n'étions pas trop mauvais et les gens nous laissaient parfois même quelques billets. L'été terminé, début septembre, c'était le retour au bahut. Tout ce que j'ai vu à cette époque là a disparu ou a été sérieusement endommagé et progressivement changé. Dans les années soixante nous ne buvions pas de l'eau dans des bouteilles en plastique, du lait ou du jus de fruits dans des briques, les forêts étaient vertes et abondantes. Il n'y avait ni les énormes zones industrielles ni commerciales. Enfant, j'ai toujours été attiré par les indiens, les tipis, je me fabriquais des mocassins, l'arc et les flèches. Mon grand père m'avait appris la forêt, alors j'aimais parfois m'y réfugier tout seul, le visage peinturluré, avec une plume dans les cheveux, en dormant une nuit dans un tipi que j'avais construit selon les méthodes ancestrales décrites dans les vrais livres car il n'y avait ni écrans, ni portables, ni PS4 ni des tutos YouTube. Je me passionnais pour Jules Vernes, Mark Twain ou des romans d'aventures indiennes comme Winnetou de Karl May et il n'y avait que la faim qui me rapatriait à la maison, car avec mon arc je n'arrivait pas à chasser un pauvre lièvre qui passait par là.

Prise de conscience

Dans les sixties le monde était encore à peu près naturellement ''durable'' et écolo, mais ayant fuit le collectivisme soviétique imposé et la dictature communiste pour une vie à l'occidentale, je m'en souciais que peu. Nous ne savions même pas ce que le mot ''écologie'' voulait dire, je ne me rappelle même pas s'il existait déjà et qui l'avait inventé. Sûrement encore un allemand (Ernst Haeckel (1)). Le sex libéré sans menace du sida oui, l'alcool, les drogues, la musique rock à fond, la crinière au vent, les motos, les bagnoles, mais une conscience écologique ? Woodstock à poil dans la boue, c'était écologique ? Mai 68 à Paris ou le printemps de Prague ? Pas trop l'ambiance à l'écologie...Mais, petit à petit le gens commençaient à s'inquiéter tout en devenant ''urbains'' et en prenant de la distance avec la nature de nos grands parents jusqu'à en perdre complémentent le lien. L'écologie m'est peut-être apparue pour la première fois en tant que telle avec la création du Earth Day en 1972 à Stockholm en Suède, et encore. Qu'à travers les journaux et la télé où j'ai commencé à travailler à Paris en 1974, mais notre soucis était plus la guerre du Vietnam que l'écologie. Mon retour au monde naturel à dose homéopathique, je l'ai vécu par hasard à travers mon prof de fac, l'ethnologue Jean Rouch, spécialiste de l'Afrique des ''sauvages'', un passionné débonnaire et l'extraordinaire bricolo de sa légendaire Paillard-Bolex H-16mm à ressort. Puis lors de mon voyage au cœur de l'Amazonie dans une tribu d'amérindiens n'ayant eu aucun contact préalable avec la civilisation.

Je connaissais la forêt par cœur, cette forêt de chez nous, pas la tropicale, amazonienne et hostile. Après la mer, c'était pour moi une autre découverte extraordinaire, surtout des humains qui s'y cachaient depuis le début de l'humanité. Qui vivaient en harmonie et accord parfait, fondus dans cette nature sauvage et qui était leur source d'existence. J'ai alors réalisé, qu'aucune espèce vivante ne pouvait survivre en dehors de trois principes fondamentaux :

Le principe de la biodiversité : chaque écosystème est dépendant des espèces qui l’occupent
Le principe de l’interdépendance : chaque espèce dépend l'une de l'autre
Le principe des ressources épuisables : toute ressource est limité dans le temps
C'était le début de ma prise de conscience ''écologique '' qui m'a conduit vers un constat indéniable et qui, actuellement, se traduit par un effondrement général de l'espace nature et des espèces qui l'occupent.

Les faits

L'augmentation de la population d'une espèce va provoquer un déséquilibre dans les ressources qui a leur tour vont provoquer d'un coté l’effondrement et de l'autre la prolifération d'autres espèces. Je m'explique : le réchauffement climatique par exemple, impacte la température de l'océan et augmente la pression sur sa capacité d'absorption du CO2, fait fondre des glaces et l'apport volumétrique supplémentaire en eau douce et le surplus du CO2 atmosphérique engendrent son acidification qui elle, provoque le stress du corail, son blanchiment et la mort du récif. L'acide dissout sa coquille et son squelette calcaire. La lente disparition de phytoplancton depuis des années cinquante a provoqué une diminution de 40% de production de l'oxygène et a engendré l'impact sur la chaine alimentaire halieutique aidé par la surpêche pour nourrir les populations croissantes. Plus de population=plus de consommation=diminution de ressources=effondrement. C'est imparable. Les humains ont cette incroyable capacité à la destruction et ce depuis l'époque des chasseurs- cueilleurs et tout s'est accéléré exponentiellement à partir de la première révolution industrielle. Avec la démographie croissante les ressources diminuent jusqu'à leur raréfaction, voire disparition et vu que nous impactons toutes les ressources, nous impactons aussi la nature, le vivant et son habitat. L'océan joue un rôle primordial, déjà en tant que régulateur de température, absorbeur de CO2 (2/3) et producteur d'oxygène à la hauteur d'environ 70%. Plus que les forêts (1/3), donc, alors s'il est déséquilibré, toute la chaine climatique et alimentaire en est forcément bouleversée. Il y a plusieurs attitudes négatives face à de tels bouleversement :

1-Le déni
2-L'acceptation et fuite en avant favorisant le développement perpétuel
3-L'acceptation de l'idée que ce même développement permettra de trouver des solutions

4-L'acceptation dépressionnaire et constat d'impuissance
5-L'apathie, l'attente et peur de l'échec
6-Le fatalisme de l'inévitable

Le déni est motivé soit par l'avarice, soit par l'ignorance. Quelque climato-sceptiques y voient même une opportunité de développement de l'agriculture, de nouvelles sciences salutaires et d'écosystèmes artificiels planétaires. Pour les politiques, chercher des solutions réalistes n'est pas une solution, car les mesures à prendre seront forcément impopulaires avec la perte d'électeurs et du pouvoir à la clé. La majorité de la population est apathique car, ou préoccupée par son égocentrisme matériel ou par sa simple survie. A partir de ce moment précis, il est très facile de prévoir le futur de l'humanité : plus de guerres pour des ressources rares et indispensables, l'invasion des espaces par les réfugiés climatiques (200 à 500millions d'ici la fin du siècle), plus de pauvres exploités par une minorité des plus riches, plus de désastres (ouragans, inondations, incendies...), plus d'épidémies, l’effondrement de la biodiversité et du vivant. Ces dernières 50 années 60% de vertébrés ont disparu sans parler des insectes dont le taux de disparition est 8x plus élevé. Depuis trente ans, la biomasse totale des insectes diminue de 2,5 % par an et la principale cause en est la perte de leur habitat majoritairement due aux pratiques agricoles intensives et aux immenses champs en monoculture avec la destruction des haies. La chaine suit : les reptiles, batraciens et les oiseaux disparaissent en nombre à leur tour, mais aussi les petits rongeurs et les poissons. Un déclin qui pèse sur la biodiversité et notre alimentation car 75% des sortes de plantes que nous mangeons sont liées à la pollinisation. Les céréales pollinisées par le vent (blé, riz) représentent environ les deux tiers de notre consommation de produits agricoles et le tiers qui reste en termes de tonnage, ce sont les légumes, fruits et les cultures à forte valeur ajoutée, donc les plus précieuses en termes de nutrition. Cette crise est mondiale. Toute la chaîne alimentaire mondiale pèse pour un tiers des émissions de CO2 le reste est rejeté par l'économie dont l'énergie.
Nous voilà désormais déjà dans l’urgence et l’obligation d’agir, notamment en matière de maîtrise de l’utilisation des pesticides dont l’impact est le plus lourd pour ces insectes et animaux.
De ce constat anthropocènique est née la ''collapsologie'', la pseudo-science de l'inévitable et de l'effondrement systémique global : la fin de la période de la plus grande abondance matérielle jamais connue au cours de l’histoire humaine. Une abondance fondée sur des sources temporaires d’énergie concentrée et bon marché qui a rendu possible tout le reste , le processus à l’issue duquel les besoins de base (eau, alimentation, logement, habillement, énergie, etc.) ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi selon Yves Cochet. L'humain est son propre ennemi et la cause de sa propre disparition. L'anthropocène s'apparente au suicide car nous sommes dans une courbe exponentielle à l'accélération inévitable et sans freins, ce qui nous mène droit dans le mur vu que la démographie finira par exploser, les ressources par s 'épuiser et la fuite sera impossible car l'espace planétaire n'est pas extensible et sera définitivement impacté par nos activités humaines : les océans de plastique sans vie, les sols inféconds détruits par la chimie, la désertification, l'eau rare polluée et irradiée, l'air vicié. Tchernobyl et Fukushima étant à nos yeux les deux pires catastrophes dans l'histoire des crimes écologiques, aujourd'hui nous agissons comme si cela ne s'était jamais produit. Nous sommes devenus une espèce sociopathe perdant son empathie et compassion vis-à-vis d'autres espèces, de la nature et du vivant capables de massacrer 60milliards d'animaux en une année rien que pour notre nourriture tout en voulant contrôler la nature, alors que c'est elle qui nous contrôle. La solution consisterait peut-être et entre-autres à sortir de l’anthropocentrisme et adapter enfin le biocentrisme, un courant de l'éthique environnementale généralisant l'approche Kantienne (2) à tous les êtres vivants. Ces derniers doivent être considérés comme des fins en soi, c'est-à-dire comme possédant une valeur intrinsèque qui leur donne droit au respect. Nous avons un besoin urgent de retrouver une vie en harmonie avec toutes les autres espèces. Sans écologie, il n'y a pas d'économie. L'humanité est dotée de plein de qualités d'imagination, d'amour, de passion et de courage pour construire un nouveau monde, un nouveau modèle de société et est tout à fait capable de développer des alternatives durables à l'agriculture, à l'énergie tout en respectant notre planète. Nous avons des penseurs, des leaders, des philosophes, des scientifiques, des activistes, des artistes et des enseignants capables d'exploits et leur nombre va aussi en croissant. La solution à un problème impossible se trouve dans la découverte d'une solution impossible jusqu'à lors. L'impossible peut et doit devenir possible. Le monde ne nous appartient pas, nous en sommes que des locataires passagers et nous devons le transmettre en bon état aux générations à venir. La condition à la prise de conscience de masse est assujettie par deux
facteurs essentiels:
1-
la visibilité réelle de la destruction et son impact personnel immédiat

2- la disparition du travail et de ressources vitales

Alors pourquoi tout va s’effondrer ?

Nous partageons tous les souvenirs d’un été caniculaire qui, avec les températures suffocantes, la sécheresse, les feux de forêt, la prolifération des algues toxiques et les inondations, nous a fait éprouver dans notre chair et au quotidien les conséquences d’un changement climatique trop souvent réduit à une kyrielle de chiffres abstraits. C’est à ce moment précis que Nicolas Hulot, ministre et icône de la transition écologique, annonce sa démission en réaction à la politique d’un gouvernement hypnotisé par le court terme et paralysé par le poids de lobbies. Cette démission apparaît comme un signal d'alerte face à l'inertie collective des consciences et des comportements. Et ce, alors même que des indicateurs de plus en plus nombreux montrent que "La grande accélération" de la crise écologique prend la forme d'un effondrement qui pourrait remettre en question notre civilisation et même jusqu'à la survie de l’espèce. Théoricien de l’Hypothèse Gaïa, James Lovelock prédisait en 2006 qu’avant la fin du siècle 80 % de la population de la planète aura disparu ! Il écrivait : ''Notre avenir est semblable à celui des passagers d’un petit bateau qui naviguerait tranquillement vers les chutes du Niagara, sans savoir que les moteurs sont sur le point de tomber en panne.'' Voici qu'une étude parue l'été dernier va dans ce sens en évoquant la possibilité d’une "bascule climatique" : un point de non-retour à partir duquel toute la dynamique climatique de notre planète pourrait s’emballer et devenir irréversible.

Développé par différents auteurs, le concept de "Capitalocène" permet de mieux comprendre les origines et les conséquences de cet effondrement écologique, et d’imaginer, à partir de cette prise de conscience, des stratégies pour le freiner. La profondeur des transformations environnementales opérées par le capitalisme feraient entrer la terre dans une nouvelle ère géologique, le Capitalocène, qui fait suite à l’Holocène, une période couvrant les dix derniers millénaires. Le dérèglement climatique, dû aux pollutions émises par l’extraction et la consommation d’énergies fossiles, n’est pas séparable de l’émergence du Capitalisme. Désignant sensiblement la même réalité phénoménologique que l’Anthropocène, le Capitalocène est un concept qui prend comme point de départ l'idée que le capitalisme est le principal responsable des déséquilibres environnementaux actuels. La responsabilité de l'exploitation des énergies fossiles sur la dégradation de l'environnement n'est plus à prouver et ce sont bien quelques dizaines d'entreprises qui s'enrichissent sans redistribuer leurs profits vers la sauvegarde de l'environnement.

Mais bien au-delà d’un mode de production, le capitalisme c'est une vision du monde c'est à dire à la fois un rapport social, un mode de subjectivation et de pensée, un imaginaire qui se décline à travers des représentations culturelles ainsi qu'une certaine idée de l'être humain réduit à son rôle économique de producteur/consommateur animé par la maximisation de ses intérêts égoïstes. Cette vision du monde exprime l'hégémonie de la valeur marchande et de l’abstraction économique sur la vie concrète, les communautés humaines et le milieu naturel. Il va sans dire que l’histoire de l’interaction entre l’humain et son environnement remonte aussi loin que l’histoire humaine. Depuis le début de l’hominisation, l’humain a eu à transformer, aménager, mettre en forme la nature de diverses manières pour produire ses moyens de subsistance et pour répondre à ses besoins élémentaires ( se nourrir, se vêtir et se loger). Comme notre nourriture, par exemple, ne se retrouve pas à l’état brut dans la nature, il est nécessaire de la modifier pour arriver à se nourrir (cueillette, pêche, préparation, cuisson, etc.), au même titre que nos vêtements et nos lieux d’habitation. Ce serait davantage la mise en forme de cette activité dans le contexte sociohistorique à l’intérieur duquel elle se déploie qui serait la source de cette transition géologique. Cette mise en forme historique a été conceptualisée par Marx comme le mode de production, expression qui désigne une manière, une façon de produire historiquement nos moyens d’existence et de répondre à nos besoins (eux aussi spécifiques au contexte socio-historique). Au cours de l’histoire occidentale, plusieurs modes de production se sont succédé (tribal, communal, féodal) avant que le capitalisme ne se taille une place comme mode de production dominant, et ce, au terme d’une histoire "inscrite dans les annales de l’humanité en caractère de sang et de feu". Telle est bien la grande rupture opérée par le capitalisme: pour la première fois dans l’histoire, voilà donc un mode de production qui met au principe de son fonctionnement le fait de déconnecter la production des besoins humains, et qui produit d’autant mieux, d’autant plus et d’autant plus efficacement qu’il échoue à satisfaire les besoins les plus élémentaires du plus grand nombre. Ce serait entre autres ce caractère illimité de l’accumulation du capital, qui se déploie sur une planète par définition limitée, qui serait à la source des dérèglements environnementaux et de notre sortie de l’Holocène. Attribuer la crise environnementale actuelle à une certaine conception de la nature humaine reviendrait en ce sens à naturaliser, ''déshistoriciser'' et dépolitiser un mode de production spécifique à un contexte socio- historique. Imputer le changement climatique à l'humanité entière revient à dédouaner le capitalisme. À l’acceptation de cette idée (lente et laborieuse dans le mouvement écologiste actuel), il devient tortueux d’aborder les causes de la transition écologique sans faire de politique...

Un des principaux intérêt du concept de Capitalocène est bien de mettre en exergue la relation organique qui existe entre écosystèmes naturels, organisation sociale et système techno-économique. Ce qui permet de se libérer d'une approche purement environnementale, scientifique et technocratique de l'écologie pour développer une vision intégrale qui prend en compte toutes les dimensions de notre relation au milieu naturel: économique et sociale, politique et technique, culturelle et spirituelle. Dans son interview à France-Inter, Nicolas Hulot a prononcé une phrase-clé:"C'est un problème de démocratie: qui a le pouvoir?'' Qui, en effet, a le pouvoir dans nos démocraties ? La réponse est claire: le capital financier globalisé. Les oligarchies financières détiennent le pouvoir, pas le ministre de l'écologie. Les oligarchies ont une seule stratégie: la maximalisation du profit dans le temps le plus court et souvent à n'importe quel prix humain ! On peut ne peut pas humaniser, améliorer, réformer un tel système. Il faut l'abattre. Aucun des systèmes d'oppression précédent comme l'esclavage, le colonialisme, la féodalité, n'a pu être réformé. L'oppression ne se réforme pas...face à la perspective d'effondrement, il ne peut y avoir de "sursaut radical" sans la conjonction d'une critique social radicale, capable de nous libérer de l'emprise capitaliste, et d'une vision intégrale capable d'imaginer le saut évolutif vers un nouveau stade du développement humain qui se manifesterait à travers une nouvelle forme - globale et systémique - de conscience/culture/société. Le système qui nous fait vivre et prospérer actuellement est un système globalisé, productiviste et consumériste organisé par le capitalisme, asservissant l'home par l'argent et dépendant du capital. L'homme a déjà fait l'expérience de systèmes productivistes comme, par exemple, celui du communisme qui en opposition au capitalisme était dogmato-idéologique. Le résultat final a aussi fait naître une caste supérieure dominante asservissant le peuple. Les biens qu'il dégageait en quasi autarcie lui étaient uniquement destiné et le machinisme prolétarien dont les libertés étaient restreintes ou absentes, servait exclusivement à son profit et à sa défense. En se libérant du totalitarisme idéologique, l’assujettissement de l'humain ne se fait uniquement que par la dépendance à l'argent produit par le travail fabriquant de la marchandise. L'esclavage étant l'exploitation de l'homme par l'homme, le capitalisme est l'exploitation de l'homme libéré d'esclavage par le biais de l'argent qu'il produit lui-même avec le concours de la machine. Si on y réfléchi bien, c'est exactement la même chose exceptant la liberté de choix. Aujourd'hui dans notre société post-moderne occidentalisée, nous avons le choix de refuser ou alors nous y assujettir par nous-mêmes. C'est la seule et unique différence : le libre choix de continuer à produire de l'argent ou de construire un nouveau modèle de société solidaire, de partage et de loisirs par exemple, dont le travail disparaîtrait, mais au profit de l'homme aidé par la machine qui lui procure de l'argent et dégage du temps libre. Ce n'est pas le cas. Le travail, de plus en plus précarisé, disparaît partout au profit de la machine, mais l'argent gagné ne profite qu'à celui qui la possède. C'est à dire à 1% de la population mondiale (3). L'homme a d'abord crée l'outil dont il s'est servi dans son évolution pour construire la machine, les deux destinés à lui faciliter la vie. La machine, controlée par l'homme au départ a pris le pouvoir et, aujourd'hui, c'est la machine qui contrôle l'homme. C'est l'avènement de la société technico-capitaliste et de son système de production. Ce système est condamné à l'auto-effondrement pour des raisons citées plus haut, mais il risque d'emporter dans sa chute une bonne partie de notre civilisation et de l'écosystème planétaire. Ayant coupé nos liens avec la nature, notre société post moderne anthropocentrée vit aujourd'hui dans un système artificiel et urbanisé. Tous ce qui nous entoure et tout dont nous nous servons a été produit, arrangé ou aménagé. Mêmes les arbres ont été plantés par endroits par la main de l'homme. La moitié de l'humanité vit dans les villes. Certaines espèces ont été importées d'ailleurs et mis à part quelques espaces sauvages ou préservés volontairement, rien n'est plus vraiment ''naturel''. L'air même que nous respirons est conditionné, pollué et traversé par des multiples ondes. Nous vivons dans un monde qui a subi la seule révolution de l'humanité : la révolution ''industrielle''. Les autres révolutions étant essentiellement politiques ou sociétales même celle du néolithique qui est un passage de statut de chasseur-cueilleur à celui d'une société organisée, n'est qu'une modification de la production alimentaire agricole. La révolution industrielle est une révolution de la production. L'urbanisation et l'uniformisation du monde s'accroît tout comme sa population, son occidentalisation et sa globalisation. La démocratie, la science, la métaphysique, la technologie et le capitalisme sont nés en occident et forment un système dont l’effondrement nous fera sortir malgré nous. Le capitalisme de base a engendré la lutte des classes car tout ce qui est gagné par les uns est perdu par les autres. Plus les salaires sont bas, plus les profits augmentent, mais...le salaire présente aussi le pouvoir d'achat qui est le moteur de la consommation et il faut absorber la production croissante grâce aux machines car c'est justement cette surproduction qui alimente le capitalisme.  Le déclic de ''mieux payer les salariés'' pour qu'ils achètent plus de biens que leur force de travail a produite s'organise alors. C'est le deuxième stade de l'évolution du système : l'avènement de la consommation de masse. Il ne s'agit là que d'une meilleure répartition du fruit de la croissance, l'heure du compromis et de la mise en place de l'état-providence à l'échelle nationale.Vient l'autonomisation croissante du capitalisme financier et le pouvoir accru des détenteurs du capital : les actionnaires qui sont les véritables propriétaires des sociétés cotées en bourse. Né alors le néolibéralisme mettant en concurrence les travailleurs sous l'effet du libre échange mondial et la complète mobilité des capitaux. Les syndicats se retrouvent impuissants et c'est la porte ouverte au capitalisme prédateur qui détruit l'homme, le travail, des villes-usines entières et la nature. La délocalisation et la déréglementation permettent d’échapper aux revendications populaires, aux pressions syndicales, aux réglementations fiscales et écologiques plus contraignantes. Le rôle du marché est devenu unique dans l'histoire de l'humanité, il n'y avait aucune économie qui soit dirigée et réglée par le marché avant la révolution industrielle. Depuis, tout est devenu marchandise. C'est l’accumulation du capital par la production de marchandises et devient marchandise tout ce qui entre sur le marché. Au lieu que l'économie soit enchâssé dans les relations sociales, ce sont elles qui sont enchâsse dans le système économique. La société sert le capital et non l'inverse. Le capitalisme n'est plus qu'un fait économique, mais devient un fait social total et une organisation de forme différente de toutes les autres organisations des sociétés humaines. Il ne s'agit plus d'échanger une marchandise contre une autre par le biais du troc ou de l'argent, mais produire plus d'argent grâce à des marchandises. Il ne s'agit plus de se procurer un bien utile ou de satisfaire un besoin, il s'agit in fine d'une manière ''révolutionnaire'' de produire plus d'argent par la vente des marchandises tout en exploitant le travail par le salariat, par l'addiction et par la soumission à l'argent, réduite par la quantité du travail disponible. En somme, une quantité d'argent achète du travail pour produire plus d'argent. Le capital, s'est de l'argent qui s'auto-produit lui-même en automatisant le processus de production et qui ne recherche que sa propre croissance. Quantitativement il est sans limite et infini. Son exploitation des ressources humaines et naturelles produit toujours plus de marchandises et cette surproduction, il faut la consommer en instaurant la société de consommation dont la publicité et l'obsolescence programmée servent à cet objectif. Ainsi le système a créé le monde et des hommes adaptés à lui : des consommateurs. Un occidental passe actuellement plus de temps devant les écrans que devant les professeurs, il ingurgite des milliards de spots publicitaires plus toute la publicité passive qu'il a sous les yeux à longueur de son existence. L'apprentissage se fait de plus en plus par les médias, les films, les industries du divertissement et le téléphone portable au détriment de parents, de livres et de professeurs. Le mode de production capitaliste persévère parce-qu'il a créé un monde et un homme adapté à lui et qui croit dans ses bienfaits ou plutôt des promesses de bienfaits. L'idéologie du capitalisme est donc une fuite en avant perpétuelle et un besoin de croissance à l'infini en créant un décalage entre ce que nous pensons et ce que nous faisons car à cause des machines, nous ne parvenons plus penser à ce qu'on fait. Il y a une déresponsabilisation qui fonctionne grâce à la machine et à la mécanisation ou robotisation du travail et le capitalisme devient ainsi un système autonome qui fonctionne en vue de lui-même. C'est une gigantesque machine technico-totalitaire dont les hommes ne sont que des rouages et instruments, et ceux qui en profitent peuvent être remplacés à leur tour et à n'importe quel moment, même l'oligarchie. Les catastrophes en chaine provoqués par le capitalisme ne nous servent pas d'avertissement ni de leçon, c'est même le contraire. Plus nous avons une connaissance des catastrophes qui s'enchainent, plus nous cherchons à nous adapter au système en essayant de survivre dans un milieu extrême. Le système s'accroît et nous nous adaptons à lui par une course en avant technique en espérant éviter le désastre et l’effondrement. Depuis la révolution industrielle il n'est plus question de l’effondrement d'une civilisation, mais plutôt d'un effondrement global d'un système uniformisé dû à une augmentation de manière continue et qui s'accélère exponentiellement. Si nous comparons les activités humaines avec le monde naturel, depuis les années 50, les exponentielles sont présentes partout. D'abord la population mondiale et avec elle la consommation d'eau, d’énergie, l'utilisation de fertilisants, la concentration atmosphérique en dioxyde d'azote, de méthane, les dégâts causés aux écosystèmes, la destruction des forêts, le taux d'extinction des espèces, la production du plastique, la pollution, la destruction de l'océan, la modification des mouvements internes des masses d'eau (gulf stream), la liste est infinie... Notre évolution technologique a réduit la mortalité, a augmenté la durée de vie et la démographie s'accroît exponentiellement. Selon les récents calculs de l'ONU, la Terre gagne chaque année 83 millions d'habitants (autant que de voitures neuves mises sur le marché). Si la population mondiale continue de se multiplier ainsi, nous serons trop nombreux pour vivre avec les ressources de la planète (déjà qu’il nous faut aujourd'hui plusieurs planètes par an pour subvenir à nos besoins). La population a doublé tous les mille ans lors des 8 derniers millénaires et elle vient de doubler en un siècle seulement. En 1830 nous étions un peu plus d'un milliard, en 1930 deux milliards et depuis, c'est l’accélération exponentielle. En 40 ans nous avons doublé (4 milliards en 1970) une fois de plus pour arriver à plus de 7,6 milliards aujourd'hui. La natalité devient la principale variable de la courbe démographique. Doit-on alors arrêter de faire des enfants ? En Europe particulièrement, depuis plusieurs années déjà, le taux de natalité est en dessous du seuil de reproduction à 1,6 enfants par femme. Et ailleurs? Selon Virginie Raisson, analyste en géopolitique prospective, la transition démographique que nous avons achevée en Europe est en cours en Afrique: la chute de la mortalité sera alors suivie plus tard par cella de la fécondité. Ce phénomène-là a eu lieu d'abord en Europe, puis en Asie... Aujourd'hui, il a lieu en Afrique. Elle ajoute : "La fécondité a chuté beaucoup plus rapidement en Asie qu'en Europe. À partir du moment où le niveau d'éducation s'élève, celle des filles notamment, et où la contraception devient disponible on voit les taux de fécondité chuter". Selon les prévisions de l’ONU en 2050, un tiers de la population mondiale sera africaine. Et en 2100, la population mondiale sera essentiellement constituée d'Africains et d'Asiatiques. Actuellement, il faut déjà nourrir toute cette population, donc la production de céréales a triplé, la consommation d’énergie a quadruplé, l'utilisation de matériaux de construction et des ressources minérales a décuplé. Mais en réalité, la question du nombre des hommes masque celle - centrale et critique - du partage de la planète, c'est-à-dire de l’espace disponible et des ressources nécessaires pour répondre aux besoins de sa population. Nous n'avons pas tous la même responsabilité dans cette pression biologique sur la planète. L’empreinte écologique d’un individu varie considérablement d’un endroit à l’autre du globe . Est-ce que c'est à ceux qui consomment le plus de réduire leur consommation ou est-ce qu'on peut infliger à des femmes de ne pas avoir d'enfant au nom du fait que d'autres souhaitent garder leur mode de vie?

Prenons l'exemple de l'industrie agroalimentaire et ses 70 milliards d'animaux de ferme élevés par l'homme pour se nourrir. La population humaine boit au quotidien 20 milliards de litres d'eau et a besoin de 10 millions de tonnes de nourriture alors que l'élevage, rien que de 1,5 milliard de vaches consomme 170 milliards de litres d'eau par jour et mange 6x plus de millions de tonnes que des humains. Ce n'est donc pas tant un problème de population humaine dans son ensemble, mais de population humaine mangeant des animaux. Le nombre de personnes que la Terre puisse nourrir dépend moins de variables démographiques que de régimes alimentaires. La production agricole mondiale actuelle permettrait déjà de répondre aux besoins alimentaires de 11.5 milliards d’individus. En revanche, si l’humanité entière opte pour le régime des Européens ou des Américains en consommant 40% à 45% de produits animaux en moyenne, alors la production agricole actuelle ne suffirait pas à nourrir 4 milliards d’habitants. La Chine avait fait le choix au début des années 1960 de la politique de l’enfant unique abandonnée l'année dernière pour cause de population vieillissante. Mais, note encore Virginie Raisson, “pour qu’une telle mesure ait une portée significative, il faudrait qu’elle soit menée en priorité là où l’on consomme le plus de protéines animales, c'est à dire en Europe ou Amérique du Nord (qui sont déjà ceux où la natalité est la plus basse)”. Une des solutions possible dans nos pays occidentaux et occidentalisés : éviter le gaspillage alimentaire. Une option intéressante, notamment quand on sait que chaque européen jette, en moyenne, 175 kg de biens comestibles par an...  Si rien ne change, d’ici 2030 l’industrie du plastique devrait doubler la quantité de pollution plastique dans les océans. À cause des défaillances systémiques de la filière plastique, il est moins coûteux de rejeter du plastique dans la nature que de le gérer efficacement jusqu’à la fin de sa vie. Bien qu’il existe des initiatives mises en place dans de nombreuses régions pour lutter contre la pollution plastique, elles sont insuffisantes, car l’industrie du plastique actuelle est coincée dans un schéma de pollution de la planète. Les fuites annuelles de plastique dans les océans resteront supérieures à neuf millions de tonnes par an jusqu’en 2030, car la croissance de la consommation de plastique dépasse celle de la capacité de gestion des déchets. Ces débris de plastique constituent une menace pour la faune: plus de 270 espèces ont été blessées par enchevêtrement dans du matériel de pêche abandonné et autres matières plastiques. De plus, on a recensé l’ingestion de plastique chez 240 espèces vivantes ; c’est à la fois un problème de santé marine et de santé humaine. La production annuelle de déchets pourrait augmenter de 41 % au cours des 15 prochaines années en raison de l’accélération de la production de plastique, entraînée par la baisse des coûts de production. Les émissions de dioxyde de carbone résultant de la gestion des déchets plastiques pourraient tripler d’ici 2030, d’autres infrastructures de traitement des déchets restant plus rentables économiquement que le recyclage. Si elle n’est pas surveillée, l’approche visant à s’attaquer au problème de la pollution plastique en transformant les déchets en énergie par incinération risque de créer d’autres polluants problématiques pour la nature et la société, au-delà des émissions de dioxyde de carbone. C’est une source de préoccupation car d’une part, les réglementations environnementales et les performances des usines ne sont pas les mêmes selon les régions du monde, et d’autre part, parce que la capacité d’incinération devrait croître de 7,5 % par an d’ici 2023 en Asie. Des mesures immédiates sont nécessaires pour mettre un terme à la croissance non contrôlée de la pollution plastique, et des initiatives coordonnées sont essentielles pour responsabiliser chaque partie prenante dans la résolution de cette tragédie des biens communs. Pour l'Arctique, c'est déjà trop tard. Même si nous stoppons dès demain toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, la région arctique va encore se réchauffer de 5 degrés Celsius d’ici la fin du siècle. L’Arctique a toujours été en première ligne face au phénomène de réchauffement climatique. Et la région en paye le prix fort. Elle, qui se caractérisait autrefois par de vastes paysages tapissés de glace et de neige, ne sera bientôt plus. En témoigne un récent rapport signé de l’ONU, nous révélant que même si nous bloquons toutes les émissions de carbone dès aujourd’hui, l’Arctique va encore se réchauffer d’au moins 3 °C d’ici 2050, et de 5 à 9 °C d’ici 2080 par rapport aux niveaux préindustriels. Sous le pergélisol de l’Arctique sont en effet contenus des milliards de tonnes de carbone et de méthane. Ces gaz à effet de serre, une fois libérés, ne feront qu’accélérer le processus de réchauffement et de fonte des glaces. Une étude récente a révélé que d’ici à 2050, quatre millions de personnes et environ 70 % des infrastructures arctiques actuelles pourraient être menacées par le dégel du pergélisol dont la fonte contribue également à l’acidification des océans. Les alertes des scientifiques, les COP, les G7, les G28, les WEC de Davos, rien n'y fera. Les Etats ne vont pas nous sauver, ils vont nous tuer. Ils agissent uniquement pour préserver un modèle qui ne répond plus à nos besoins de société. La société civile dépense énormément d’énergie à formuler des demandes acceptables pour les Etats, en abaissant son niveau d’exigence. C’est terrible. On va bientôt se féliciter d’avoir gagné un paragraphe dans un texte de loi ou un accord international, alors qu’on est clairement au-dessus de ça. Est-il encore utile de participer à toutes les actions mondiales, notamment les marches pour le Climat ? Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’y rendre. Il faut comprendre ces marches comme des grands-messes où les citoyens se retrouvent, forment une communauté de sens et puisent une énergie. Cette énergie doit ensuite servir à autre chose. La grève scolaire est intéressante. Je trouverais ça terriblement difficile d’aller en cours en ce moment, en me demandant dans quelle état sera la planète quand j’aurai fini mes études. Mais, qu’est-ce qui va se passer pendant ces cinq prochaines années ? Faire grève permet de transmettre un message fort. Cela signifie tout arrêter, ne plus faire fonctionner la machine scolaire, pour laisser du temps et de l’espace au groupe, aux idées, aux envies. L’empreinte carbone des individus n’est en rien comparable à celle de l’industrie prise dans sa globalité. Bien sûr que la responsabilité individuelle existe, mais elle reste marginale et symbolique. Elle sert en revanche aux cyniques à justifier leur apathie. Personne n’est parfait, mais si tous les imparfaits du monde se rejoignaient, cela représenterait un levier d’action formidable. Peut-être...

L'échelle et la vitesse du changement que nous provoquons est donc sans précédent dans toute l'histoire de l'humanité et dans toute histoire de la terre avec les conséquences sur les cycles biochimiques de la planète. C'est ainsi que nombreux scientifiques ont pu lister les limites planétaires : le changement climatique, l'acidification des océans, la déplétion de l’ozone stratosphérique, la perturbation du cycle du phosphore et de l'azote, la charge en aérosol atmosphérique, la consommation d'eau douce, le changement d'affectation des terres, le déclin de la biodiversité, la pollution chimique... En quantifiant ces limites nous constatons que plusieurs ont déjà été dépassé. La concentration du CO2 dans l'atmosphère a atteint un niveau qui ne garanti plus sa stabilité ce qui produit un emballement irréversible du climat qui fait fondre les glaces et élever ainsi le niveau de la mer tout en l'acidifiant, provoque des déséquilibres brutaux dans les forêts et les cultures, favorise la propagation rapide des bactéries et des maladies contagieuses. Doit-on souhaiter pour autant qu’une vague d’épidémies mortelles s’abatte sur la planète ou que l’humanité instaure un régime de la '' chasse aux vieux'' comme celui imaginé par Dino Buzzati (4)? Bien sûr que non. Pour autant, si la longévité demeure stable et qu’il n’y a pas d’épidémie...

La température mesurée en 2018 nous indique une montée sans précédant provoquant un enchainement des catastrophes naturelles (cyclones, inondations, incendies...), renforçant leur intensité et ce aussi dans les territoires épargnés jusqu'à lors. Le taux de perte de la biodiversité altère les services rendus par les écosystèmes. L'azote et le phosphore rejetés dans les eaux par l'activité agricole ne sont plus absorbés assez rapidement par le cycle naturel et font proliférer certaines espèces (sargasses). Le grand soucis : toutes ces limites sont convergentes et interconnectées. Le dépassement de l'une de ces limites peut accélérer le dépassement de toutes les autres qui interviennent aussi dans le processus, par exemple celle du pétrole, la fin de son abondance et bon marché. Les pics de toutes les autres matières premières seront atteint à un moment ou un autre. Celui du phosphore, de l'uranium, du bois, des poissons et d'eau potable, par exemple. Ce n'est qu'une question d'années. Nous sommes dans l’ère que les anthropologues appèlent l'anthropocène. Notre monde est dans un état instable, inconnu et imprévisible au seuil global et critique d'un effondrement probable. La production des marchandises et d'argent du système capitaliste post-moderne qui nous adapte à lui dont rien ne semble pour l'instant de le dévier de l'objectif de sa croissance infinie, mais tout cela sur un monde déterminé fini, ce qui va provoquer inexorablement un effondrement qui risque d'être dramatique. Il suffit de regarder ce qui se passe après quelques jours de rupture d'approvisionnement en pétrole puisque tout est basé sur lui, particulièrement l'alimentation et le transport et même la fabrication des machines à produire des énergies dites ''renouvelables''. Il existe tout un tas d'imaginaire qui se met en place lorsqu'on parle de l’effondrement , par exemple ceux qui croient que la science ou les politiques vont nous sauver, que nous avons encore le temps ce qui est d'une utopie évidente car le temps

Lire la suite

Six milliards de plus pour piller les océans… Une victoire de plus pour les lobbies

  • Par
  • Le 09/02/2020
  • Dans News

Le 12 novembre 2019, la Commission européenne de la Pêche a voté l’ouverture de nouvelles négociations qui vont conduire, entre 2021 et 2027, à accorder des subventions supplémentaires de 6 milliards d’euros à l’industrie de la pêche.

Image couv site 229

Alors que le monde entier s’alarme de la dévastation des océans, le Parlement européen a validé au mois de novembre de l'année dernière un nouveau projet de financement public de l’industrie de la pêche, à hauteur de six milliards d’euros. Quelques ONG, parmi lesquelles Earthforce FS, Sea Shepherd, Bloom ou ClientEarth, ont tenté de s’élever contre cette décision, qui ne semble pas avoir remué pour autant l’univers médiatique. Une volte-face qui en dit long sur les priorités de nos dirigeants.

Voilà, c’est fait. Encore une fois, l’information est presque passée inaperçue, alors qu’elle représente un pas de plus dans la destruction méticuleuse de nos océans. Mardi 12 novembre 2019, la Commission européenne de la Pêche a voté l’ouverture de nouvelles négociations qui vont conduire, entre 2021 et 2027, à accorder des subventions supplémentaires de 6 milliards d’euros à l’industrie de la pêche. À vingt voix sur vingt-huit (dont deux abstentions), les nouveaux euro-députés, toujours plus déconnectés des réalités, ont jugé nécessaire de renforcer les flottes maritimes de tous les pays d’Europe, de construire de nouveaux navires et de moderniser les anciens. 

Les lobbies le savent très bien : à Bruxelles, plus que partout ailleurs, il est toujours possible de contourner impunément la volonté populaire.

Pourtant, les euro-députés fraîchement élus avaient une occasion inespérée d’infléchir la politique commune dans l’intérêt de l’écologie, comme le préconisaient le président de leur commission, Chris Davies ainsi que les députés co-signataires d’une lettre ouverte adressée en octobre 2019 au Parlement européen et signée par plusieurs ONG. Qu’importe ! Les députés ont la semaine dernière repris tels quels le texte et l’enveloppe du prochain Feamp (Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche), concoctés bras dessus bras dessous avec les lobbies par leurs prédécesseurs. 

Pire, ce vote approuve une nouvelle marche-arrière puisque, sous couvert d’améliorer la sécurité des marins, une bonne partie des fonds sera dédiée à la construction de nouveaux bateaux de grande taille, autrement dit à la surpêche, bien que ce type de subventions soient interdites depuis 2004 par ce même Parlement, décidément schizophrène quand il s’agit de protéger l’environnement.

Surtout, ne nous berçons pas d’illusion, car le dernier rapport en date est clair. Comme le souligne la plate-forme LIFE (Low Impact Fishers of Europe) : 70 % des dernières subventions du Feamp ont été octroyées aux flottes de grande taille et 18 % aux petites flottes de pêche artisanale, composées de bateaux de moins de douze mètres. Autrement dit : presque tout. 

Cette énième victoire des lobbies industriels, qui a dû être fêtée derrière les caméras en toute discrétion (ils ont compris la leçon), vient ajouter un couplet de plus à la danse macabre de l’humanité. Compétitivité, croissance, emplois, protéines, ce sont les jolis mots qui permettent aux industriels de nous faire payer la destruction des océans. Malgré les coups de gueule des ONG, les alertes des scientifiques, les pétitions des citoyens et les désastres environnementaux qui s’accumulent chaque jour, tout se passe comme si les plus hautes instances de notre monde étaient sourdes à nos revendications.

Modernisons nos navires, pourvu qu’on gagne un peu d’argent avant de tomber dans le précipice ! Donnons d’une main ce que nous reprenons de l’autre ! 

Les océans sont au bord de l’effondrement. Outre les vecteurs de pollution provenant de l’activité terrestre (comme les GES et les déchets chimiques), la surpêche et la pêche illégale, qui relève du braconnage, sont les pires fléaux qui puissent frapper les étendues bleues. Si nous ne faisons rien pour arrêter la machine, les poissons pourraient être amenés à disparaître totalement d’ici 2050 selon un rapport de l’ONU, voire 2035, selon les estimations de l’océanologue Boris Worm et du biologiste Daniel Pauly.

Plus de 50 % des ressources halieutiques sont sur-exploitées, 8 % ont disparu, les trois quarts sont menacées ; et si nous avons besoin de financer de si grands navires, c’est parce que la majeure partie des poissons ont disparu de nos côtes. Nous pêchons toujours plus loin, dans des zones toujours plus profondes, avec des engins toujours plus puissants, tout simplement parce que les poissons se font de plus en plus rares. Il n’y en a plus. 

La situation est donc catastrophique : une disparition des poissons implique de facto un effondrement complet de tous les éco-systèmes marins. À cause des millions de filets de pêche perdus ou abandonnés en mer, la pêche est également la principale cause de pollution plastique des océans, bien loin devant nos bouchons et nos brosses à dents. Car l’extermination des espèces marines accélère l’acidification des océans, supérieure de 26 % par rapport au début de la révolution industrielle (quelques chiffres ici).

Si nous devons changer quelque chose dans nos modes de vie, l’urgence est de toucher à nos assiettes : c’est là que se dégustent aujourd’hui les catastrophes de demain et ce sont nos enfants qui payeront le prix de notre avidité. 

À défaut de politiques cohérentes et durables, que nos dirigeants corrompus ne mettront jamais en place, à nous d’organiser la résistance à l’échelle individuelle : si notre régime alimentaire n’en est pas dépendant, arrêtons de manger du poisson. Maintenant.

Image 5562 1365x1024

Article par: Augustin Langlade

 

 

Collapso et Solasto

Terre proteger temperature ipopba

Vous êtes un fervent adepte de la théorie de l'effondrement imminent de notre civilisation capitalo-industrielle, de cette pseudo-science de l'inévitable nommée la «collapsologie» remise au goût du jour par Pablo Servigne, ou alors un survivaliste, un libertarien, un éco-anarchiste, un éco-terroriste ou simplement un éco-inquiet  atteint du syndrome de «solastalgie». Nous sommes passé d'une culture de l'euphorie d'après-guerre et du progrès à celle du regret.

En effet, un malaise nouveau s'est emparé d'une partie de notre civilisation. C'est le mal des jeunes générations menées par leur égérie, l'adolescente suédoise Greta Thunberg. Nombreux sont nos concitoyens à éprouver un sentiment d'impuissance, de perte de sens, voire d'angoisse face aux conséquences alarmantes des activités humaines sur la planète, de l'anthropocène. C'est ce dont témoigne en partie le succès de la pétition en ligne «L'Affaire du siècle», sur la justice climatique. Initiée par des scientifiques, YouTubeurs et personnalités du spectacle, cette pétition la plus suivie de l'histoire a regroupé 2 millions de signataires en moins d'un mois. Ainsi, s'il vous est déjà arrivé de vous sentir angoissé(e) à cause du réchauffement climatique, d'avoir du mal à vous endormir en pensant qu'il y aura en 2050 plus de plastique que de poissons dans les océans, si vous avez déjà ressenti de la tristesse en pensant aux animaux marins qui meurent étouffés par les déchets plastiques, si vous vous sentez inquiets face à des étés de plus en plus caniculaires, ou si vous hésitez à faire des enfants à cause de la destruction de la planète, c'est que vous souffrez peut-être de l'éco-anxiété, de solastalgie. La solastalgie est un néologisme venant du terme anglais «solace», qui signifie «réconfort» et d'«algie» qui signifie «douleur». Inventé en 2003 par le philosophe australien Glenn Albrecht, avec un premier article publié sur ce sujet en 2005. Il décrit une forme de détresse psychique ou existentielle causée par les changements environnementaux, comme par exemple le changement climatique, la pollution et autres tensions émotionnelles dont la réalité de l'époque contemporaine nous submerge. La détresse solastalgique est parfaitement normale : elle indique que vous avez un lien puissant avec votre environnement et que vous souhaitez le conserver.

Ce concept d'origine sociologique ne désigne pas un trouble de nature médicale, mais la solastalgie est polymorphe et peut prendre de nombreuses formes cliniques (de l'insomnie à l'angoisse, voire à la dépression) et avoir des origines variées selon les sujets qui touchent les individus. L'éventail des symptômes est au moins aussi large que celui des causes. La solastalgie affecte les individus conscients qu' il n'y a pas de planète B, pour reprendre un slogan popularisé lors des marches pour le climat. Cette absence d'alternative peut se traduire par une souffrance morale, qui ressemble à s'y méprendre à la nostalgie ou à la mélancolie qu'un individu ressent en quittant le foyer aimé. La solastalgie traduit la perte de l'espoir d'un monde meilleur. Pour autant, la solastalgie n'est pas qu'une nostalgie du passé. C'est également une angoisse existentielle face à la détérioration et à la destruction irréversible de notre environnement immédiat et des êtres vivants qui l'habitent. La solastalgie est également l'expression d'un double décalage, qui met en souffrance les individus concernés. D'abord, le décalage de l'individu par rapport à « l'ordre du monde », à la société de consommation et à la majorité de ses concitoyens, qui continuent d'agir, de polluer et de consommer comme si de rien n'était. Cette prise de conscience engendre souvent un sentiment de solitude, d'incompréhension, voire de colère chez les personnes concernées. Le second décalage implique les individus pris dans un quotidien urbain, un environnement pollué, avec potentiellement un emploi dépourvu de sens. Ils ont conscience que ce mode de vie n'est plus soutenable, or ils continuent à vivre à l'opposé de leur aspiration à une vie plus simple et plus résiliente. Pour de nombreuses raisons, il leur est difficile de franchir le pas et de rompre avec leur environnement familier. Ils continuent, un peu malgré eux, à vivre comme si de rien n'était, avec, peut-être au fond, l'espoir que les choses resteront telles qu'elles sont. Mais ce déchirement qui s'opère entre leur conscience et leur quotidien les met en souffrance. La solastalgie parle à tout le monde car on pressent qu'on y sera bientôt confrontés. On sait depuis longtemps que le climat évolue, entraînant partout autour de nous des conséquences catastrophiques. Notre environnement change de plus en plus brutalement. Les canicules sont plus fréquentes, des plages disparaissent, l'air est de plus en plus pollué, les océans de plus en plus acides, les glaciers fondent, les typhons s’intensifient…Il devient impossible de rester dans le déni, d'autant que l'on sait qu'il n'y a pas d'échappatoire. Il ne s'agit plus d'abandonner un habitat détruit pour un autre, une région polluée pour une autre. On ne peut plus fermer les yeux et regarder ailleurs puisque partout, les changements sont visibles. Le sentiment de solastagie va donc se généraliser et pour faire face à cette angoisse, on ne pourra même plus s'en remettre à la sagesse rassurante des anciens, celle vers qui on se tourne depuis toujours pour savoir quoi faire en cas de situations désespérées, car ce qui nous attend n'a jamais été expérimenté auparavant et les civilisations effondrées ont emporté leur témoignages. Il va pourtant falloir apprivoiser ce nouveau sentiment pour ne pas le laisser nous submerger. Pour cela, on peut bien sûr espérer que les causes mêmes de la solastalgie disparaissent, que le sursaut tant attendu ait lieu et que ceux prêts à tout pour toujours plus de croissance et de profit changent soudain de priorité, mais il est peu probable que cela arrive à temps. De plus, les changements en cours ne peuvent pas être endigués, l'inertie est telle que des modifications radicales de notre environnement sont de toute façon inéluctables. Ce qui ne veut pas dire que tout est perdu, qu'il faut baisser les bras car il ne nous reste plus qu'à attendre la fin. Non. Il faudra simplement faire face à cela nous-mêmes, sans rien attendre des gouvernements ou des instances internationales qui prouvent chaque jour leur incompétence, accentuant par la même le sentiment de détresse et d'abandon des populations. ''On ne peut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre'', disait Einstein. En d'autres termes, la solastalgie peut nous pousser à agir pour rétablir notre environnement, le réparer pour le rendre à nouveau accueillant. Ce faisant, on répare également notre âme, on la guérit et on fait disparaître notre angoisse.

Capture d e cran 2019 06 21 a 12 42 32La courbe de Meadows

Le meilleur moyen pour prévenir la solastalgie est d'occuper son esprit, notamment en passant à l'action. Au quotidien, nous pouvons essayer de consommer différemment : réduire notre quantité de déchets, manger moins de produits d'origine animale (viande, poissons, oeufs, produits laitiers) et privilégier les végétaux, idéalement locaux et bio afin de limiter l'usage des pesticides et des OGM. Réduire nos déplacements, surtout en avion, est aussi une pierre apportée à l'édifice. Aller marcher pour le climat ou s'engager dans une association à vocation écologique permet de rencontrer des personnes partageant les mêmes préoccupations et peut ainsi contribuer à apaiser son esprit. L'activisme écologique peut aider à combattre la dépression. Et si les initiatives collectives vous tentent, passez du statut de nostalgique inquiet à celui d’écocitoyen combattant et responsable. «Be a Warrior, not a Worrier*» tel est le slogan des Guerriers Pacifistes d'Earthforce Fight Squad. En somme, nous devons continuer à lutter, réparer ce qui a été abîmé, le reconstruire sur la base des nouvelles règles imposées par ces bouleversements. Le simple fait de s'engager, de devenir acteur de son environnement et de ne plus simplement subir les changements peut aider à surmonter la solastalgie. C'est un difficile numéro d'équilibriste qui s'impose ainsi, entre la recherche de plaisirs individuels du quotidien pour continuer à vivre, la volonté de préserver autrui et celle de persévérer, malgré tout, dans les luttes. Nous reste la possibilité de nous saisir des marges de manœuvre qui subsistent, d'aller chercher ces petites brèches de liberté. Nous pouvons refuser le toujours plus, ne pas céder face à la compétitivité, tenter de résister face aux promesses de l'ascension sociale. Nous pouvons encore nous émerveiller devant la nature qui, bien que meurtrie, ne peut que forcer notre admiration. Mais il ne faut pas se mentir quant à la portée et l'efficacité de ces gestes. A l'avenir, nous aurons donc le choix entre affronter une épidémie de solastalgie ou utiliser notre intelligence collective et notre créativité pour nous adapter et modifier positivement notre environnement. Alors que les grandes lignes de notre futur semblent déjà écrites, réinscrire notre action dans le présent, sous l'impulsion d'une nouvelle éthique dont l'impératif de conduite serait le respect de soi et celui des autres, devient alors une voie pour s'affranchir. C'est là, dans cette « marge humaine », que la dignité trouve son sens politique. En effet, l'honnêteté, celle qui enjoint de ne pas répéter les erreurs passées, est de reconnaître «qu’il est vain de prétendre changer le monde» comme nous le connaissons. Celui-ci va inévitablement changer. Il change en ce moment même. Tenter d’en préserver la beauté, en gage de notre humanité avant d’avoir tout saccagé , est peut-être en revanche encore à portée de main !

Ob d26e4c climat jeunesse

*Sois un Guerrier, pas un Inquiet

 


 

 

La Consigne

  • Par
  • Le 13/12/2018
  • Dans Eco

Dans un nouveau rapport dattant d'octobre 2018, l’ADEME (agence de l’Etat pour l’environnement) passe au crible 10 dispositifs français de consigne pour réemploi d’emballages en verre. Verdict : la réutilisation des bouteilles (lavage et re-remplissage) est à bien des égards plus intéressante que l’utilisation de bouteilles en verre à usage unique.

2018 06 01 point syndical consigne csn 760x430

Notre bureau local, Earthforce FS/Caraïbes a fait du retour de la consigne son principal cheval de bataille et ce depuis bientôt deux ans. En effet, les Antilles sont producteurs de rhum et en dehors de distilleries, aussi brasseurs de quelques marques locales de bière. Il n'y a pas de fonderie de verre sur place et les bouteilles sont acheminées par transport maritime et ne servent qu'une fois, car ni consignées, ni recyclées. La disparition de cette pratique, due à l’avènement de l’emballage à usage unique, ne devrait donc pas être une fatalité et le rapport fait plusieurs recommandations pour développer cette pratique en France et particulièrement aux Antilles pour réduire l'impact environnemental à la fabrication et aussi lors du transport maritime par cargos pollueurs. Retour sur les trois enseignements clé de l’étude.

La consigne a un impact environnemental et économique positif

Dans ce rapport, l’objectif pour l’agence était d’évaluer, tant d’un point de vue économique que environnemental, la pertinence de systèmes de consigne mis en place par des producteurs (bière Météor en Alsace, Coat Albret en Bretagne) ou par des associations ou entreprises (Jean Bouteille, Bout à Bout…). Pour réaliser l’étude, l’ensemble des étapes du cycle de vie d’une bouteille ont été prises en compte : fabrication, conditionnement, transport, lavage et fin de vie (collecte des déchets, recyclage…). Sur l’ensemble de ces étapes, 7 dispositifs de consigne ont été comparés au fonctionnement aujourd’hui majoritaire en France : un système où les bouteilles en verre sont à usage unique et simplement recyclées pour une partie d’entre elles.

Un intérêt environnemental confirmé

Les résultats de l’étude confirment l’intérêt environnemental de réutiliser les bouteilles. Sur tous les indicateurs environnementaux (impact climatique, consommation en eau, consommation d’énergie primaire) et pour tous les dispositifs étudiés, le système avec consigne présente  une performance environnementale supérieure ou équivalente au système sans consigne. La principale raison à cela est le fort impact environnemental de l’étape de fabrication de la bouteille. Le rapport souligne ainsi que “l’étape de fabrication de l’emballage primaire est la phase la plus contributrice au bilan environnemental des organisations. Les impacts proviennent très majoritairement de la production du verre”. Le lavage, la distance de transport ou le nombre de réutilisation influent également sur le bilan environnemental global des dispositifs, mais dans une moindre mesure. Ainsi, même pour les systèmes de consigne récents, où le taux de retour et donc de réutilisation des bouteilles est faible, l’impact environnemental est bénéfique.

Un bilan économique positif

Mais le réemploi du verre n’est pas seulement une bonne opération pour la planète : il se révèle aussi plus pertinent d’un point de vue économique. En rassemblant les coûts supportés par les différents acteurs de la chaîne de valeur (de la fabrication de la bouteille, à son transport, son lavage et à la collecte des déchets), l’étude révèle que pour 6 des 7 dispositifs de consigne étudiés, les coûts de gestion sont moindres que dans un système de bouteilles à usage unique. C’est principalement le taux de retour des bouteilles qui permet de réaliser ces économies : plus les consommateurs ramènent les bouteilles consignées, plus le coût diminue. Pour certains dispositifs, la consigne coûte ainsi deux fois moins cher qu’un système de bouteilles à usage unique. Par exemple, pour vendre 1 000 L de boisson, le système consigné de la bière alsacienne Météor coûte 256€ au total, là où son équivalent en bouteille à usage unique coûte 517 €. Des économies qui bénéficient in fine au consommateur et contribuable (via le prix des produits ou des économies sur les coûts de gestion des déchets par exemple), mais qui ne se traduisent pas nécessairement par des gains pour les opérateurs des systèmes de consigne. L’étude souligne la difficulté d’assurer la rentabilité des dispositifs, surtout dans les premiers temps, du fait des coûts d’équipement et de logistique importants. Concrètement, l'étude montre que le principal impact environnemental est lié à la fabrication des bouteilles en verre. Cette étape contribue dans une proportion comprise entre 36% de l'impact total (hors recyclage), pour le dispositif de la brasserie Meteor, et plus de 70%, pour le dispositif "J'aime Mes Bouteilles". Ces résultats dépendent essentiellement de quelques paramètres clés. Le premier est le nombre de réutilisation des bouteilles. "Plus le nombre d'utilisations augmente, plus le nombre de bouteilles à fabriquer pour contenir 1.000 litres est faible", rappelle l'étude. Le deuxième est le lavage : sans surprise, l'impact est essentiellement lié à la consommation d'eau. Outre l'aspect lié à l'eau, l'impact du lavage dépend de l'énergie utilisée pour la laveuse et du nombre de réutilisations.

Img single end nilo

Unité de lavage et de stérilisation

Les consommateurs adhèrent à la consigne

Le rapport est également riche d’enseignements sur l’attitude des consommateurs vis-à vis-des produits consignés. Une enquête réalisée auprès des clients des commerces montre qu’une très large majorité d’entre eux ont une attitude favorable vis-à-vis des emballages réemployables-réutilisables : 88% estiment utile d’en disposer dans leur magasin. Si une partie des consommateurs de ces produits sont sensibles à l’impact positif qu’ils ont sur l’environnement (pour 56% d’entre eux, c’est une raison d’achat), le potentiel de consommateurs de ces produits est plus large. Les principales raisons invoquées pour l’achat de produits consignés sont ainsi “le goût” (90%) ou “l’habitude” (78%). La contrainte de devoir ramener l’emballage consigné dans le commerce ou le montant de la consigne ne figurent pas parmi les principaux freins invoqués par les consommateurs pour passer au consigné. 86% d’entre eux mettent plutôt en avant la force de l’habitude, qui les mène à acheter d’autres produits. Une fois engagés, les consommateurs rencontrés continuent généralement de restituer les emballages.Le rapport pointe tout de même le besoin de praticité (augmentation et diversification des points de collecte) et de fiabilité du dispositif (pas d’arrêt de fonctionnement du système) pour assurer l’adhésion des consommateurs moins sensibles à l’environnement.

Kiosque president

Kiosque Carrefour Denain

Des recommandations pour développer le réemploi des emballages en France

Grâce à une analyse fine de chaque dispositif de consigne, l’étude permet d’identifier les freins techniques, économiques et organisationnels auxquels se heurtent les initiatives actuelles et d’en tirer des enseignements pour développer le réemploi des emballages en France.

Les recommandations adressées aux producteurs, aux opérateurs et au pouvoirs publics insistent sur plusieurs points :

  • La nécessité d’impliquer les supermarchés dans la collecte des emballages consignés (le rapport propose notamment “d’étudier la possibilité et des effets induits d’un dispositif obligatoire de reprise de produits boissons en emballages réemployables consignés par les distributeurs”)
  • Le besoin de standardisation des emballages réemployables (limiter les modèles et les formats, utiliser des colles adaptées…)
  • Le besoin d’accompagnement, de financement et de communication autour du réemploi des emballages. Des actions qui pourraient être portées par les pouvoirs publics, un réseau de professionnel dédié (le réseau consigne) et l’éco-organisme CITEO, en charge de la filière de responsabilité élargie des producteurs (REP) d’emballages.

Alors que des directives européennes récentes invitent les Etats à réduire l’usage du plastique et à faire progresser le réemploi des emballages, ce rapport offre ainsi des propositions concrètes pour réduire le recours à l’usage unique.

Le kiosque à verre de Denain: http://www.fnb-info.fr/fr/Le-kiosque-a-verre-de-Denain-une-solution-economique-et-ecologique-528.html?mbID=3040

Plaquette Boréal Ecocir:http://www.fnb-info.fr/medias/fichiers/depliant_comptoir_du_verre.pdf

Collecteurs de récupération TOMRA: https://www.tomra.com/fr-fr/collection/reverse-vending

Le fonctionnement d'un lavage: https://www.youtube.com/watch?v=1jBPXSAiUbAhttp://www.directindustry.fr/prod/krones/product-7266-571744.html#product-item_1475003

L'étude complète de l'ADEME: https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-32462-analyse-dix-dispositifs-consigne.pdf

 

GES / G-20 / COP 24

 

838 gettyimages 849220858

 

 

En fin de 2015 nous en étions à 2mille milliards de tonnes de CO2 émis ces derniers 100 ans, ce qui nous a conduit à un réchauffement de 1,5°C, la base minimale à maintenir actée par l'accord de Paris signé par 195 pays et dont les USA de Trump se sont retirés. A ce jour, 147 pays sont allés au bout de leur processus de ratification. Parmi les grandes économies, la Russie et la Turquie manquent à l'appel. L'objectif central de l'accord consiste à contenir l'augmentation de la température moyenne en deçà de 2 degrés, tout en s'efforçant de limiter cette augmentation à 1,5°C degré d'ici la fin du siècle. C'est déjà atteint et donc derrière nous. Regardons devant: si nous ne voulons pas dépasser 2°C dont il est aujourd'hui question, ce que physiquement est encore possible, il faut se limiter à 3mille milliards de CO2 émis (dont 2mille milliards ont déjà été dépensés), ce qui nous laisse le droit à mille milliards de tonnes jusqu'en 2100. Le crédit carbone de la génération actuelle des 30 ans est donc aujourd'hui de 1/6 ème de ce que leurs parents et les grands parents ont eu en prenant en compte l'augmentation de la démographie qui en 3 générations s'est multiplié par 3. C'est ça les 2°C !!! Il faudra alors rendre les émissions de CO2 nulles dans toute la deuxième moitié du 21ème siècle et il faudra les avoir divisé par 3 d'ici 2050 si nous voulons y parvenir ! Actuellement en comptant l'ensemble des gaz à effet de serre (GES) produits lâchés dans l'atmosphère par notre civilisation: 21,7% viennent du fossile énergétique (charbon+pétrole), 16,8% de l'industrie, 14% du transport, 12,5% de l'agriculture, 11,3% de l'extraction et distribution d'énergies fossiles, 10,3% du bâtiment (chauffage+clim), 10% de la biomasse et déforestation et 3,4% du traitement des déchets. En production d'énergie : 78,4% fossile, 19,3% renouvelable et 2,3% nucléaire. Le fossile représente donc 2000 gigawatts d'énergie à mettre aux oubliettes dans les 35 ans à venir et les remplacer par les sources non-carbonées si nous voulons garder cette limite des 2°C. Autant de vous dire que nous sommes déjà, à l'ouverture de la COP24, très loin de cet objectif. Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) du G20 (80% des émissions de gaz à effet de serre de la planète) ont augmenté de 2% en 2017 après avoir stagné pendant trois ans. Dans le détail, la Russie (+ 4,8%) et l'Inde (+ 3,9%) font partie des mauvais élèves. De son côté, l'Europe a vu ses émissions de gaz à effet de serre augmenter de plus de 2% en 2017. Parmi les gros émetteurs que sont l’Europe, la Chine et les Etats-Unis, les meilleurs élèves sont encore les Américains parce qu’ils effectuent ces dernières années une transition du charbon vers le gaz, ce qui pèse moins sur leurs émissions. Du côté de la France, selon Eurostat, les émissions de CO2 ont augmenté de 3,2% en 2017 par rapport à l'année précédente. La moyenne de l'ensemble des pays de l'Union Européenne s'établit à + 1,8%. Les populations vont continuer à croitre et avoir recours à des énergies fossiles car les moins chères à produire avec une technologie déjà en place, même si non durables et responsables des changements climatiques d'envergure, surtout le charbon. Et quand on sait que le prochain sommet sur le climat COP24 qui s'ouvre ce dimanche à Katowice en Pologne est parrainé par le groupe polonais JSW, le premier producteur de charbon à coke dans l'Union européenne, on a le droit de se poser quelques questions. Pour résumer la situation : pour le 1,5°C c'est déjà foutu, pour le 2°C c'est pratiquement loupé et il devient extrêmement improbable de maintenir le réchauffement planétaire sous la barre des 4°C, d'ici 2100.

Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire

Nous tous, en tant que citoyens, sommes donc sous la menace d'un effondrement probable. Des bouleversements sociaux, économiques et géopolitiques majeurs seront enclenchés et ne vont faire que s’accélérer. Comment peser sur la nature de ces changements  tels que migrations de masse, émergence d’un ''capitalisme écofasciste'', la famine, l'effondrement de la biodiversité, risque de conflits pour les ressources, des guerres civiles attisées par les fanatismes xénophobes ou religieux, des guerres de clans dans un monde dévasté? Ce qui nous menace est une crise climatique à gérer avec des ''solutions'' à trouver rapidement. Comment alors réguler la mondialisation économique dans la perspective d’un effondrement du monde dans lequel nous vivons, celui de la civilisation industrielle mondialisée issue de cinq siècles de capitalisme ? Les ''collapsologues'' préfèrent définir l’effondrement comme l’extinction de l’espèce humaine. Même avec le pire scénario climatique et écologique, cette perspective reste une hypothèse relativement improbable. Étant donné l’interconnexion de l’économie mondiale, on peut étendre l’hypothèse à celle de l’effondrement d’un système : la civilisation du capitalisme industriel et sa culture consumériste, civilisation aujourd’hui globalisée même si les disparités sociales et territoriales restent majeures. Quels moyens avons nous donc pour contrecarrer une telle perspective ? Une mobilisation massive des sociétés civiles et des victimes du changement climatique face aux dégâts de l’actuelle ''mondialisation'', une insurrection éthique et politique contre toutes les attaques faites contre le vivant et la dignité humaine, la désobéissance civile et citoyenne ou bien un basculements révolutionnaire vers des sociétés du bien-vivre et de l’autonomie peuvent contrer ce scénario d’un capitalisme écofasciste. Seul le volontarisme politique, pressé par une insurrection des sociétés civiles, peut permettre d’éviter le pire.

7794730103 la marche pour le climat a eu lieu le 8 septembre 2018 a parisClimate march youth ap img 0

 

Actions en justice

Un autre moyen pour parvenir à limiter les dégâts sont les actions en justice. Emissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique, déforestation, pollution de l’eau, de l’air ou des sols, ou encore utilisation massive des ressources… les activités provoquées par les entreprises peuvent porter atteinte au droit des populations à disposer d’un environnement sain. Ce droit commence à être reconnu en tant qu'un droit en devenir.

Les entreprises qui contribuent au réchauffement climatique, à la pollution de l’air, de l’eau et des sols et à la raréfaction des ressources peuvent ainsi violer ce droit reconnu progressivement comme un droit fondamental. Ce droit, dans lequel on peut inclure le droit à l'eau, à l'air pur, à la jouissance de paysages, aux bénéfices de la biodiversité – en somme à la vie dans des conditions environnementales saines – commence à être reconnu en tant que droit fondamental de la personne humaine. Une reconnaissance qui trouve son origine dans la Déclaration de Stockholm sur l'environnement humain, adoptée en juin 1972 : "L'homme a un droit fondamental à la liberté, à l'égalité et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être. Il a le devoir solennel de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations présentes et futures." 

Ce principe a notamment été repris dans la convention 169 de l'Organisation internationale du travail, relative aux peuples indigènes dans les pays indépendants. Celle-ci invite les États à prendre des mesures spéciales pour sauvegarder l'environnement de ces peuples. En France, la Charte de l’environnement, adoptée le 28 février 2005 par le Parlement à plus de 95% des suffrages, reconnait pour la première fois en droit français un droit à chacun de pouvoir bénéficier d’un environnement sain et respectueux de la santé. Plus récemment, ''La loi biodiversité'' adoptée en juillet, a inscrit le préjudice écologique dans le code civil. En vertu de la règle du pollueur-payeur, il oblige le responsable d’un dommage à l’environnement, quel qu’il soit, à le réparer "par priorité en nature" ou, à défaut, à acquitter des dommages et intérêts.  "Il s’agirait là d’une démarche juridique complètement inédite qui s’inscrit dans un mouvement citoyen visant à demander des comptes à la justice pour les dégradations environnementales qui constituent des violations des droits fondamentaux, comme celui de vivre dans un environnement sain ou encore le droit à la santé."  Au niveau international, si aucun traité contraignant de l'ONU en matière de droits de l'Homme ne prévoit à ce jour un droit spécifique à un environnement sain, on observe, dans l’interprétation des droits humains existants, des éléments de protection pouvant contenir certaines exigences en matière de conditions environnementales. Reste toutefois le problème de la réparation et de la remise en état de l’environnement affecté, qui représente encore souvent une bataille à mener pour les communautés locales, mais les résultats commencent à venir.


07 droit environnement sain petit format

En janvier 2015, au terme d'une bataille juridique de trois ans, Shell a accepté de verser 70 millions d'euros à la communauté Bodo du Niger, touchée par deux importantes fuites de pétrole en 2008. En mai 2016, une vaste campagne de sensibilisation a permis de faire adopter une mesure interdisant les grandes opérations d’embouteillage d’eau à la multinationale Nestlé à Cascade Locs dans l'Orégon. La même chose à Warm Springs où la prise de position du Gouverneur de Californie est le résultat d’années de contre-pouvoir et de militantisme local. Particulièrement touchées par les conséquences du réchauffement climatique, les Philippines, en tant qu'Etat, viennent de marquer un premier pas dans la reconnaissance des populations à disposer d’un environnement sain. Le 27 juillet dernier, la Commission des droits de l’Homme locale a porté plainte contre 47 entreprises pour leur contribution au dérèglement climatique. Parmi elles, les Français Total et Lafarge, mais aussi d’autres grandes multinationales comme Chevron, ExxonMobil, BP, Royal Dutch Shell ou encore Glencore. La dernière victoire date d'août 2018 lorsque le géant de l'agrochimie Monsanto a été condamnée aux États-Unis à verser 290 millions de dollars à Dewayne Johnson, un jardinier atteint par un lymphome non hodgkinien incurable et qui pourrait créer un précédent : l'individu contre le pollueur.

La prochaine grande et urgente bataille citoyenne à délivrer sera l'inscription du ''Droit à l'environnement sain'' dans l'article 3 de ''La Déclaration universelle des droits de l'homme''.


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecologie libérale ou libérée ?

  • Par
  • Le 27/11/2018
  • Dans Eco

33057169 2129960457233319 3970101089331576832 n

En finir avec l'écologie libérale sans remettre en cause l’hégémonie du modèle capitaliste, la lutte contre le réchauffement climatique n’est rien d’autre qu’une diversion !

À moins de n’avoir consciemment décidé d’ignorer toute l’actualité environnementale de ces dernières semaines, vous avez probablement entendu parler du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), paru le 7 octobre et relayé par l’ensemble de la presse française et internationale. Nouvelle mise à jour de l’horloge de l’apocalypse climatique : quand bien même les Accords de Paris (COP21) sont respectés et que la hausse globale de la température d’ici 2100 se limite à 1,5-2°C, nous ferions quand-même mieux de nous préparer a des sacrés catastrophes climatiques avant 2030 à 2050, si nous sommes encore en vie d'ici là. Problème : à peine rendu public, cet n-ième rapport du GIEC est déjà à peu près obsolète puisque le consensus scientifique, au vu des efforts fournis par les États, serait une température minimale de 2°C voire 3°C pour la fin du siècle. Et une fois cette limite franchie, le réchauffement climatique entrerait dans une sorte de pilotage automatique qui rendrait futile toute tentative de régulation par l’homme. En d’autres termes, nous avons déjà franchi le seuil de la catastrophe et à cette vitesse, elle sera bientôt tranquillement dans notre salon.

Alors, puisque le grand public est légitimement en droit de paniquer, la presse internationale et une partie des influenceurs de ce monde ont sorti à peu près simultanément, chacun à sa sauce, leur joker. Des appels à l’action citoyenne, d’abord, dans tous les sens : 700 scientifiques réunis sur la une de Libération début septembre pour exhorter, alerter, supplier ceux qui décident pour nous de faire enfin quelque chose de concret : 200 "personnalités" médiatiques ménées par Aurelien Barrau dans les pages du Monde, la semaine précédente, pour froncer les sourcils et nous expliquer : ''qu'il est temps d’être sérieux" comme si le paternalisme d’Alain Delon et consorts avait le pouvoir de réveiller l’Humanité de cinquante ans de somnambulisme.

Autre option, plus proactive celle-ci : ressortir les petits manuels du bon citoyen écolo, la conscience chauffée à blanc par les appels des célébrités. Celui qui, en faisant pipi dans la douche le matin, en mangeant exclusivement des plantes et en lisant attentivement l’étiquette au supermarché tout en boycottant une telle ou telle marque, se coucherait satisfait, se sachant à son échelle contributeur actif d’un monde meilleur. Et puis, pendant qu’on en était à s’étriper sur Facebook, grâce à l’AFP, pour savoir ce qui polluait le plus entre 7 vols transatlantiques en charter et la naissance d’un enfant, l’oligarchie blanche du YouTube francophone a décidé de s’y mettre aussi. Bingo : sur Facebook, la vidéo "Il est encore temps" chiffre plus de 10 millions de vues, le site lancé conjointement cartonne et le 13 octobre, près de 80 cortèges défilaient en Europe pour sauver la planète, un peu amputés en France ces derniers jours par le mouvement des gilets jaunes, alors que la COP 24 à Katowice en Pologne arrive à grands pas.

Il faut voir, sincèrement, cet aréopage de youtubeurs nous expliquer, tout sourires, que le monde n’est pas (encore) perdu et qu’en s’y mettant, à nous tous, on pourra inverser le cours de la catastrophe. Il faut les écouter nous dire que des pétitions en ligne, le boycott, des marches citoyennes et un bon coup de pression sur la classe politique suffiront, à condition de s’y atteler sérieusement. Il faut se frotter les yeux pour y croire. Et se demander quel degré d’inconscience ou quelle quantité de psychotropes il faut posséder pour y croire réellement, après quarante ans d’action citoyenne aux résultats (quasi) nuls et d’accord internationaux piétinés les uns après les autres. Il suffit d’entendre le collapsologue Pablo Servigne, seul au milieu des youtubeurs, avouer que "c’est déjà catastrophique, mais il n’est pas trop tard pour éviter que ce soit encore pire", pour être envahi d’un sentiment de vide profond. Que diront ces mêmes influenceurs dans cinq, dix, quinze ans, quand rien n’aura bougé d’un iota ? Les rapports du GIEC ne servent plus à rien. Les appels sont muets. On continue, pourtant, à appeler. À quoi, au fait ? Au calme, surtout. À la "prise de conscience", d’accord. À l’action, certes, mais pas n’importe laquelle. Démocratique, hein. Non-violente, toujours. Diligente. Bien élevée. Individuelle. Atomisée, puisqu’il ne reste plus rien de l’esprit des luttes collectives du siècle dernier.

Toute la fable du changement individuel se déroule là, sous nos yeux. Le mythe fondateur de l’écologie libérale, qui voudrait résoudre l’équation de la survie de l’espèce en la réduisant à des habitudes de consommation personnelle. Complet hold-up sémantique, qui nous raconte ad nauseam que "l’homme" est à l’origine du réchauffement climatique, ce qui est en partie vrai concernant la destruction de son environnement – il y a même un mot pour ça, "l’anthropocène" – et que la "bonne volonté" suffira à en sortir. En consommant autrement, mais en continuant à consommer tout de même. Une performance de contorsion sémantique à faire pâlir un champion régional de Limbo. Car ce n’est pas "l’homme" en tant que tel – ou son synonyme, "l'activité humaine" – qui bouffe la planète, c’est le capitalisme qu'il a inventé dans un élan de perversion de son cerveau ultime. Le consommateur, lui, n’y est pour rien. Ce sont un demi-siècle d’empilement agressif des richesses, d’exploitation dérégulée des ressources naturelles, de croissance économique à tout prix et de déréglementation des flux de capitaux et de marchandises qui nous ont menés à cette situation désespérée. Notre consommation est la conséquence de ce modèle, en aucun cas sa cause. Sans remise en cause du capitalisme, aucune amélioration climatique n’est envisageable. Mais on a beau chercher chez les youtubeurs, dans les appels des grands quotidiens ou dans les discours des pasionarias de la science dépolitisée comme l’astrophysicien viral Aurélien Barrau, une critique systémique : pas un mot, pas une réprimande, pas même une tape sur les doigts ! Surtout, évitons le sujet du modèle politique et économique. Dans les conversations autour du climat, le capitalisme, c’est le Lord Voldemort – on ne le nomme pas, par crainte de représailles. Pile au moment où les forces en présence devraient être identifiées avec une résolution parfaite, on préfère nous cajoler avec des histoires de conscience individuelle et de bonnes volontés juxtaposées. Quand il s’agit d’esquiver la remise en cause du capitalisme, les efforts de diversion opérés depuis le début du XXIe siècle sont remarquables. Outre les appels à répétition dans la société civile, qui refilent incessamment le fardeau aux consommateurs, le monde entrepreneurial parle désormais très sérieusement, avec des étoiles dans les yeux, de "consomm’action", ''d'économie verte", de ''consomm'acteurs'', ''d'économie circulaire" et d’autres Subutex du profit. Mieux : à Bruxelles, la capitale de la mondialisation néolibérale, on tient des conférences sur la décroissance – attendez, pardon, on dit "post-croissance", maintenant. Comme si la Commission européenne, frappée d’une épiphanie, allait soudainement renoncer à sa raison d’être économique et œuvrer à faire de l’Union une ZAD géante où régneraient le troc et les pailles en carton recyclé. Comme si les lobbies de l’automobile et des énergies fossiles allaient finalement rattraper leurs décennies de dissimulation et de duperie, au nom de la bonne volonté environnementale. Comme si les intérêts économiques immédiats allaient un jour s’effacer devant l’impératif de survie de l’espèce. Comme si les politiques européennes allaient un jour s’attaquer réellement aux industries polluantes et risquer de perdre quelques points de croissance.

Appelez ça comme vous voulez, la "consommation éthique" reste un oxymore. Votre guacamole, votre quinoa ou votre soja sont des désastres environnementaux. La voiture électrique ? On ne vous propose pas d’arrêter de polluer, mais de polluer différemment. Consciencieusement. Mais n’en déplaise aux penseurs de l’économie verte, l’accroissement des richesses et la sauvegarde des écosystèmes, de l’environnement et de la biodiversité sont mutuellement exclusifs. Le problème ne vient pas du mode de consommation, il vient de la nature de la production illimitée et de la distribution des ressources dans un monde limité. Il suffit, pour s’en convaincre, de relire Naomi Klein qui disait déjà tout cela en 2016. Ou un récent rapport, commandité par les Nations Unies et paru le 31 août, qui conclut à la nécessité de mettre fin au capitalisme pour survivre aux conséquences du désastre environnemental. Nous vivons dans un monde où huit personnes possèdent autant que 50 % de la population mondiale82 % des profits générés en 2017 ont bénéficié aux 1 % les plus riches, selon Oxfam.100 entreprises totalisent 71 % de la pollution planétaire annuelle. Où un tiers de la nourriture créée chaque année – soit 1,3 milliard de tonnes – termine à la poubelle. Un monde dans lequel la majorité des habitants vit avec 2 à 10 dollars par jour, mais parvient quand même à épuiser les ressources planétaires annuelles en huit mois. Le modèle que l’on nous offre, sans alternative possible, est le plus toxique qui soit. En Occident, lutter efficacement contre le réchauffement climatique suppose de renoncer volontairement à des siècles de domination économique et diplomatique sur le reste du monde pour une meilleure gestion des ressources. En attendant, le capitalisme menace l’espèce humaine d’extinction. Voilà ce que ces multiples appels devraient marteler, inexorablement, dans la presse internationale. Voilà le propos que nos youtubeurs nationaux devraient porter, avec le même optimisme viral. Pas sûr, cependant, que tout le monde soit prêt à l’entendre. Pour la première fois, la critique du capitalisme dépasse le simple cadre d’une lutte de classe pour devenir une lutte d’espèce. On ne devrait entendre que ça. Mais non. On marche dans les rues le dimanche après-midi, à l’initiative d’un réseau social, avec de jolies pancartes "make the planet great again". On rentre chez soi, en vélo, manger un bon repas vegan. On signe une pétition Change.org contre le glyphosate. On poste sur Facebook son "geste pour la planète", drapé dans sa vertu, avant de s’endormir satisfait. Satisfait d’avoir protesté, calmement, contre la fin du monde. Satisfait d’avoir fait sa part de colibri, jusqu’au prochain appel.

Théoriquement, en restant positif, les objectifs fixés lors de la COP21 pourraient encore être atteints. D'un point de vue du fonctionnement du climat, il n'est pas totalement impossible de contenir le réchauffement de la planète, même à 2°C, mais ce sera très difficile. Cela demande des transitions sans précédent historique. Cela demanderait d'agir extrêmement vite. Il faudrait que les émissions mondiales de dioxyde de carbone baissent de moitié d'ici 2030. Le rapport montre que les solutions technologiques existent. Il y a des leviers d'action à tous les niveaux de la société, que ce soit du côté des Etats, des collectivités, des entreprises ou des citoyens. Mais on montre également qu'il y a des barrières et la plus énorme de toutes s'appelle le CAPITALISME, sans le nommer. Déjà les deux barbus ZZ TOP , Marx et son pote Engels l'ont bien compris il y a un bail. C'est donc un enjeu de gouvernance, de sorte à permettre que ces solutions soient déployées le plus rapidement possible...aie aie aie pas simple, vous avez bien compris, puisque c'est l’affaire de tous...C'est aujourd'hui une question de volonté de toute l'humanité, pas seulement des états les plus riches ou les plus industrialisés faisant partie des plus gros pollueurs et émetteurs de CO2. Ce qui va mettre notre civilisation d'accord, ce sera son déclin, voire sa disparition en majeure partie, son effondrement. Pour l'instant les effets indicateurs ne sont pas encore assez visibles et perceptibles partout et par tous, quand ce sera le cas, il sera déjà trop tard. Nous nous sommes habitué aux annonces catastrophistes sur la biodiversité mais, en un sens, pour nous, tout va encore bien. La destruction continue des écosystèmes n'a que peu d'impact sur notre quotidien. Près de 80 % des insectes auraient disparu en Europe en moins de 30 ans ; les campagnes françaises ont perdu un tiers de leurs oiseaux en 15 ans; 60 % des animaux sauvages ont disparu dans le monde depuis 1970; 50 000 km2 de forêts sont rasés chaque année (deux fois la superficie de la Bretagne); 7 % des espèces auraient déjà été éradiquées, nous faisant entrer à une vitesse record dans la 6e extinction de masse de l'histoire de la Terre. Une fois qu'un écosystème s'effondre, on ne peut plus revenir en arrière !!! On peut imaginer que l’humanité s’en sortirait en partie malgré tout en tant qu’espèce, mais les conditions dans lesquelles elle vivrait relèverait juste de la survie. La biodiversité est aujourd’hui notre meilleure assurance vie! Il y a un trop gros décalage entre l’homme et la nature. Le seul contact qu’ont beaucoup de gens avec elle, c’est au mieux un parc municipal, au pire un arbre sur un trottoir. Plus on lui tourne le dos, moins on sera enclin à la protéger, et les messages culpabilisateurs sur la crise de la biodiversité et du climat ne serviront à rien. Si on montre à quel point la machine-écosystème est belle, à quel point nous en sommes dépendants, et surtout à quel point les systèmes écologiques sont inter-connectés, tout le monde aura peut-être envie de les protéger ! On ne pisse pas dans l’eau qu’on va boire! Un autre problème, la croissance de la population humaine, qui ne va pas soudainement s’arrêter à 8 milliards d'individus. Il faut donc imaginer les politiques de conservation à l’échelle des écosystèmes entiers et non plus seulement à celle des espèces et des humains. Tout cela risque d'engendrer des profondes mutations à l'échelle planétaire, des luttes pour les territoires des migrations climatiques de masse et des guerres pour la survie. Car nous entrons déjà en guerre puisque nous avons dix ans à peine et il faudra peut-être prendre des décisions bien plus radicales pour assurer la survie de notre espèce et celle du vivant. Si la culture dominante, notre civilisation post-industrielle, se dirige tranquillement vers son effondrement, si elle détruit les écosystèmes du monde entier, c’est entre autres parce qu’elle ne considère pas le monde naturel et ses équilibres et ses dynamiques comme primordial. Au contraire, ce qu’elle considère comme primordial, c’est elle-même, son propre fonctionnement, sa croissance, son développement, ses industries, etc. C’est précisément parce que la civilisation industrielle est profondément et fondamentalement narcissique, qu’elle ne se soucie que d’elle-même, qu’elle est amenée à détruire tous les autres (les autres espèces et les autres cultures), tout ce qui n’est pas ELLE. Faisons très attention, car considérer l’effondrement de la civilisation industrielle comme la catastrophe, c’est perpétuer le paradigme destructeur qui le précipite, c’est perpétuer le narcissisme qui est au cœur de ses pulsions destructrices. L’effondrement de la civilisation industrielle est peut-être une solution, pas un problème. La santé de la biosphère est ce qu’il y a de plus important. Au-delà de l’aspect empathique élémentaire qui devrait nous pousser à nous soucier des autres, il s’agit également d’une réalité écologique élémentaire. Nous ne pouvons pas vivre sans un écosystème sain. Au fond, la vraie question que pose l’effondrement de la civilisation industrielle, au-delà de sa datation précise, de sa durée ou de sa vitesse, c’est surtout de savoir si nous, en tant qu’individus, allons souffrir ou mourir de manière anticipée. Projetée à l’échelle des sociétés, c’est la question de la pérennité de notre descendance, et même de notre ''culture''. Notre empathie devrait aussi nous soucier d'autres cultures et d'animaux...du vivant dans son ensemble. Si notre monde et mode de vie occidental s'effondre, ce ne sera pas forcément celui des autres peuples, notamment des peuples premiers qui ont su garder un contact étroit avec la nature et qui, bien au contraire, peuvent en tirer un profit conséquent en se débarrassant de ceux qui les soumettent et les exploitent depuis toujours. Les quelques objets que monsieur tout le monde utilise au quotidien le lient à l’exploitation d’une multitude d’individus et d’endroits du monde (endroits constitués d’autres individus non-humains, végétaux, animaux, etc.), dont il ignore à peu près tout, et que de cette ignorance des conséquences réelles de son mode de vie découlent les horreurs les plus diverses et les plus insoupçonnées. Il nous suffirait d’examiner la fabrication d’un téléphone portable, d’une télévision, d’un t-shirt Nike, d’une simple brosse à dent ou encore d’un ballon de foot, d’une voiture ou de n’importe quel objet produit en masse, de n’importe quelle infrastructure industrielle, pour trouver d’innombrables destructions environnementales et asservissements sociaux. Actuellement et dans les années à venir, le développement ''salutaire'' des technologies dites ''renouvelables '' (solaire, éolien, barrages, biomasse, etc.) et des hautes-technologies en général engendre déjà et continuera à engendrer une intensification, un accroissement, des pratiques extractivistes et de l’exploitation des ''ressources naturelles'' en général. Au nom donc, de la ''croissance verte '' et/ou du ''développement durable'', qui correspondent à une aggravation significative de l’impact environnemental de la civilisation industrielle. Entre autres, parce que le solaire et l’éolien industriels requièrent des métaux et minerais rares que l’on trouve en quantité limitée et en certains endroits du globe uniquement. L’extraction, le traitement et l’exploitation de ces matières premières génèrent d’ores et déjà une catastrophe écologique. Les États du monde et leurs dirigeants à la botte des lobbys capitalistes (PDG et politiciens) connaissent ces problèmes écologiques et s’en moquent éperdument – c’était attendu. Les dirigeants étatiques savent que cela risque de créer de nouveaux conflits internationaux. Ils se disent prêts à affronter cette éventualité, ainsi qu’on peut le voir dans un rapport d’office parlementaire publié sur le site du sénat et intitulé '' Les enjeux stratégiques des terres rares et des matières premières stratégiques et critiques ''.

De manière globale, la militarisation du monde va croissante, également à cause des prévisions concernant les migrations humaines massives que les changements climatiques vont engendrer, et des pénuries ou épuisements à venir ou de différentes ressources stratégiques (dont la terre elle-même, dont l’eau, etc.). Les injustices massives vont perdurer et s’accentuer. Plus que jamais, si nous voulons défendre le monde naturel contre les assauts qu’il subit et qu’il subira au cours des décennies à venir, nous avons besoin d’une résistance organisée, qui assume une conflictualité délibérée vis-à-vis de l’État, même si résister, c'est déjà trop tard. Il faudrait commencer par les en empêcher par tous les moyens avant d'entrer en résistance. Les initiatives d’individus du monde riche cherchant à augmenter la résilience de leurs communautés (façon villes en transition) à l’aide de panneaux solaires et d’éoliennes industriels ne feront qu’appuyer l’extractivisme des États et des corporations et l’exploitation d’esclaves modernes à travers le globe et surtout dans les pays pauvres ou émergents. Nous ne savons pas quand un effondrement se produira. Mais nous savons qu’actuellement les choses vont déjà très mal et qu’elles vont empirer, pendant un certain temps. Pour celui qui se bat contre l’agrégat d’exploitations et d’injustices qui compose la civilisation industrielle capitaliste, la perspective de son effondrement n’est qu’un espoir distant. De même que pour celui qui se bat contre l’accumulation des destructions écologiques qui la compose. Pour eux, l’effondrement constitue un évènement attendu avec impatience. Ce qui nous amène là, c’est un consumérisme stupide qui ne rend même pas les gens heureux. À l’origine, les fruits de la croissance étaient l’augmentation du bien-être, la réduction des inégalités, le plein-emploi, la société des loisirs. Aujourd’hui, la croissance est complètement disjointe de ces fins. La croissance nous amène à la ruine, sans plus nous livrer ses fruits. Nous aurons une planète plus difficilement habitable, et tout cela pour, finalement, un leurre ou en tout cas une machine qui désormais s’emballe et n’accroît que les intérêts financiers du capital d’une petite minorité mondiale. La difficulté qu’on a à agir tient à deux raisons. La première raison, c’est que tout notre système capitaliste de production poussant à la consommation crée la catastrophe. C’est systémique. Notre système politico-économique est un système dopé à la croissance et à l'emballement. C’est la totalité du système qui déraille. La deuxième difficulté, c’est que nous sommes vraiment coincés par le temps. Si nous voulions, par exemple, avoir une chance de rester sous les 2°C d’augmentation à la fin du siècle, il faudrait dès maintenant réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 4% par an, alors qu’elles augmentent de 2% environ. C’est énorme. Et ce, tous les ans ! Dans un premier temps, c’est peut-être plus facile, mais ensuite nous commencerons à entrer dans le dur et les changements auront des conséquences plus importantes. C’est le défi et c’est normal que cela soit difficile, puisque le temps nous presse. Donc essayer d'avancer par les petits pas comme le font les décideurs, c’est absurde. Il faudrait considérer que nous sommes dans une économie de guerre. On l’aura quand les manifestations deviendront très sensibles et nous entrerons dans un radicalisme politico-écologique car il n'y aura aucune autre issue. La civilisation dans laquelle nous sommes est déjà extrémiste. Elle nie le vivant et le détruit en masse. Ce n’est pas fantasque de l’affirmer: toute la littérature scientifique démontre que nous détruisons les conditions de vie sur Terre aujourd’hui. Donc cette civilisation est extrémiste. C’est le cœur du système même qui est extrémiste et délirant. Ce système qui, s'il veut se préserver, doit inévitablement changer des règles et quand le politique change les règles, les effets sont massifs. Et seul le politique peut avoir des effets massifs, sauf l'effondrement lui-même, bien sûr. Mais il ne le veut, évidemment, absolument pas ! Les gens sont, la plupart du temps, biberonnés à l’économie néoclassique et à l'addiction qui est le cœur de ce système. Les personnes engagées dans une démarche de résilience et de décroissance n’ont pas le même genre de frustration. Notre modernité a toujours considéré que la Nature n’était rien. C’est un capital naturel que l’on peut détruire indéfiniment et que l’on remplace par du capital technique et de la technologie. Nos dirigeants sont imprégnés de cela, donc nous avons déjà un problème culturel. A cela s’ajoute un problème d’intérêts économiques et privés contre l’intérêt écologique général. Une petite minorité d’entreprises ou de citoyens, environ 10% des gens, émet 50% des gaz à effet de serre, tandis que 50% de la population mondiale n’en émet que 10%, selon encore un rapport d’Oxfam de 2015: cela montre la situation dans laquelle nous sommes. Je pense que nous allons vivre quelque chose de si terrible que cela va franchement guérir l’humanité d’un certain nombre de tendances fâcheuses. En tout cas c’est une des possibilités et peut-être plutôt un espoir. Le même que les peuples premiers, ceux qui souffrent depuis des siècles et sont essorés par le capital. Nous pouvons être très inquiets pour les décennies à venir car nous voyons bien que ça grippe depuis longtemps. Il faudra être très vigilants et surtout intransigeants pour que l’on puisse changer vraiment les choses; si on commence à les changer substantiellement, ce sera plutôt dans la décennie suivante. Or, si tel est le cas, le risque de dérive vers une planète chaude est probable. Et une planète chaude, ce n’est plus qu’un milliard d’humains dessus vers la fin du siècle. Toute la difficulté, c’est qu’il y a une incertitude énorme sur nos marges d’action, sur ce que l’on va réussir à faire dans les dix années à vennir. Et ces dix ans seront totalement décisifs. En écoutant les discours des uns et des autres, des climato-sceptiques comme des climato-convaincus, le constat est alarmant à plus d'un titre et l’impression qui s'en dégage est que l’on ne fera rien ou pas grand chose, en tout cas. Mais nous devons garder la possibilité de faire un maximum pendant ces dix ans et à une échelle globale !!! Appelez cela de l'espoir ou de l’optimisme si vous voulez.

Là où le pessimisme s’impose, c’est que même avec cet espoir, ce sera très difficile. On n’échappera pas à une phase très sombre. Même pour cette partie de l’humanité qui a vécu de façon très simple, mais cependant facile pendant quelques générations et qui ne jure aujourd'hui que par le pouvoir d'achat confondant les fins avec les moyens, la surprise va être assez rude. Les seules pistes qui nous semblent réalistes à exploiter à ce jour pour parvenir à une hypothétique stabilité climatique et une écologie libérée indispensable sont: la décroissance rapide, soutenue et globale et les mouvements citoyens radicaux à l'instar de celui des XR (Extinction Rebellion) ou celui des peuples premiers. Le salut de notre civilisation s'y trouve peut-être...


 


 


 


 

 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Cette chimie qui tue à petit feu

  • Par
  • Le 13/09/2018

Les chimistes, ces apprentis sorciers qui manipulent et dominent le monde du vivant tout en générant des profits astronomiques et ayant un pouvoir absolu, sont le fléau de notre civilisation !!!

Tout le monde (ou presque) connait la POP (musique). Mais savez-vous ce que les POP (Polluants Organiques Persistants) ? On en trouve absolument partout et même si certains sont interdits aujourd'hui par diverses conventions internationales, d'autres "persistent" à nous empoisonner. Ces armes chimiques de destruction massive se trouvent dans tout ce que nous utilisons, ce dont nous nous servons, ce que nous mangeons, dans l'eau que nous buvons et l'air que nous respirons (pollution chimique, poussières domestiques, poussière d'usure de pneus...). Ils sont pratiquement "indestructibles".

Pcb

Un exemple simple: par la phobie du feux et la crainte de l'incendie, l'homme et son cerveau de génie a inventé le RFB (Retardateur de Flamme Bromé = http://www.cancer-environnement.fr/499-Retardateurs-de-flamme.ce.aspx), qui se trouve dans tout ce qui présente un danger de feu. (plastiques, peintures, bois, textiles, etc...). Et dans le RFB, il y a le "B"= Brome (Br)...une substance chimique extrêmement nocive et un poison pour tout le vivant (https://fr.wikipedia.org/wiki/Brome) ! Impossible de s'en débarrasser même en incinérant, car ses particules se répandent dans l'air, détruisent la couche d'ozone et nous les respirons. Presque tous les plastiques en contiennent et les procédés de recyclage, même les plus performants ne garantissent pas son élimination, sauf peut-être la pyrolyse (https://www.letemps.ch/sciences/dechets-plastiques-se-subliment-gaz-oceans-respirent). Alors recycler le plastique, qui nous envahit, envahit les océans* et entre dans la chaine alimentaire (donc dans notre assiette=poissons, lait, viande...), pour en refaire encore du plastique (l'économie circulaire) est-ce vraiment une solution? Le détruire définitivement pour produire de l'énergie ( gaz, carburant, chaleur, vapeur...) tout en utilisant des filtres performants et en générant un minimum de résidus réutilisables, peut-être...si on élimine le Brrrrrr ...

Substances dangereuses la chaine alimentaire

Revenir à la bouteille d'eau en verre consignée (matière stérile réutilisable 50 à 100x) et produite localement (réduction du CO2) éliminerait 60% des plastiques dans les océans et 80% de contaminants chimiques probables se trouvant dans une bouteille d'eau en plastique ( https://www.breizh-info.com/2018/03/19/92302/sante-eau-bouteille-plastique )

*gires océaniques, fragmentation, transport et déplacement d'organismes et de bactéries …

Article complet expliquant les POP ici : http://cervenad.blogspot.com/2016/09/polluants-organiques-persistants-pop.html

 

Turn down the volume in the ocean

Whales and dolphins use sounds to communicate and navigate in the ocean.
Whales and dolphins use sounds to communicate and navigate in the ocean.
For many millions of years, the oceans have been filled with the sounds of a geologically and biologically active planet: waves, rain, earthquakes and the songs of life from snapping shrimp to great whales. Before the age of engine-driven ships, the resounding voices of the great whales could be heard across an ocean.
Today, in much of the Northern Hemisphere, commercial shipping clouds the marine acoustic environment with fog banks of noise, and the near continuous pounding of seismic airguns in search of fossil fuels beneath the seafloor thunder throughout the waters. In the ocean's very quietest moments, blue whales singing off the Grand Banks of Canada can sometimes be heard more than 1,500 miles away off the coast of Puerto Rico. But on most days, that distance is a mere 50 to 100 miles.
So why should we care?
Over the past decade, scientists who study noise in the ocean have tried to understand how loud, man-made sounds disturb or injure whales and other marine mammals, even driving some to strand on beaches and die.
Christopher W. ClarkChristopher W. Clark
 
 
Brandon SouthallBrandon Southall
 
It is time for us to focus on the more pernicious influence of chronic, large-scale noise on marine life.
Whales, dolphins and seals use sounds to communicate, navigate, find food and detect predators. The rising level of cumulative noise from energy exploration, offshore development and commercial shipping is a constant disruption on their social networks. For life in today's ocean, the basic activities that we depend on for our lives on land are being eroded by the increasing amount of human noise beneath the waves.
These stark realities are worrying. But emerging technologies for quantifying and visualizing the effects of noise pollution can help drive a paradigm shift in how we perceive, monitor, manage and mitigate human sounds in the ocean. Ocean noise is a global problem, but the U.S. should step up and lead the way.
First, we must extend fledgling efforts to fully comprehend the acoustic footprint of our offshore and coastal activities. As a nation, we are failing the oceans by lacking a sufficiently effective program for listening to them.
The U.S. should develop and maintain dedicated undersea acoustic monitoring networks as integral parts of ocean observing systems. This would be lead by the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) and enabled through private and academic partnerships. Such a plan has been developed; now it should be implemented.
Second, we should encourage and accelerate the development of noise-reduction technologies. Thanks to proactive collaborations among industries, scientists, environmentalists and government officials, efforts are underway within the U.N.'s International Maritime Organization to develop quieting technologies for the most pervasive global noise source: large commercial ships. These and related technologies for reducing noise in oil exploration and marine construction should be standardized.
Finally, federal regulation on ocean noise must be changed. For decades, regulators have focused entirely on the short-term effects of one action at a time. A more holistic and biologically relevant risk assessment system, centered on the concepts of ocean acoustic habitats and ecosystems, is sorely needed. Emerging trends in marine spatial planning are encouraging signs, as is NOAA's support of two groups that are developing geospatial tools for mapping underwater noise and marine mammal distributions in U.S. waters.
The loss of acoustic habitats for marine species that rely on sound to live and prosper is increasing. Solutions are available. The question is whether we humans value and will invest in a healthy ocean ecosystem that supports life, and in doing so, sustain our own health and future.
 

Ces pneus dont on parle si peu

  • Par
  • Le 15/11/2017
  • Dans Eco

Ah...le pneu. Le "péneou" comme on dit en Provence. Cet accessoire indispensable à tout ce qui roule ou vole. La pollution engendré par les centaines de milliards de pneus, on évite d'en parler car cela pourrait faire peur et ce n'est pas la peine d'en rajouter vu que nous tous, nous avons au moins deux pneus à la maison. Et pourtant. Un pneu s'use par l'abrasion et en ce faisant, les 6 millions de tonnes annuelles de pneus équipant les véhicules mondiaux se transforment en poussière au fil des coups de freins, et cette poussière finit en bonne partie par être lessivée et gagner l'océan. Au total, toutes ces pollutions reviennent à jeter, par un terrien, un sac plastique dans l'océan chaque semaine (212 g par an). Toute cette poussière composée de micro et nano particules de caoutchouc et des adjuvants qu'il contient ainsi que des particules de goudron est aussi dispersée dans l'atmosphère par le vent et se dépose sur les sols où elle est mélangée à la terre par le travail des lombrics et d'autres petites bêtes, qui l'ingèrent au passage de même que les plantes et tout ce gentil mélange entre ainsi dans la chaine alimentaire. L'autre partie, charrié par la pluie, finit dans les cours d'eau et les océans où elle entre dans la chaine alimentaire à son tour, ingéré par les organismes marins. Entre 15 et 31% de tous les plastiques que l'on trouve dans les océans seraient de la matière première qui ont servi à fabriquer des produits de consommation courante. Avec tout cela, il y a des grandes chances que toute cette chimie finit dans nos assiettes. Comme s'il y en avait déjà pas assez.

L usure des pneus et des vetements synthetiques pollue les oceans width1024

On accuse les produits cosmétiques d'être les grands pourvoyeurs de microplastiques retrouvés dans les océans. Si ça n'est pas faux, le rapport publié par l'UICN (Union internationale de conservation de la nature ) montre qu'ils sont loin d'être les plus importants. Bien loin devant eux se trouvent les vêtements synthétiques et, de façon encore plus contre intuitive, les pneus. Pour aboutir à cette conclusion, l'organisation internationale a laissé de côté les microplastiques fruit de la dégradation des gros déchets qui arrivent en mer. Ils ne se sont penchés que sur ces ''poussières'' de plastiques fabriquées à dessein pour entrer dans la composition de toutes sortes d'objets de la vie courante: produits de beauté, peintures, revêtements, etc... ''Les travaux que nous avons menés nous permettent de conclure qu'entre 15 et 31% de tous les plastiques que l'on trouve dans les océans seraient de la matière première'', précise ainsi le rapport.

Xvmbb68ec52 f852 11e6 9665 bb8b25e8c5d5 805x510

L'importance des déchets plastiques que nous rejetons dans les océans est un problème écologique majeur, dont l'ampleur approcherait 15 millions de tonnes par an selon les estimations hautes. Mais ''le public croit encore trop souvent que ce problème se ramène à une mauvaise collecte des déchets plastiques'', indique le suisse Julien Boucher, premier auteur d'une récente étude de l'UICN consacrée aux microplastiques (fragments de moins de 5 mm) océaniques. Dans les pays développés, cette source de plastique océanique est même plus importante que celle due aux déchets, car ces derniers sont en effet assez bien collectés. ''Pour résoudre ce problème, il va falloir repenser la conception de nos objets'' analyse Julien Boucher, qui souligne l'importance de réfléchir à réduire l'usure et trouver des substituts moins polluants. D'autant que la croissance mondiale fait mécaniquement augmenter cette pollution diffuse, même si la collecte des déchets s'améliore.


18698199 10155137655048280 1766251993599433866 n

A chaque nettoyage organisé par Earthforce FS ou les asso amies, les pneus sont présents.   

Que ce soit dans les fonds marins, sur le littoral ou lors des randonnés dans la nature...

1

22885766 1392674657521014 3709201438998724061 n 1

 

 

La pensée écologique est-elle un lavage du cerveau idéologique ou une évidence vitale ?

  • Par
  • Le 10/08/2017
  • Dans Eco

L'humanité se trouve confronté à 4 problèmes majeurs: croissance démographique, épuisement de ressources, émissions de gaz carbonique, extinction massive des espèces.
Face à ces menaces, l’idéologie dominante mobilise des mécanismes de dissimulation et d’aveuglement: ''Parmi les sociétés humaines menacées prévaut un mode général de comportement, une tendance à s’affubler d’œillères au lieu de se concentrer sur la crise.'' Cette attitude est celle qui sépare le savoir et la croyance: nous savons que la catastrophe (écologique) est possible, voire probable, mais nous refusons de croire qu’elle se produira.
Même lorsque nous nous disons prêts à assumer notre responsabilité, on peut y voir un stratagème visant à occulter leur véritable ampleur. Il y a quelque chose de faussement rassurant dans cette promptitude à culpabiliser. Nous culpabilisons en effet bien volontiers car, si nous sommes coupables, c’est que tout dépend de nous, c’est nous qui tirons les ficelles, il suffit que nous modifions notre style de vie pour nous tirer d’affaire. Ce qu’il nous est plus difficile d’accepter, nous Occidentaux, c’est d’être réduits à un rôle purement passif d’observateur impuissant. Nous préférons nous lancer dans une frénésie d’activités, recycler nos papiers usagés, nettoyer la nature en ramassant les déchets abandonnés par les inciviques, manger bio, nous donner l’illusion de faire quelque chose, apporter notre contribution, faire notre part du colibri.
En matière d’écologie, le déni typique consiste à dire: ''Je sais que nous sommes en danger, mais je n’y crois pas vraiment, alors pourquoi changer mes habitudes?''
Mais il existe un déni inverse:''Je sais que nous ne pouvons pas faire grand-chose pour enrayer le processus qui risque de mener à notre perte, mais cette idée m’est tellement insupportable que je vais essayer, même si cela ne servira à rien!''
Tel est le raisonnement qui nous pousse à acheter par exemple des produits bio. Nul n’est assez naïf pour croire que les pommes étiquetées ''bio'', à moitié pourries et hors de prix, sont plus saines. Si nous choisissons de les acheter, ce n’est pas simplement en tant que consommateurs , mais dans l’illusion de faire un geste utile, témoigner de nos convictions, nous donner bonne conscience, participer à un vaste projet collectif des consom-acteurs.
Retour à la Mère Nature ?
Arrêtons de nous leurrer. La lueur d'une croissance indispensable et la fuite en avant permanente montrent clairement les limites de cet environnementalisme prédominant, étrange combinaison de catastrophisme et de routine, de culpabilisation et d’indifférence. L’écologie est aujourd’hui un champ de bataille idéologique majeur où se déploie toute une série de stratégies pour escamoter les véritables implications de la menace écologique:
1° l’ignorance pure et simple: c’est un phénomène marginal, qui ne mérite pas que nous nous en préoccupions, la vie (du capital) suit son cours, la nature se chargera d’elle-même...
2° la science et la technologie peuvent nous sauver...
3° le marché résoudra les problèmes (par la taxation des pollueurs, etc.)...
4° insistance sur la responsabilité individuelle au lieu de vastes mesures systémiques: chacun doit faire ce qu’il peut, recycler, réduire sa consommation, etc...
Le pire est sans doute l’appel hypocrite à un retour à l’équilibre naturel, à un mode de vie plus modeste et plus traditionnel par lequel nous renonçons à la démesure et l'insatiabilité humaine et redevenons des enfants respectueux de notre Mère Nature.
Le discours écologique dominant nous interpelle comme si nous étions a priori coupables, en dette envers notre Mère Nature, sous la pression constante d’un surmoi écologique: ''Qu’as-tu fait aujourd’hui pour dame Nature? As-tu bien jeté tes vieux papiers dans le container de recyclage prévu à cet effet? Et les bouteilles en verre, les canettes? As-tu pris ta voiture alors que tu aurais pu circuler à vélo ou emprunter les transports en commun? As-tu branché la climatisation au lieu d’ouvrir les fenêtres?''
Les enjeux idéologiques d’une telle individualisation sont évidents: tout occupé à faire mon examen de conscience personnel, j’en oublie de me poser des questions bien plus pertinentes sur notre civilisation industrielle dans son ensemble. Cette entreprise de culpabilisation trouve d’ailleurs une échappatoire facile: recycler, manger bio, utiliser des sources d’énergie renouvelables, etc. En toute bonne conscience, nous pouvons continuer notre petit bonhomme de chemin...
Mais alors, que devons-nous faire?
Nous, êtres humains, nous ne pouvons plus minimiser les dommages collatéraux générés par notre productivité. La Terre n’est plus l’arrière-plan ou l’horizon de notre activité productive, mais un objet fini que nous risquons de rendre invivable par inadvertance. Alors même que nous devenons assez puissants pour affecter les conditions élémentaires de notre existence, il nous faut reconnaître que nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres sur une petite planète non extensible. Cette prise de conscience appelle une nouvelle manière de nous inscrire dans notre environnement : non plus comme un travailleur héroïque, révolutionnaire industriel, qui exprime son potentiel créatif en exploitant les ressources inépuisables, mais comme un modeste agent qui collabore avec ce qui l’entoure et négocie en permanence un degré acceptable de sécurité et de stabilité. Le capitalisme ne se définit-il pas justement par le mépris des dommages collatéraux? Dans une logique où seul le profit importe, les dégâts écologiques ne sont pas inclus dans les coûts de production et sont en principe totalement ignorés. Même les tentatives de taxation des pollueurs ou de mise à prix des ressources naturelles (l’air compris) sont vouées à l’échec. Pour établir un nouveau mode d’interaction avec notre environnement, il faudrait un changement politico-économique radical global inscrit dans une pensée universelle.
L'humanité n'en prend pas encore vraiment le chemin !!!
 
L’image contient peut-être : ciel et plein air

Les coraux protégés aux Antilles Françaises.

  • Par
  • Le 08/08/2017
  • Dans News

Une avancée pour la protection des coraux en Caraïbes.

 

Rédigé le Dimanche 6 Août 2017 à 18:05 par Eden Plongée
 

1o Sont interdits en Guadeloupe, en Martinique et à Saint-Martin, et dans les eaux marines sous souveraineté et sous juridiction Française, et en tout temps: La mutilation, la destruction, l’enlèvement de spécimens dans le milieu naturel; On entend par mutilation les actions provoquant un colmatage, un étouffement, une abrasion, une fracturation ou une fragmentation, des nécroses, un blanchissement des spécimens.
2o Sont interdits sur tout le territoire national et en tout temps le transport, le colportage, l’utilisation commerciale ou non, la détention, la mise en vente, la vente ou l’achat des spécimens prélevés dans le milieu naturel des territoires mentionnés.

Les coraux abritent une multitude d'espèces animales.
Les coraux abritent une multitude d'espèces animales.
 

POURQUOI LES RÉCIFS CORALLIENS SONT-ILS AUSSI IMPORTANTS ?

Les récifs coralliens tels que nous les connaissons aujourd'hui existent depuis quelques 25 millions d'années. Dans les mers tropicales peu profondes, associés à la dynamique géologique régionale, ils forment petit à petit des récifs frangeants et de véritables barrières absorbant de manière très efficace l’énergie des vagues et concourent à limiter l’érosion côtière. La Guadeloupe, dans le Grand Cul de Sac Marin, possède la barrière de corail la plus longue des Petites Antilles (Approximativement 28 km).
Les coraux représentent le tiers des espèces vivantes des Océans, les scientifiques estiment que plus d’un million d’espèces animales et végétales y sont associés et qu’ils accueillent plus du quart des espèces de toute la vie sous-marine.
 
 
Une activité touristique, la plongée sous-marine.
Une activité touristique, la plongée sous-marine.
Autrement dit, les récifs coralliens sont un élément crucial de notre patrimoine naturel et de la diversité biologique de notre planète.
La protection des récifs coralliens présente un second intérêt d’ordre économique, relatif à l’ensemble des activités touristiques, de loisirs mais également commerciales qui s’y déroulent (plongée sous-marine, sports de glisse, bateaux à fond de verre, pêche professionnelle et plus largement fréquentation touristique des hôtels et restaurants en bord de plage).
 
 
Blanchissement des coraux en Guadeloupe.
Blanchissement des coraux en Guadeloupe.

Les menaces naturelles, des maladies mystérieuses !

Des phénomènes de blanchissement particulièrement importants ont été constatés ces dernières années.
Des hausses anormales des températures de surface au milieu de l'été constatées par endroits dans toutes les mers et les océans des tropiques ont été suivies de phénomènes de blanchissement à grande échelle et de cas de mortalité massive.
En octobre 2005 un phénomène de blanchissement des coraux d’une ampleur exceptionnelle en Guadeloupe a provoqué une diminution du taux de recouvrement en coraux (43 à 52 %).
 
Mortalité du corail Corne d’Elan (Acropora palmata).
Au début des années 1980, une maladie a décimé une grande partie de cette espèce auparavant florissante en Caraïbes. Aujourd’hui, d’importantes surfaces présentent les squelettes morts recouverts par les algues  (Réserve naturelle de Petite Terre, et zones du Grand Cul de sac marin en Guadeloupe par exemple).
 
 
 
Reproduction d'Oursin Diadéme (Diadema antillarum) en Guadeloupe.
Reproduction d'Oursin Diadéme (Diadema antillarum) en Guadeloupe.
Aux Antilles, en 1983, une maladie mystérieuse frappa les oursins diadèmes (Diadema antillarum) alors qu’ils peuplaient par milliers les eaux peu profondes. De nos jours, l’espèce s’est raréfiée au point qu’il est parfois difficile d’en trouver.
Comme l’oursin diadème est un herbivore, qui broute les algues, au même titre que certains poissons comme les perroquets ou les chirurgiens, dans certains endroits les algues peuvent se  développer de façon spectaculaire jusqu’à ce que les coraux finissent par être étouffés.
 
 
Corail Cerveau (Colpophyllia natans) attaqué par une maladie.
Corail Cerveau (Colpophyllia natans) attaqué par une maladie.
Des maladies, virales, bactériennes ou fongicides, s’abattent directement sur les coraux. Ces maladies sont partout présentes : maladie de la ceinture blanche, jaune, rouge, noire. Egalement la maladie des taches foncées, la peste blanche.
Personne n’est capable à ce jour de dire ce qui cause ces maladies. Il est probable que tout un éventail de facteur (stress) rende le corail vulnérable aux maladies.
 
 
Maladie de la bande jaune sur un corail Etoilé (Montastraea faveolata).
Maladie de la bande jaune sur un corail Etoilé (Montastraea faveolata).
Ces facteurs sont soit d’origine humaine, (surexploitation des ressources récifales, pollution, sédimentation due aux constructions côtières où à la déforestation), soit climatiques (réchauffement, cyclones).
 
 
Un exemple de mouillage complétement irresponsable.
Un exemple de mouillage complétement irresponsable.
 

UN ARRÊTE POUR LES PROTEGER ?

Suite à cet arrêtée, il va falloir mettre en place des mesures concrètes pour éviter la mutilation, la destruction, l’enlèvement de spécimens dans le milieu naturel.
Les travaux de terrassement sur la côte,  qui conduisent à une sur-sédimentation dans le milieu marin, sédiments qui recouvrent les coraux que la plupart des polypes sont incapables d'évacuer. Ils sont visibles il va donc être facile d’effectuer des contrôles pour les interdire.
Mais qu’en est-il de la face cachée de la destruction des coraux, cette destruction qui n’est visible, parfois, que par les plongeurs.
 
 
Des dizaines de Mérou de Nassau dans une nasse sans flotteur d'identification.
Des dizaines de Mérou de Nassau dans une nasse sans flotteur d'identification.
La plupart des dégâts infligés aux récifs sont involontaires. Une conférence internationale de gestionnaires a conclu que l'ignorance est la première cause de destruction des récifs coralliens.
La première est la pêche incontrôlée, qui conduit à la surexploitation - situation où la quantité de poissons capturés est telle que l'équilibre écologique est rompu – les nasses aux mailles trop petites capturent énormément de poissons herbivores qui ne sont pas encore apte à la reproduction et les méthodes de pêche destructrices, comme l'utilisation de filets et casiers posés à même le récif.
 
 
 
La seconde est une sur fréquentation de certains sites touristiques qui a un impact non négligeable sur la faune et la flore : par mutilation involontaire, érosion …
Mais également volontaire lorsqu’on déboise pour aménager un campement, par des feux qu’on y allume ou plus couramment l’abandon de déchets plastiques et autres … Les conséquences sont indirectes pour le corail, il y a pourtant l’érosion non négligeable des zones déboisées qui conduisent à une sédimentation du milieu marin, sans compter les déchets qui partent à la mer et recouvrent ou même détériorent les coraux (plastiques, filets, bouteilles, etc.).
 
 

Des solutions ?

Les solutions existent, certaines sont déjà en place.
Les plongeurs ont bien compris que si le milieu marin n’était pas protégé, c’est toute leur activité qui va en pâtir.
En accord avec le Parc National de Guadeloupe, ils ont élaboré une charte de bonne conduite qui vient en complément de la Charte du plongeur responsable de Longitude 181.
 
 
Installation de mouillage pour les clubs de plongée de Port-Louis en Guadeloupe.
Installation de mouillage pour les clubs de plongée de Port-Louis en Guadeloupe.
Des mouillages ont été installés par certaines communes afin de ne plus dégrader les coraux et les herbiers et parfois par des plongeurs. Un allègement de la pression de plongée sur les îlets (moins 1/3) par le report des activités de formation sur des sites moins fragiles, des pratiques de plongée sans contact avec les fonds et l'utilisation d'autres sites de découvertes aménagés par le Parc.
Dans le Grand Cul de Sac Marin, la plongée bouteille dans le cœur de parc de l’ilet Fajou et purement et simplement interdite. A l'exception du site de « la Pierre aux Anges » en limite du cœur de Parc, dans la passe à Colas, un site fréquenté régulièrement par Eden Plongée.
 
 
 
Filet accroché à une jeune colonie de Corne d'Elan (Acropora palmata).
Filet accroché à une jeune colonie de Corne d'Elan (Acropora palmata).
Et la pêche en Guadeloupe dans tout ça ?
Là on touche un domaine sensible.
La surexploitation par pêche à vocation alimentaire est généralisée et elle est la moins bien réglementée. L’absence de gestion rationnelle (absence de cantonnement de pêche) est ici endémique par désintérêt de l’état et par ignorance des populations concernées. Le manque de contrôle régulier laisse le champ libre à la pose d’engin non conforme et au non-respect de la pêche d’espèce réglementée.
 
 
Nasse sans flotteur en surface posée sur le récif.
Nasse sans flotteur en surface posée sur le récif.
Et nous plongeurs nous ne pouvons que constater :
Non-respect du temps de calage des engins de pêche (durée de présence en mer), absence de marquage en surface des nasses, pose de filets sur le récif et sur des fonds de moins de 5 mètres, filets et nasses abandonnés, braconnage de lambis, d'oursins blancs (chadrons), de langouste (au fusil et à la lanterne de nuit), maillage des nasses trop petit … Et le manque de moyen des autorités pour faire appliquer la réglementation.
A noter que ces infractions sont le plus souvent le fait de pêcheurs non professionnels.
Sur le site du Comité des pêches de Guadeloupe vous trouvez toutes les informations sur les tailles de capture.
 
Espérons que cet arrêté va conduire à terme à une prise de conscience de la fragilité du récif corallien et à la mise en place de solutions concrètes pour sa protection en particulier dans la zone adjacente de la zone de cœur de Parc Nationale de Fajou qui n’est soumise actuellement à aucune réglementation particulière.
 
 
Acropora palmata: Corne d’élan.
Acropora palmata: Corne d’élan.
 

LES ESPECES PROTEGEES.

 Famille des Acroporidés
Colonies d’ensembles de branches en forme de ramure cylindrique pour les Corne de Cerf et aplatie pour les Corne d’Elan. Taille de 30 à 250 cm.
Acropora cervicornis: Corne de cerf.
Acropora palmata: Corne d’élan.
Acropora prolifera: Corne de cerf diffuse.
 
 
 
Orbicella franksi: Corail étoile en bloc.
Orbicella franksi: Corail étoile en bloc.
Famille des Merulinidés
Colonies croissant selon plusieurs configurations : en bouquets aux bouts de longues colonnes épaisses, en grands monticules massifs avec feuilles à bordures, en tertre irréguliers incrustés de polype. Diamètre du polype environ 3 mm. Taille de 30 à 300 cm.
Orbicella annularis: Corail étoile massif.
Orbicella faveolata: Corail étoile massif.
Orbicella franksi: Corail étoile en bloc.
 
 
 
Agaricia grahamae: Agarice de Graham.
Agaricia grahamae: Agarice de Graham.
Famille des Agariciidés
Coraux foliacés en forme de soucoupe ou de fine feuille parfois enroulée en spirale. Poussent entre 20 et 50 m. Taille de 30 à 180 cm.
Agaricia grahamae: Agarice de Graham.
Agaricia lamarcki: Agarice de Lamarck.
Agaricia undata. Agarice à Spires.
 
 
Dendrogyra cylindricus: Corail cierge.
Dendrogyra cylindricus: Corail cierge.
Famille des Meandrinidés
Colonie formant de nombreuses colonnes cylindriques poussant vers le haut à partir d’une masse de base encroûtante. Taille 1.20 à 3 m.
Dendrogyra cylindrus = Dendrogyra cylindricus: Corail cierge.
 
 
 
Cladocora arbuscula-Photo Paul Hummann
Cladocora arbuscula-Photo Paul Hummann
Famille Incertae cedis
Colonies formant des petits bouquets densément ramifiés. Souvent la plus grande partie de la colonie est morte, les polypes vivants seulement à l’extrémité des branches. Taille 2 à 15 cm. Profondeur 1 à 20 M
Cladocora arbuscula : Corail arbuscule.
 
 
Mycetophyllia aliciae: Corail cactus rugueux.
Mycetophyllia aliciae: Corail cactus rugueux.
Famille des Mussidés
Coraux charnus avec des colonies en forme d’assiettes aplaties. Taille de 15 à 60 cm.
Mycetophyllia aliciae: Corail cactus rugueux.
Mycetophyllia danaana: Corail cactus à crêtes basses.
Mycetophyllia ferox: Corail cactus rugueux.
Mycetophyllia lamarckiana: Corail cactus ride.
 
 
Oculina diffusa- Photo Paul Humann
Oculina diffusa- Photo Paul Humann
Famille des Oculinidés
Colonies en bouquet densément ramifiés. Branches courtes et tordues portant de nombreux polypes surélevés. La plus grande partie de la colonie est souvent morte. Taille 2 à 30 cm.
Oculina diffusa = Madrepora virginea : Oculine diffuse.
 
 
 
Pour en savoir plus sur les coraux de Guadeloupe, venez participer avec Eden Plongée à un stage de biologie sous-marine. Ces stages on le label Esprit Parc National Guadeloupe.
Et pour connaitre les dates des prochains stages de biologie, n’hésitez pas à nous contacter.
 

Le plastique c'est fantastique

  • Par
  • Le 07/08/2017
Pourquoi le plastique n’a pas d’avenir, même avec le recyclage
 

Nous sommes cernés de plastique. Emballages, bâtiments, vêtements, et surtout : déchets. Notre ère, c’est celle du « plastocène ». Une étude récente fait le point de la situation et estime que depuis les années 1950, plus de 8 milliards de tonnes de plastique ont été produites, dont la moitié après 2004 seulement. Comme le plastique d’origine fossile ne se dégrade pas naturellement, ces déchets s’entassent progressivement dans les océans, dans les villes et accessoirement dans des décharges, causant d’irrémédiables dégâts sur notre environnement. Que compte-t-on faire de ces montagnes d’ordures ? Quel avenir pour cet élément à la fois bien utile, mais tant problématique ?

Le plastique est apparu au début du 20ème siècle, mais il n’a connu son essor planétaire qu’après la seconde guerre mondiale. Véritable « game changer » industriel, cet essor de la production de plastique a été extraordinaire, tout comme la croissance concomitante de la masse de déchets qui en découle. En guise d’exemple, la part de plastiques parmi les déchets municipaux a augmenté de 1% en 1960 à plus de 10% en 2005, dans les pays dits développés. Or, l’écrasante majorité des plastiques utilisés couramment, dérivés des hydrocarbures fossiles, ne sont pas biodégradables. Résultat : ils s’accumulent, au lieu de se décomposer, dans les décharges ou l’environnement naturel. Car il n’existe qu’un seul moyen de se débarrasser définitivement des déchets plastiques : il faut les brûler. Mais ce n’est pas le sort que connaissent la plupart de ces déchets plastiques : bien souvent, ils contaminent — à très long terme — les écosystèmes. Le plastique est aujourd’hui si omniprésent dans notre environnement qu’il a été suggéré comme un indicateur géologique pour l’anthropocène ! Les générations futures retrouveront des traces de notre civilisation à travers le plastique que nous laissons derrière nous. Et quelles traces.

100 000 mammifères marins tués chaque année
 

Une étude récente, publiée chez Science Advances, a synthétisé toutes les données disponibles sur le plastique depuis le début du siècle dernier : combien nous en avons produit, de quel type, et qu’est-ce qui arrive au matériau une fois qu’il a achevé sa courte vie commerciale. Les conclusions sont édifiantes. Des montagnes d’ordures plastiques gisent dans les océans, les décharges, ainsi que dans les réserves d’eau douce (rivières, fleuves) et les écosystèmes terrestres. Le plastique s’est immiscé partout par notre action. D’ici 2050, les auteurs de l’article estiment que l’accumulation va s’accélérer et atteindra les 12 milliards de tonnes. On ne reviendra pas ici sur les dégâts évidents provoqués par l’omniprésence des déchets plastiques. Comme le dit Roland Geyer, l’auteur principal de l’étude publiée dans Science Advances, « je serai très surpris d’apprendre qu’il s’agit d’un problème purement esthétique ». Sans rire ! Tout le monde connait aujourd’hui l’emblématique « grande poubelle du Pacifique », une aire marine où se concentrent les détritus du monde jusqu’à former un septième continent de déchets en surface. Comme en d’autres lieux, le plastique en surface empêche la lumière de pénétrer dans l’eau, et donc le développement des organismes photosynthétiques végétaux nécessaires à l’alimentation des animaux herbivores. Dans les océans, on retrouve ainsi des déchets jusqu’à 4 500 mètres de profondeur, et jusqu’à 20 kilos au fond des estomacs de baleines. Car celui-ci fait aussi son chemin dans les organismes, sous forme de microparticules, parfois même jusqu’au consommateur. Au total, on estime que 100 000 mammifères marins meurent chaque année en ingérant du plastique (à titre de comparaison, la flotte japonaise tue 330 mammifères marins par ans). 1 million d’oiseaux confondent des résidus plastiques flottant avec de la nourriture. Cependant, il n’y a pas que les animaux et les végétaux qui sont directement touchés. Ces amas colossaux de détritus diffusent également des polluants organiques persistants dans l’environnement (dont le DDT, un pesticide, des PCB, des phtalates et des métaux lourds). Pour l’instant, on estime mal les risques pour les organismes humains. Plus l’animal est placé en haut dans la chaine alimentaire, plus il est contaminé par les plastiques. Pour l’Homme, la consommation cumulative de faibles doses de ces contaminants chimiques pourrait s’avérer déterminante dans le développement de certaines maladies. Les chercheurs cherchent.

Comment en est-on arrivé là ?

Les scientifiques estiment qu’entre 5 et 13 millions de tonnes de déchets sont jetés dans l’océan chaque année. La pollution des petites rivières, des cours d’eau, et des terres est de plus en plus courante. Et il ne s’agit pas seulement des bouteilles et des emballages qui font maintenant partie de n’importe quel séjour à la plage. Ce qui pollue notre eau et notre nourriture est en grande partie invisible : il s’agit de morceaux microscopiques de fibre synthétique, provenant notamment des vêtements ! Ce qui explique l’essor fabuleux de la production de plastique sans fibre au 20ème siècle, c’est surtout son utilisation pour les emballage des objets quotidiens, et pour la construction (BTP). Cependant, la grande majorité du plastique produit depuis 1950 n’est plus en usage : sur les 8 milliards de tonnes produites, déjà plus de 6 milliards ont été jetées. Que sont ensuite devenus ces déchets plastiques ? Selon les scientifiques, seulement 12% ont été incinérés pour s’en débarrasser de façon permanente ; 9% ont été recyclés, ce qui ne fait délayer la date de péremption ; et enfin, 79% (!), soit 5 milliards de tonnes, sont actuellement dans les décharges ou éparpillées au petit bonheur la chance dans l’environnement.

Le recyclage est-il une solution ?

En Europe, 30% du plastique sans fibre est recyclé, 40% brûlé. Aux États-Unis, et dans le reste du monde selon les auteurs, environ 9% est recyclé, et 16% brûlé. Si l’on suit Roland Geyer, l’auteur principal de l’étude, le recyclage n’est pas, hélas, le remède tout trouvé à la mondialisation de la pollution plastique. Le seul bénéfice du recyclage, c’est qu’il devrait réduire la quantité de nouveau plastique à produire. Mais pour l’instant, selon lui, « Nous n’évaluons pas très bien dans quelle mesure le recyclage réduit la production primaire »… Quant à l’incinération, en plus de relâcher des gaz toxiques dans l’air, elle n’enraye guère la croissance quasi exponentielle de la masse de déchets plastiques. En quelque sorte, le plastique est victime de son succès dans un contexte de Croissance ininterrompue de la civilisation humaine. Si le plastique tient aujourd’hui une telle place dans la production industrielle, c’est parce qu’il est durable, pas cher et très résistant. Or, ce sont précisément les raisons pour lesquelles il est très difficile de s’en débarrasser, techniquement, et économiquement. Il ne manque pourtant pas d’alternatives aujourd’hui à ce plastique d’origine fossile. Pour pratiquement chaque production, il existe un matériau alternatif et naturel. Nombre de nos emballages pourraient également être évités. Mais ceci nécessite de changer de fond en comble un appareil productif qui s’est implanté durablement dans le paysage industriel mondial. Alors, que faire ?


Aboriginal Subsistence Whaling (WDC Source)

  • Par
  • Le 04/08/2017
  • Dans Eco

 

 

WDCS

The international community recognises the rights of certain aboriginal peoples to hunt a limited number of whales to meet nutritional and cultural needs. Over the last few years                      certain aboriginal subsistence whaling communities have abused the definition by allowing whale meat to enter the commercial exchange chain, with whale meat being sold to tourists.               This has allowed for a blurring of the definition which has simply assisted commercial whaling interests to advance their arguments to be allowed to resume commercial whaling.

Talking points

  • Greenland, the USA, the Russian Federation, St Vincent and the Grenadines, Canada all have aboriginal subsistence hunters

  • ASW communities hunt both whales and dolphins

  • WDC has exposed abuses of ASW hunts in Greenland with meat being sold to tourists

  • ASW allows for the hunting of endangered species

  • The IWC needs to change its classification of ASW if it is to remain credible

The International Whaling Commission implemented a moratorium on commercial whaling in 1986. However, the international community has a longstanding policy of allowing                           certain indigenous peoples to hunt otherwise protected whales to satisfy aboriginal subsistence needs. As the IWC itself declares on its website in discussing Aboriginal Subsistence            Whaling.

In several parts of the world native peoples are dependent on whale products for survival.Despite this, the International Convention for the Regulation of Whaling, which established                       the IWC, contains no definition of the key terms, including “aboriginal”, “aboriginal subsistence whaling (ASW)” or “needs”. Consequently, and also as a result of the IWC not                 implementing a management regime for these hunts, the establishment of Aboriginal Subsistence Whaling quotas and the operation of these hunts remain controversial issues for the IWC.

Current situation

The ICRW does not allow for the allocation of ASW quotas to specific aboriginal people; it sets quotas on relevant stocks from which indigenous groups whose needs have been recognized by the IWC can take whales. A government seeking an ASW quota must submit a “needs statement” (no specification or terms of reference for this document is provided by the IWC and, in fact, St Vincent has never provided such a statement in support of its aboriginal quota). The Scientific Committee assesses the status of the stocks and, based on a mathematical calculation specific to that population or species, advises if the catch limit is safe. The Commission must then decide by three-quarter majority whether to set the catch limit requested. Notably, several of the whale populations currently subject to Aboriginal Whaling would probably not be considered suitable candidates for a commercial hunt and the IWC uses a less precautionary catch calculation method to set ASW quotas than it would for commercial quotas. Essentially, when weighing human need against the survival of the stock, the IWC gives a greater emphasis to human need in ASW than commercial hunts. It is therefore vital for the whales that aboriginal whaling is well managed by the IWC to avoid abuse of this category.

The Commission has begun developing an Aboriginal Whaling Management Scheme (AWMS). Like the better known Revised Management Scheme (RMS) for commercial whaling that has long been under consideration by the IWC, the AWMS has two components: the quota setting mechanism which has now been developed for almost all the stocks concerned and a supervision and control scheme to establish how ASW will be managed in the future. Unsatisfactorily, the IWC has made, in the last decade, no progress on the latter, including how to document and evaluate needs and ensure compliance with catch limits and reporting requirements.

Recent Quotas and kills

The IWC has historically set ASW quotas in five year blocks, but since the IWC now meets every two years, has moved to six year blocks. The previous quotas set in 2008 expired in 2012 and were up for renewal in July 2012 at the IWC annual meeting in Panama. Canada sets its own quotas and the federal government raised the number of bowhead whales that can be hunted each year in Nunavut to three in May 2012.

In July 2012, the IWC issued new quotas for the Russian Federation, the USA and Bequians of St Vincent and the Grenadines. The IWC rejected a proposal from Denmark on behalf of the hunters of Greenland, after Denmark refused to accept an amendment to their quota request, and in pushing their inflated proposal to a vote, lost the whole quota from the end of 2012.

The IWC Quotas for 2013-2018

Bering-Chukchi-Beaufort Seas stock of bowhead whales (taken by native people of Alaska and Chukotka) -A total of up to 336 bowhead whales can be landed in the period 2013 - 2018, with no more than 67 whales struck in any year (and up to 15 unused strikes may be carried over each year).

Eastern North Pacific gray whales (taken by native people of Chukotka) - A total catch of 744 whales is allowed for the years 2013 - 2018 with a maximum of 140 in any one year.

Humpback whales taken by St Vincent and The Grenadines - For the seasons 2013-2018 the number of humpback whales to be taken shall not exceed 24.

The IWC Quotas for 2014-2018 (agreed at IWC65 in Slovenia)

The number of fin whales struck from the West Greenland stock in accordance with this sub-paragraph shall not exceed 19 in each of the years 2015, 2016, 2017 and 2018

The number of minke whales from the Central stock shall not exceed 12 in each of the years 2015, 2016, 2017 and 2018.

The number of minke whales struck from the West Greenland stock shall not exceed 164 in each of the years 2015, 2016, 2017 and 2018.

The number of bowhead whales struck from the West Greenland shall not exceed in each of the years 2015, 2016, 2017 and 2018.

The number of Humpback whales struck off West Greenland shall not exceed 10 in each of the years 2015, 2016, 2017 and 2018.

Recent ASW Whaling

 

 

WDC has a series of general concerns about the IWC’s management of ASW whaling, as well as specific concerns about individual hunts.

Failure to provide vital scientific data

The Scientific Committee is reliant upon whaling nations to conduct surveys of the whales they hunt and collect data such as DNA samples to help elucidate stock structure and to provide the information needed to set quotas. Failure to provide this data has serious implications. For example, without new survey and genetic data the Scientific Committee could only base its evaluation of the sustainability of Greenland’s fin and minke whale hunts on outdated assessments (from 1987 for fin whale and 1993 for minkes). For years, and with increasing urgency, the Scientific Committee warned the IWC that, without specific information from Greenland, it could not guarantee the sustainability of the hunt, and advised of “potentially serious consequences for the status of the stocks involved”. Greenland repeatedly failed to provide the data until, in 2005, faced with the IWC cancelling its fin whale quota, it volunteered to reduce its hunt to 10 whales (from 19) in the last two years of the block quota. Finally in 2006, it provided enough data for the Scientific Committee to resolve new population estimates for both species.

Strike and landing limits

ASW quotas are expressed inconsistently. After many years of campaigning by WDC, other NGOs and some conservation led countries, a strike limit is now set, meaning that once that number of whales have been hit with a harpoon (or rifle in the case of Greenland), hunting must stop, regardless of how many were landed. For other hunts, a landing limit is set. WDC is concerned that landing (or ‘take’) limits do not provide strong incentives for hunters to land all the whales that they strike. This has serious conservation implications (for example, during the 2001 Alaskan bowhead hunt, 26 whales were struck and lost). It also raises significant welfare concerns. A wide range of wounds can be inflicted by harpoons and rifles - from lacerations to soft tissue, organ or bone damage, and loss of flippers and flukes. Injured whales that do not die within hours or days may still be prevented by their wounds from functioning normally, including communicating, migrating, feeding and reproducing, and may die a premature death as a result of infection, starvation, or predation. The Bequian quota is set at number of whales ‘taken’ and this should be changed to struck to be consistent with best practice.

Who qualifies?

The IWC provides no complete definition of the word ‘aborigines’ although it is assumed through practice to refer to native or indigenous people. The IWC permits contracting governments to nominate those whom they consider applicable. Even though the IWC has been clear on what they regard as those who should benefit from aboriginal subsistence hunts there is no formal requirement that they meet any definition agreed in wider international law based on cultural or anthropological parameters.

Paragraph 13a of the Schedule to the Convention describes the aim of Aboriginal Subsistence Whaling (ASW) as “catch limits for aboriginal whaling to satisfy aboriginal subsistence need”.  In 1982 the IWC Working Group noted that,

'Aboriginal/subsistence whaling means whaling, for purposes of local aboriginal consumption, carried out by or on behalf of aboriginals, indigenous or native peoples who share strong community, social and cultural ties related to a continuing traditional dependence on whaling and on the use of whales.

Local aboriginal consumption means the traditional uses of whale products by local aboriginal, indigenous or native communities in meeting their nutritional, subsistence and cultural requirements. The term includes trade in items which are by-products of subsistence catches’ [Emphasis added].

Also, at the 36th Annual meeting in 1984, the ASW Sub-committee provided guidelines on the format and content of needs documentation. These guidelines, which the Commission agreed provided “a useful checklist of information to be provided in considering aboriginal/subsistence whaling”, sought details such as “role of whale products as food in the community/importance of whale products in the traditional diet” and “number in each whaling community”. This emphasis arguably reflects the IWC’s intent that the human population whose needs are being considered is the whaling community, not the population at large

Both Norway and Japan have taken advantage of the lack of a formal definition to try to blur the distinction between subsistence and commercial whaling by making applications on behalf of those engaged in ‘small type whaling’. St Vincent and the Grenadines, whose whaling operation is the remnant of a post-colonial commercial ‘Yankee’ whaling operation from the late 1800s, has secured a quota for the inhabitants of one of its islands (Bequia) although they are not pre-colonial firstpeople.

Of course any definition is now openly abused as we see in Greenland but, increasingly also in other countries if this 2012 comment on the Alasakan Dispatch Website can be taken as true.

Statement by non-native Alaskan about eating Bowhead whale

What is “need”?

Traditionally, the IWC has taken a twin approach in considering ASW applications; requiring to be satisfied that applicants have demonstrated both a nutritional/subsistence need for whale meat, and a cultural (i.e. traditional) reliance upon it. Historically, the Schedule specified that whales can only be taken by those “whose traditional aboriginal subsistence and cultural needs have been recognised” (our emphasis). Unfortunately, this language was not carried forward when quotas were amended in 2002. WDC believes that the previous twin approach, that highlighted the importance of nutritional need, should be re-examined.

Subsistence

In the majority of ASW cases, biological or nutritional need (i.e. the need for physical sustenance) is met or supplemented by other locally-sourced foods (including small cetaceans and other marine mammals) or increasing ‘imports’ of non-local, sometimes ‘western’ food. Thus, to justify a continued claim for an ASW quota, WDC believes that claimants should have to show something more – that their continued nutritional reliance on whales over alternatives is part of their traditional culture. WDC believes that when assessing subsistence need, the IWC should have all the relevant facts before it, including, at least, what takes of small cetaceans are being consumed by these communities in addition to the big cetacean takes proposed. Before making a judgment to allow a hunt on a potentially endangered species the Commission must be able to make an assessment of the relative impact of not granting a quota verses the risk of hunting on such endangered populations

Non-commercial

It would seem self-evident that a so-called subsistence quota should not countenance any commercial elements. However, in Greenland, once the hunting crew and boat owner have taken their share of the whale, the rest is sold to a state-owned company that processes (packages and freezes) it for distribution all over the territory, including through supermarkets. Increased evidence appears to be coming to light of narwhal that have been killed solely for their tusks, the fabled ‘unicorn horn’. The mixing of commercial and nutritional needs clouds the ability to make an appropriate assessment of the real nutritional needs of these communities.

Local consumption

All the ASW allocations require “the meat and products of such whales …to be used exclusively for local consumption”, although the Greenland and St Vincent quota do not require the consumption to be by the “aborigines”. As a result, the widely distributed whale meat distributed in Greenland can be consumed by all residents, not necessarily just the Inuit population. WDC has exposed the fact that whale meat is also available to tourists. Whale meat has It is also exported to Denmark for the non-commercial use of Greenlanders living there. The IWC does not formally define “local”, but an IWC panel suggested in 1980 that it be defined as “the barter, trade, or sharing of whale products in their harvested form with relatives of the participants in the harvest, with others in the local community or with persons in locations other than the local community [with] whom local residents share familial, social, cultural, or economic ties…”. However, this definition was never formally adopted by the IWC.

Culture

WDC believes that the IWC should apply two criteria in respect of culture to its assessments of ASW claims: Whaling must be central to the culture of the claimants and they must have a long and uninterrupted history of whaling. This was a point of controversy in repeated applications by the US in the 1990s for the Makah tribe of Washington State to hunt gray whales. Although the Makah tribe had a US treaty right to whale, at that time they had not done so for over 70 years and many IWC member states argued that a continuing tradition could not be claimed. Many IWC members still do not believe that the claim of the Makah has been recognised by the IWC and is therefore, not endorsed by the international community.

Welfare Issues

The IWC recognises that killing methods used in ASW hunts are typically less efficient than those used in commercial whaling operations, often leading to higher struck and lost rates and longer times to death. The IWC has passed several resolutions seeking improvements in the humaneness of aboriginal subsistence whaling operations.

There are serious concerns about the efficiency of some methods used in aboriginal subsistence hunts, particularly the use of underpowered rifles in Greenland as a primary killing method for some minke whales and as a back-up (secondary) killing method for the much larger fin whales. However, the IWC leaves the decision about which equipment to use to the discretion of the hunters.

Hunting data are shared at annual working groups and advice about techniques and equipment is provided by experts during regular technical Workshops. However, in many cases, the information provided by Aboriginal Subsistence Whaling nations is incomplete or not based on consistently applied criteria. For example, Greenland’s hunters use the same harpoon on the same species (minke whale) as Norway, but apply different criteria for judging the onset of death or insensibility - making it difficult to draw useful conclusions from a comparison of their techniques. Furthermore, Greenland does not collect welfare data for each whale landed, making a full comparative analysis of its different killing methods for the same species impossible. For example, in 2006, Greenland reported the time to death data for only 13% of minkes it killed with rifles (the less effective killing method), while it reported data for 94% of minkes killed with the more efficient harpoons.

Blurring the lines

It has long been a strategy of the proponents of commercial whaling that they wish to blur the lines in the minds of the public between what is Aboriginal Subsistence Whaling and commercial whaling. The recent attempts at secure a ‘compromise’ deal on Japanese whaling are one case in point. WDC believes that this technique to try to circumvent the IWC is highly inappropriate and unethical.

ASW claims should be judged on their merits wherefore the IWC determines such claims have a legitimate basis in fact. However, where aboriginal peoples seek to ally themselves with commercial interests they should be prepared for the IWC to not look so favourably on their requests.

The failure of Greenland to obtain a quota in 2012

Following revelations by the Whale and Dolphin Conservation (WDC) and the Animal Welfare Institute (AWI) of the wide-spread commercial sale of whale meat in Greenland to tourists, increasingly concerned IWC Member States reacted by refusing to grant Greenland any increase in its hunt of large whales for so-called aboriginal subsistence needs. Indeed, in a procedural failure, Denmark failed to get any quota approved at all.
Greenland was seeking to increase the number of endangered fin and humpback whales it kills for the subsistence needs of its native people for the next six years, but the undercover operation conducted by WDC and AWI exposed how Greenland has been actively undermining the IWC’s ban on commercial whaling by openly selling whale meat in the vast majority of its restaurants and also in supermarkets.

The EU offered to amend Denmark’s proposal, but Denmark refused, demanding that its original proposal was voted on immediately. The final IWC vote was 25 in favour, and 34 against, 3 abstained. Failure to obtain the 3/4 majority meant that the proposal was rejected.
 
Criticism of Greenland was led by the Latin block of countries who pointed out there was little difference between what Greenland was doing in feeding whales to tourists and that practiced by commercial whaling operations.
 
Claims by Denmark on behalf of Greenland that they would not stop selling whale meat to tourists and that Greenland’s whalers could use baseball bats to kill whales if they wanted to, did little to endear Greenland to the rest of the IWC.
 
The European Union originally struggled to come to a position due to ongoing confusion over its internal decision making processes. WDC worked extensively with the EU Commission to give guidance to the EU Member States and eventually, EU Members who shared WDC’s concern that Greenland’s whaling was not in fact properly regulated aboriginal subsistence whaling, forced an internal vote on the Danish proposal. This resulted in the EU voting in a block in an attempt to amend the Danish proposal.

Denmark was fully aware of the EU position as well as the strong opposition amongst other members of the IWC, so in pushing their original proposal, they knew it was bound to fail and so rob the actual aboriginal subsistence hunters of Greenland's remote communities of an IWC quota.

In 2014, further to threats from Denmark that it would leave the IWC if the EU Commission did not support its proposals, Greenland secured a new quota for the period 2014-2018.

 

Plastic pollution threatens water quality in world’s oceans

  • Par
  • Le 04/08/2017
  • Dans Eco

308864 103976356381014 56280716 n

Capt. Charles Moore

 

In 2003, we declared war on Iraq after accusing Saddam Hussein of harboring “weapons of mass destruction” (WMD). Our government claimed that it had to keep our country safe. We spent thousands of lives, and billions of dollars on this war about WMD, which turned out not to exist.

In the meantime, day by day another insidious WMD has been growing exponentially in our oceans. Disposable plastic debris is now ubiquitous in the world’s oceans, where it is wreaking havoc on marine life and contaminating our seafood supply, a primary source of protein for billions of our global population.

And the world’s governments stand idly by, ignoring this new WMD that is growing in our oceans.

 

Quoting Capt. Charles Moore, the sea captain who first discovered the Great Pacific Garbage Patch in the north Pacific Ocean, “The world is awash in plastic. We wrap it around the food we eat and virtually every other product that we consume or use. Disposable plastic products pose a threat to all marine life.”

Marine scientists estimate that by 2050 there will be more plastic in our oceans than fish.

That prediction is not so surprising since the amounts of disposable plastic products that we use are in fact staggering. Just here in the U.S.:

We use 100 billion plastic bags every year;

We use 50 billion plastic bottles every year;

We use 500 million plastic straws every day;

We use 25 billion styrofoam coffee cups every year (almost 3 million every hour!);

And 800 trillion microbeads disappear down our drains every day (in addition to all the other plastic “stuff”).

That adds up to the production of 300 million tons of plastic every year, a great part of which ends up in our oceans. It is well known that plastic litter in the ocean can entangle and eventually drown millions of sea creatures. But additionally, after the plastic enters the ocean, it slowly photodegrades and eventually breaks down into tiny pieces so small that often they cannot be seen by the naked eye. Hundreds of species from the smallest fish to the largest blue whale mistake these microplastics for natural food which they ingest but cannot digest, causing a slow and painful death of the marine animal.

Gruesome examples abound and have been reported in the media. As far back as 2002 a dead Minke whale washed up on the coast of Normandy, France, with nearly a ton of plastic in its stomach, including bags from British supermarkets. In 2008, two sperm whales stranded on the California coast and were found to have over 400 pounds of plastic bags in their intestines.

More recently an emaciated whale floated into a small cove in Norway. The whale had to be shot to take it out of its misery. During the necropsy, about 30 large plastic bags were removed from the whale’s organs.

 

Albatross chicks, hatched on the remote Midway Island in the Pacific Ocean, die by the thousands with their stomachs full of disposable plastic that has been fed to them by their parents who mistook the bright colored plastic pieces for food. And these are only some of the reported tragedies. We have no idea how many other creatures die and sink to the bottom of the ocean after a grisly death of starvation or torn flesh.

As yet we do not know how much harm is being done to humans. We do know that the lantern fish, plankton and krill eat immeasurable amounts of plastic particulates and their contaminants. These bait fish are then devoured by larger fish, and are quickly passed along the food chain ultimately ending up on our dinner plates.

So how do we confront these plastic weapons of mass destruction? We must reduce the daily outflow of plastic into our oceans. We can dramatically reduce our use of plastic by refusing to use disposable plastic products and we must recycle whatever residual plastic we continue to use. We can help with beach and ocean clean-ups. But at the end of the day these activities are only Band-aids that are insufficient to solve the problem.

As Capt. Moore stated some years ago, “The reality is that only by preventing disposable plastic products from getting into the ocean in the first place will a measurable reduction in the ocean’s plastic load be accomplished. Until we stop the flow of plastic to the sea, the global threat of this plastic age will only get worse.”

So while our government continues to protect the American people from possible overseas threats it ignores the real threats posed by our own domestic industries who are enabling havoc in our oceans, and exposing unknown numbers of our population to the hazards of plastic pollutants.

In 2017, it is way past time for governments to declare war on plastic before it is too late.

[And until the governments awake, the public may help the cause by joining the new global organization at: www.breakfreefromplastic.org.]

Goffinet McLaren is an environmental activist and author who lives at Pawleys Island.

 

Overshoot Day

  • Par
  • Le 03/08/2017
  • Dans News

Minhbao net mat dan oxy

Le 2 août 2017... c’est comme si notre planète disparaissait sous nos pieds. Notre gourmandise de ressources naturelles, notre soif sans fin pour le gaspillage et les déchets nous conduisent, jusqu’à la fin de l’année, à vivre à crédit. Depuis plus de vingt ans, l’over­shoot day symbolise ce moment à partir duquel nous avons collectivement épuisé le potentiel renouvelable de la planète. Cette date fatidique arrive chaque année plus tôt. Au rythme où nous vivons, il faudrait presque une planète de plus pour satisfaire nos besoins.

« Aujourd’hui, l’humanité est collectivement l’auteure de la disparition des espèces »

Au milieu de l’été, la publication de cet indicateur souligne que malgré notre prise de conscience collective de l’érosion de la biodiversité et du changement climatique, malgré une mobilisation sans précédent de la société, nous ne nous éloignons pas encore du pire. Récemment, des études alarmantes sur l’imminence d’une sixième extinction massive ont été publiées. Il y a 65 millions d’années, l’homme n’était pas responsable de la 5e extinction, celle des dinosaures. Aujourd’hui, l’humanité est collectivement l’auteure de la disparition des espèces.

Une sécheresse inédite

C’est une façon de se rappeler combien notre existence sur la planète Terre est fragile. En France, nous faisons face à une sécheresse inédite depuis plus de trente ans. Les feux de forêt se sont multipliés. Un récent rapport indique que sans action pour limiter le réchauffement de la planète, nous pourrions connaître des pics de chaleur à plus de 50 °C d’ici à la fin du siècle en France.

Et pourtant, certains osent encore prétendre que nous n’y pouvons rien, que rien ne sert de mettre en œuvre l’accord de Paris, que nous avons encore le temps pour changer de modèle agricole, pour sortir des énergies fossiles. Et avec la croissance exponnentielle de la démographie, nous avons plutôt l'impression d'entrer de plus en plus chaque jour dans une urgence absolue.

A réfléchir...

Actions Vertes / La Nature à Vendre

075 kalimantan parc tanjung puting camp pondok tanggy orang outan femelle bebeOrang-outans à Kalimantan

Billet par Danièle Favari (Juriste environnementale, veille juridique des Collectifs nationaux, intervenante auprès du Parlement européen et du Cese, auteure)

ANIMAUX - Monétarisées et financiarisées, d'immenses zones naturelles sont transformées en produits boursiers ou fonds spéculatifs. En investissant dans des actions d'espèces en voie d'extinction, de "mouches des sables amoureuses des fleurs", d'"orangs outans" ou encore des infatigables "saumons", tous "empêcheurs de tourner en rond"; les entreprises polluantes et peu scrupuleuses obtiennent des "certificats de bonne conduite" qui les dispensent de suspendre leurs activités les plus néfastes... ou pire, de les exercer en toute bonne conscience. Ainsi est apparue la notion d' "actions vertes" (marécages, cactus, chiens de prairie ou encore lézards), de "capital naturel" et de financiarisation de la nature, selon le précepte que la nature serait en danger parce qu'elle est gratuite. Le prix des produits de consommation courante ou manufacturés; c'est ce que qu'ils coûtent réellement ou ce qu'on est prêt à payer pour se les procurer. La nature est elle une valeur échangeable et faut-il donc y mettre un prix comme sur toute chose pour ne pas la voir se déprécier?

Gratuite, la nature?

C'est le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles aux Etats-Unis (1) -où les colonies ont totalement disparu dans 27 états pour cause de pesticides systémiques- qui a donné une valeur aux écosystèmes pour la pollinisation des récoltes, processus indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs (graines, fruits, racines ou bulbes, feuillages). Les abeilles y participent à 80%. Sans elles, l'homme devrait donc la faire à la main. Sans ces pollinisateurs, dont la valeur a été estimée par l'Inra à 153 milliards d'euros, notre source d'alimentation se limiterait principalement aux seules céréales.

La biodiversité, une forme de "capital naturel"

Le "capital naturel" fait référence à la terre, à l'air, à l'eau, aux organismes vivants ainsi qu'à toutes les formations présentes sur la Terre qui nous procurent des biens et services environnementaux requis pour notre survie et notre bien-être. "Il est le stock qui produit le flux de ressources naturelles: les poissons dans l'océan qui génèrent le flux de pêche allant sur le marché; la forêt sur pied à l'origine du flux d'arbres coupés; les réserves de pétrole dans le sol dont l'exploitation fournit le flux de pétrole à la pompe" (2). Soigneusement conservées dans des bio-banques, dont le chiffre d'affaires dépasse pour certaines les 30 millions de dollars chaque année (3), des actions « serpents jarretière », « truites arc-en-ciel » « éperlan » « longicorne » ou encore « crevettes » permettent aux « clients » de choisir un produit pour compenser la destruction inévitable des espèces par le projet d'aménagement qu'ils envisagent au sein du territoire concerné, les soulageant ainsi de leur responsabilité et leur permettant de se dédouaner de leur absence de culpabilité par un retour sur investissement prometteur.C'est la loi de l'offre et de la demande, celle du marché appliqué aux espèces en danger. C'est ainsi que certaines espèces -plus « lucratives »- pourront subsister tandis que d'autres disparaitront irrémédiablement. La rareté va engendrer une hausse du prix de telle ou telle espèce, non pas en devenir, mais en voie de disparition. Basé sur un système économique où seules les notions de travail et du capital avaient de la valeur, le "capital naturel" représente donc aujourd'hui une tentative de prise en compte par la science économique des apports et des contraintes du milieu naturel sur les activités économiques humaines. Jusqu'ici négligé, il aurait mené à sa perte les ressources naturelles, la dégradation de l'environnement naturel et la perte de services environnementaux. C'est un nouvel espace économique (4) qui intéresse, désormais, banques et investisseurs et permettrait de prendre en compte certains aspects des interactions entre la sphère économique et la sphère écologique ou de rendre visible la valeur intrinsèque de la nature pour l'adapter au système. C'est le principe de la compensation du dommage et de l'impact écologiques sur les espèces ou leur habitat.

La biodiversité, nouvelle opportunité?                                                                                                                                                                                                                                                 Pas vraiment car les Mitigation Banks qui ciblent un milieu naturel prioritaire: les zones humides, sont apparues dès 1970 aux Etats-Unis et c'est en 1991, que furent créés les 1ères banques de la biodiversité. "Ecosystèmes des services", "banques de la biodiversité", "banques de la conservation", tous ces vocables ont pour unique but de dissimuler l'approche économique sur l'écosystème de la biodiversité et la marchandisation de la nature au nom d'une spéculation financière inavouable. Or, la nature n'a pas été produite pour être vendue, ce n'est pas un bien économique, ni un bien en accès libre, ni une connotation marchande, mais un bien commun dont l'Etat Nation doit être le garant. Et « les biens communs ne peuvent être mis sur le marché » (5) . Sommes-nous propriétaires de la nature, des animaux et, d'ailleurs, déplace t-on des populations entières d'espèces d'un endroit à un autre sans dommage collatéral? Ne risque t-on pas de priver les générations futures de leur droit à l'auto-suffisance alimentaire?

Permis de polluer, de détruire tout en ayant bonne conscience.                                                                                                                                                                                                     Ainsi, la forêt de Bornéo -qui abrite l'un des écosystèmes les plus riches en biodiversité- a été achetée par un fonds d'investissement qui la revend aux producteurs d'huile de palme; c'est ainsi que plus de 2/3 de ses arbres ont disparu (6). Les 80.000 hectares restants de la forêt primaire sont la propriété de Malua Bank dont l'approche commerciale cherche à rentabiliser sa valeur écologique par sa conversion en unité monétaire. C'est pourtant le système économique lui-même qui détruit la nature: consommation d'eau, déforestation, destruction des zones humides, réchauffement climatique, empreinte écologique. Déjà, le « jour du dépassement » (7)arrive de plus en plus tôt dès le mois d'août. En 2050, nous aurons alors besoin de 2 planètes ½ pour assouvir nos besoins. Or, conservés in situ, les écosystèmes fournissent des services pour notre préservation: contrôle de l'érosion, capture du carbone, etc... Le marché du carbone a été créé par le "système européen d'échanges des quotas d'émissions de carbone"; c'était le choix de l'Union européenne après l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto en 2005. Basé sur le système du « cap and trade/compliance » (8) , ce mécanisme économique comprenait deux volets: un plafond d'émissions fixé par le régulateur du marché (la Commission européenne), et un système échange de quotas d'émission (ETS) entre acteurs publics et privés contraints à réduire leurs émissions de CO2. Ce système concernait quelques 15 000 installations industrielles qui étaient soit bénéficiaires à titre gratuit (à concurrence d'un certain plafond), soit acheteurs sous forme d'enchères (9) d'un droit à émettre des gaz à effet de serre. Pour réduire ses émissions, chaque pays industrialisé signataire recevait, en effet, un quota de carbone, il permettait à une entreprise "polluante" A qui n'utilisait pas ses crédits de les revendre à une entreprise B qui dépassait son quota avec, néanmoins, la possibilité d'investir dans des sources d'énergie propre dans un pays moins industrialisé. C'est ainsi que l'entreprise allemande "Global Woods" a saisi cette opportunité et que l'Ouganda est devenue l'une de ses destinations-carbone où elle investit, espérant contribuer à la protection climatique.

De là est née l'idée -avec pour objectif fallacieux de la sauver- d'appliquer un coût à la nature. Et aux écosystèmes: la loi de l'offre et de la demande. C'est surtout la fin de notre planète, telle qu'elle existe aujourd'hui.

 

(1) (en anglais, « Colony Collapse Disorder »: CCD)

(2) Herman Daly (1994, p 30) (Glossaire du CEECEC)

(3) 2,5 à 4 milliards pour l'ensemble des banques référencées

(4) The MATRIX (Innovative Markets and Market like instrument)

(5) Alberto Lucarelli, Politis « hors série » novembre-décembre 2014

(6) Il reste à peine 45 400 km2 de terrain couverts par la végétation sur 364 000 km2 de terrain.

(7) « Overshoot Day »

(8) marché pour protéger la santé humaine et l'environnement par le contrôle de grandes quantités d'émissions à partir d'un programme de plafonnement et d'échanges

(9) Les transactions peuvent se faire sur un marché organisé (une bourse du carbone), ou de gré à gré (Over The Counter), directement entre un acheteur et un vendeur

Les pompes des océans

  • Par
  • Le 01/05/2017
  • Dans Eco

Leur cycle de vie a bien des répercussions sur les mers. Les chercheurs sont venus à les surnommer « les pompes de l’océan ». En effet, les baleines remontent en surface de la matière organique nourricière issue des poissons engloutis dans les profondeurs et rendue accessible au microplancton via leur fèces, c’est-à-dire les excréments. Vu que les baleines se nourrissent dans certaines eaux puis migrent ensuite dans d’autres eaux pour se reproduire ou accoucher, la circulation de ces nutriments prennent eux aussi une direction horizontale. Il s’agit du « tapis roulant » baleinier explique Joe Roman. Lorsqu’ils meurent, les cétacés redescendent ensuite une dernière fois dans les fonds marins pour servir de nourriture aux animaux nécrophages, c’est-à-dire qui se nourrissent de cadavres. La boucle de la chaîne alimentaire est ainsi bouclée.

Enfin, les baleines seraient une espèce animale qui pourrait atténuer l’impact du changement climatique sur les océans. Les chercheurs ont constaté que contrairement aux espèces qui ont une courte durée de vie, les baleines présentent davantage de résistance aux événements extérieurs. Joe Roman précise : « Parce que ce sont des espèces qui vivent longtemps et n’ont des petits que peu souvent, les oscillations sont atténuées et le système entier est stable. » Ainsi, le fait de ne plus les chasser permet désormais de maintenir le carbone de leur carcasse dans les océans et non plus dans l’atmosphère.

Cette découverte est réellement fascinante. La nature saura toujours nous impressionner… Nous sommes ravis de constater que les lois internationales pour protéger les baleines ont eu un effet positif sur leur population (et par conséquence pour toute la planète), même si nous savons qu’il y en a encore qui leur font du mal… C’est une excellente surprise de réaliser que ces cétacés ont un rôle dans la régulation du réchauffement climatique.

Restez curieux. Suivez nous !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site