Sea Shepherd

Six milliards de plus pour piller les océans… Une victoire de plus pour les lobbies

Le 12 novembre 2019, la Commission européenne de la Pêche a voté l’ouverture de nouvelles négociations qui vont conduire, entre 2021 et 2027, à accorder des subventions supplémentaires de 6 milliards d’euros à l’industrie de la pêche.

Image couv site 229

Alors que le monde entier s’alarme de la dévastation des océans, le Parlement européen a validé au mois de novembre de l'année dernière un nouveau projet de financement public de l’industrie de la pêche, à hauteur de six milliards d’euros. Quelques ONG, parmi lesquelles Earthforce FS, Sea Shepherd, Bloom ou ClientEarth, ont tenté de s’élever contre cette décision, qui ne semble pas avoir remué pour autant l’univers médiatique. Une volte-face qui en dit long sur les priorités de nos dirigeants.

Voilà, c’est fait. Encore une fois, l’information est presque passée inaperçue, alors qu’elle représente un pas de plus dans la destruction méticuleuse de nos océans. Mardi 12 novembre 2019, la Commission européenne de la Pêche a voté l’ouverture de nouvelles négociations qui vont conduire, entre 2021 et 2027, à accorder des subventions supplémentaires de 6 milliards d’euros à l’industrie de la pêche. À vingt voix sur vingt-huit (dont deux abstentions), les nouveaux euro-députés, toujours plus déconnectés des réalités, ont jugé nécessaire de renforcer les flottes maritimes de tous les pays d’Europe, de construire de nouveaux navires et de moderniser les anciens. 

Les lobbies le savent très bien : à Bruxelles, plus que partout ailleurs, il est toujours possible de contourner impunément la volonté populaire.

Pourtant, les euro-députés fraîchement élus avaient une occasion inespérée d’infléchir la politique commune dans l’intérêt de l’écologie, comme le préconisaient le président de leur commission, Chris Davies ainsi que les députés co-signataires d’une lettre ouverte adressée en octobre 2019 au Parlement européen et signée par plusieurs ONG. Qu’importe ! Les députés ont la semaine dernière repris tels quels le texte et l’enveloppe du prochain Feamp (Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche), concoctés bras dessus bras dessous avec les lobbies par leurs prédécesseurs. 

Pire, ce vote approuve une nouvelle marche-arrière puisque, sous couvert d’améliorer la sécurité des marins, une bonne partie des fonds sera dédiée à la construction de nouveaux bateaux de grande taille, autrement dit à la surpêche, bien que ce type de subventions soient interdites depuis 2004 par ce même Parlement, décidément schizophrène quand il s’agit de protéger l’environnement.

Surtout, ne nous berçons pas d’illusion, car le dernier rapport en date est clair. Comme le souligne la plate-forme LIFE (Low Impact Fishers of Europe) : 70 % des dernières subventions du Feamp ont été octroyées aux flottes de grande taille et 18 % aux petites flottes de pêche artisanale, composées de bateaux de moins de douze mètres. Autrement dit : presque tout. 

Cette énième victoire des lobbies industriels, qui a dû être fêtée derrière les caméras en toute discrétion (ils ont compris la leçon), vient ajouter un couplet de plus à la danse macabre de l’humanité. Compétitivité, croissance, emplois, protéines, ce sont les jolis mots qui permettent aux industriels de nous faire payer la destruction des océans. Malgré les coups de gueule des ONG, les alertes des scientifiques, les pétitions des citoyens et les désastres environnementaux qui s’accumulent chaque jour, tout se passe comme si les plus hautes instances de notre monde étaient sourdes à nos revendications.

Modernisons nos navires, pourvu qu’on gagne un peu d’argent avant de tomber dans le précipice ! Donnons d’une main ce que nous reprenons de l’autre ! 

Les océans sont au bord de l’effondrement. Outre les vecteurs de pollution provenant de l’activité terrestre (comme les GES et les déchets chimiques), la surpêche et la pêche illégale, qui relève du braconnage, sont les pires fléaux qui puissent frapper les étendues bleues. Si nous ne faisons rien pour arrêter la machine, les poissons pourraient être amenés à disparaître totalement d’ici 2050 selon un rapport de l’ONU, voire 2035, selon les estimations de l’océanologue Boris Worm et du biologiste Daniel Pauly.

Plus de 50 % des ressources halieutiques sont sur-exploitées, 8 % ont disparu, les trois quarts sont menacées ; et si nous avons besoin de financer de si grands navires, c’est parce que la majeure partie des poissons ont disparu de nos côtes. Nous pêchons toujours plus loin, dans des zones toujours plus profondes, avec des engins toujours plus puissants, tout simplement parce que les poissons se font de plus en plus rares. Il n’y en a plus. 

La situation est donc catastrophique : une disparition des poissons implique de facto un effondrement complet de tous les éco-systèmes marins. À cause des millions de filets de pêche perdus ou abandonnés en mer, la pêche est également la principale cause de pollution plastique des océans, bien loin devant nos bouchons et nos brosses à dents. Car l’extermination des espèces marines accélère l’acidification des océans, supérieure de 26 % par rapport au début de la révolution industrielle (quelques chiffres ici).

Si nous devons changer quelque chose dans nos modes de vie, l’urgence est de toucher à nos assiettes : c’est là que se dégustent aujourd’hui les catastrophes de demain et ce sont nos enfants qui payeront le prix de notre avidité. 

À défaut de politiques cohérentes et durables, que nos dirigeants corrompus ne mettront jamais en place, à nous d’organiser la résistance à l’échelle individuelle : si notre régime alimentaire n’en est pas dépendant, arrêtons de manger du poisson. Maintenant.

Image 5562 1365x1024

Article par: Augustin Langlade

 

 

OCEAN WARRIOR

Le tout nouveau vaisseau amiral de Sea Shepherd "Guerrier des Océans" est arrivé à Amsterdam. Construit spécialement pour des opérations anti-braconnage, il a quitté Antalya en Turquie où il a été construit en un temps record, a traversé la Méditerranée en faisant une halte à La Spezia en Italie et vient de couper ses puissants moteurs dans son port d'attache. Il est ouvert à la visite publique pour quelques jours avant son départ dans les mers australes pour s'interposer à la nouvelle campagne japonaise de la chasse à la baleine. EARTHFORCE FS lui souhaite non "Bon Vent" car c'est n'est pas un voillier, mais "Bonne Chasse" aux braconniers de tous genres et à tous ceux qui ne respectent pas notre planète Océan.

For the Oceans...Good Luck !!!

14225595 10155139727438362 9121627199133593052 n14225456 10154291784211999 8840615762350697864 n14355613 510950402433760 9060511255095462865 n 114355613 510950402433760 9060511255095462865 n14212155 10154288262411999 8007080820840148256 n13813666 1042107872491772 8790157141214075392 n14264940 10154296729306999 1148207891116484046 n14264944 10154296729256999 2949104424571834678 n

14291630 10209519723403310 2284228414386957401 n  14324669 508126402716160 6496081161250482010 o

Drum-lines

Sea Shepherd plaide pour l’arrêt du programme de drum-lines en Australie-Occidentale

Un requin tigre de petite taille gravement blessé par une drum-line. Photo: Neil Henderson (Observateur indépendant)Le gouvernement d’Australie Occidentale a décidé de prolonger le programme de drum-lines pour les trois prochaines années entre le 15 novembre et le 30 avril au large des plages populaires de Perth et du Sud Ouest. Les drum-lines seront placées à approximativement 1km de la côte et tout requin blanc, bouledogue ou tigre de plus de 3 mètres de long sera tué. De nombreux citoyens (dont plus de 300 scientifiques) sont persuadés que cela aura un impact négatif sur notre fragile écosystème marin et que la mise en œuvre d’alternatives non létales serait plus efficace pour réduire les interactions homme-requin.

Sea Shepherd s’est allié avec l’Office de Défense Environnementale de l’AO (Western Australian Environmental Defenders Office) afin de renforcer le travail de prévention contre le programme des drum-lines et pour constituer un "rapport public environnemental" (Public Environment Review – PER), permettant à ce dernier de le soumettre auprès de l’Autorité de protection environnementale (EPA en anglais).

Cliquer pour afficher le document PDF Sea Shepherd Australia LTD PER Submission (PDF)

Autres documents : PDFA PDFB PDFC

Il a été décidé que le programme provincial d’abattage de requins protégés de l’AO doit être évalué en vertu des règlements provinciaux et fédéraux afin de déterminer l’impact sur l’environnement. L’EPA a le devoir de rassembler toutes les données afin de les confronter à la proposition du gouvernement d’Australie-Occidentale, puis de les synthétiser afin d’inciter une réponse du Gouvernement. L’EPA devra alors évaluer cette réponse et préparer le rapport final qui sera soumis à l’État et aux ministres fédéraux de l’environnement. Ce rapport devrait être publié courant septembre. Le public aura l’opportunité de faire appel des éléments et recommandations de l’EPA. L’État et les ministres fédéraux de l’environnement partageront leur décision finale en octobre; à savoir si la politique des drum-lines doit être prolongée. Sea Shepherd suivra de près la bonne tenue de la procédure et agira en amont si besoin.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×